De l'eau de vie

Évangile selon Jean, chapitre 4, versets 1-18 (je lis à partir du verset 6)
Jésus, fatigué du voyage, était assis au bord du puits. C'était environ la sixième heure. Une femme de Samarie vint puiser de l'eau. Jésus lui dit: Donne-moi à boire. Car ses disciples étaient allés à la ville pour acheter des vivres. La femme samaritaine lui dit: Comment toi, qui es Juif, me demandes-tu à boire, à moi qui suis une femme samaritaine? -Les Juifs, en effet, n'ont pas de relations avec les Samaritains. - Jésus lui répondit: Si tu connaissais le don de Dieu et qui est celui qui te dit: Donne-moi à boire! tu lui aurais toi-même demandé à boire, et il t'aurait donné de l'eau vive. Seigneur, lui dit la femme, tu n'as rien pour puiser, et le puits est profond; d'où aurais-tu donc cette eau vive? Es-tu plus grand que notre père Jacob, qui nous a donné ce puits, et qui en a bu lui-même, ainsi que ses fils et ses troupeaux? Jésus lui répondit: Quiconque boit de cette eau aura encore soif; mais celui qui boira de l'eau que je lui donnerai n'aura jamais soif, et l'eau que je lui donnerai deviendra en lui une source d'eau qui jaillira jusque dans la vie éternelle. La femme lui dit: Seigneur, donne-moi cette eau, afin que je n'aie plus soif, et que je ne vienne plus puiser ici. Va, lui dit Jésus, appelle ton mari, et viens ici. La femme répondit: Je n'ai point de mari. Jésus lui dit: Tu as eu raison de dire: Je n'ai point de mari. Car tu as eu cinq maris, et celui que tu as maintenant n'est pas ton mari. En cela tu as dit vrai. (fin de la citation)
L’histoire de Jésus avec la Samaritaine est probablement le plus bel exemple de témoignage dans toute la Bible. L’approche de Jésus est remarquable. Aujourd’hui nous examinons la première partie de cet entretien.
Jésus est fatigué d’un long voyage à pied sous un soleil brûlant. Cela démontre qu’il était un homme, avec des besoins comme nous. Il est midi et Jésus s’assoit près d’un puits, probablement à l’ombre, pour se reposer. Une femme arrive pour y puiser de l’eau. Cela n’est pas normal selon la culture de l’époque, car les femmes y venaient le soir, quand la température était plus fraîche. La femme est seule. Est-ce que cette femme se sentait rejetée par les autres à cause de ses cinq maris? Jésus sait tout cela, pourtant il engage la conversation et donne à la femme l’honneur de lui servir de l’eau à boire. La femme, qui est Samaritaine, n’en revient pas parce qu’elle reconnaît en Jésus un Juif. Or les Juifs n’acceptaient pas que les Samaritains leur serve de l’eau dans leurs vases par crainte de devenir impur aux yeux de Dieu. De plus, Jésus est un rabbin, un maître religieux. On ne peut pas imaginer une situation plus surprenante pour la femme. Mais Jésus vient de gagner l’attention de la femme.
Aujourd’hui Jésus gagne aussi notre attention de la même manière. Il nous surprend par sa bonté. Il nous accorde ses grâces souvent quand nous le méritons le moins. Il nous pardonne plus que nous nous pardonnons nous-même. Il nous aime et le prouve lorsque nous ne sommes pas aimables. En fait, la Bible dit : Dieu prouve son amour envers nous, en ce que, lorsque nous étions encore des pécheurs, Christ est mort pour nous. (Romains 5.8) Cela ne veut pas dire que nos péchés ne sont pas importants, au contraire, notre péché est si grave devant Dieu et si lourd de conséquences que Jésus a dû quitter son ciel glorieux pour mourir sur une croix pour nous. Il fallait qu’il fasse cela pour nous en libérer dans notre union avec Jésus, et Dieu nous a aimé à ce point. Mais avez-vous reçu la grâce de Dieu en vous comme un enfant? Ne résistez pas à son amour qui libère, nous en avons tous besoin. Recevez l’amour de Dieu comme un enfant.
L’histoire continue avec la Samaritaine. L’attention de la femme est tournée vers Jésus. Et Jésus commence à lui enseigner des vérités spirituelles en utilisant l’eau comme exemple. La femme est venue pour puiser de l’eau naturelle, mais Jésus lui offre de l’eau vive.
Que veut dire Jésus par cet eau vive? Laissons l’Écriture interpréter l’Écriture. Dans l’Évangile selon Jean, chapitre 7, verset 38 et 39, Jésus dit : Celui qui croit en moi, des fleuves d'eau vive couleront de son sein, comme dit l'Écriture. Il dit cela de l'Esprit que devaient recevoir ceux qui croiraient en lui.
Donc l’eau vive dont parle Jésus c’est l’Esprit, l’Esprit de Dieu qui entre en ceux qui croient en Jésus et qui le reçoivent. Cet Esprit étanche notre soif spirituelle et nous assure la vie éternelle.
Mais la Samaritaine ne comprend pas. Elle veut recevoir de l’eau qui va étancher sa soif naturelle pour toujours. Mais Jésus continue son enseignement en lui parlant de son péché, ses cinq maris.
Aujourd’hui encore, avant que nous puissions recevoir l’Esprit de Dieu, nous devons d’abord reconnaître notre vie de péché et l’abandonner. Jésus connaît tout de vous. Vous n’avez peut-être pas cinq maris, mais il y a un péché qui vous tient comme enchaîné. Reconnaissez-le devant Dieu. Confessez-le à Jésus et abandonnez-le en comptant sur la force de l’Esprit qui entrera en vous. La Bible vous l’assure, si vous voulez délaisser un péché, Dieu vous aidera à le faire et vous réussirez. La Bible dit : Aucune tentation ne vous est survenue qui n'ait été humaine, et Dieu, qui est fidèle, ne permettra pas que vous soyez tentés au delà de vos forces; mais avec la tentation il préparera aussi le moyen d'en sortir, afin que vous puissiez la supporter. 1 Cor. 10.13

© Copyright EACMSF. Tous droits réservés