Persévérer

Bienvenue sur le message d’espoir du 20 novembre.
Ici Claude Noël, pasteur.

Pourquoi un Dieu si bon et si puissant permet-il de si grandes souffrances dans la vie de ses enfants bien-aimés? Par exemple, le départ d’une épouse ou d’un époux, la maladie incurable d’un enfant, la perte d’un emploi ou d’une promotion importante, un échec financier, la rébellion d’un adolescent, et quoi d’autre…?
Est-ce que cela nous arrive à cause de nos fautes, nos péchés, nos désobéissances et nous recevons finalement ce que nous méritons?

Un enfant est né aveugle – quelle terrible tragédie! Imaginez. Il y en a qui dirait : «Qu’est-ce qu’on a fait au bon Dieu pour qu’il soit né aveugle?»
Un jour les disciples de Jésus lui ont demandé pourquoi un homme était-il né aveugle? Et Jésus avait répondu :

Qu’est-ce que cela signifie d’après vous? «Ce n'est pas que lui ou ses parents aient péché, mais c'est afin que les œuvres de Dieu soient révélées en lui.»

En d’autres mots, ce n’est pas de la faute des parents, ni de l’enfant, ni de Dieu, ni de personne. Mais n’est-ce pas afin que Dieu ait l’occasion d’agir et de manifester sa gloire, son amour et sa puissance?

Qu’en est-il de notre attitude face à nos difficultés? Dieu permet souvent de grandes souffrances afin d’avoir l’occasion d’intervenir et de glorifier son nom.

Avez-vous remarqué que c’est souvent dans la souffrance que nous revenons à Dieu pour le chercher de tout cœur et demander son secours? Puisque Dieu désire plus que tout avoir une relation personnelle de tous les jours avec nous, comme un bon père envers son enfant, pourquoi ne devrait-il pas utiliser la souffrance dans nos vies?

Qu’est-ce que Dieu nous doit? Lui qui nous a gratuitement donné l’existence humaine dans un pays d’abondance et la grâce spéciale de la vie éternelle, si nous sommes unis à Jésus-Christ par la foi, sans mentionner la présence pleine d’amour et de vérité de son Esprit qui est toujours avec nous. Tout cela sans que nous n’ayons rien mérité. Qu’est-ce que Dieu nous doit? Rien. C’est nous qui lui devons tout!
Nous devons tout à Dieu mais remarquez comme nous sommes souvent centrés sur nous-mêmes. Nous nous plaignons de ne pas avoir ce que les autres ont plutôt que de remercier Dieu pour ce que nous avons. Et plutôt qu’honorer Dieu en obéissance à sa parole, nous en voulons même à Dieu parfois de ne pas nous donner ce que nous désirons.
Cette attitude est pécher. Elle mérite le juste jugement de Dieu et la séparation éternelle d’avec lui. Prenons garde de ne pas garder cette attitude, mais repentons-nous plutôt.

Prenons courage, Dieu dans son amour est devenu homme en Jésus-Christ. Il a vécu en tant qu’homme avec une attitude de reconnaissance et d’amour de Dieu et du prochain. Jésus c’est l’homme parfait, tel que Dieu l’a voulu pour l’homme au début. Dans son obéissance envers Dieu, Jésus a accepté de porter nos péchés sur la croix pour que nous en soyons délivrés aujourd’hui et pour que nous vivions pour Dieu et non plus pour nous-mêmes.
Nous devons donc à Dieu de passer notre vie à le remercier pour toutes ses grâces, oui, même si nous devons passer par de grandes souffrances physiques, émotionnelles ou spirituelles.

Jésus a dit concernant nos souffrances : «Ce n'est pas que lui ou ses parents aient péché, mais c'est afin que les œuvres de Dieu soient révélées en lui.»

Acceptons nos souffrances. Acceptons pleinement nos souffrances. Et remercions Dieu pour les souffrances qu’il a acceptées, dans la personne de Son Fils unique Jésus-Christ, pour nous délivrer de nos péchés et nous donner la vie éternelle qui commence ici-bas dans une relation personnelle avec lui.
Et vivons dorénavant pour Dieu et la gloire de Dieu même dans nos souffrances, car il est le Tout-puissant. Et Jésus a donné la vue à cet homme né aveugle.

À Dieu toute la gloire.

Si vous le désirez, vous pouvez laisser un commentaire après le signal sonore.
Nous nous rencontrons le dimanche après-midi à 14h au 70, Grande Allée Ouest à Québec pour célébrer Dieu.
Vous pouvez maintenant laisser votre commentaire …

© Copyright EACMSF. Tous droits réservés