Erreur tragique

Vous avez probablement entendu parler de la mort de Madame Éloïse Dupuis, cette jeune maman de 27 ans décédée le 12 octobre dernier à l'Hôtel-Dieu de Lévis de complications survenues à la suite de l'accouchement de son garçon Liam, né 6 jours plus tôt. Cette mort, semble-t-il, aurait pu être évitée si elle avait acceptée de recevoir une transfusion sanguine. Or Mme Dupuis l’aurait refusée parce qu’elle faisait partie des Témoins de Jéhovah. Comme c’est triste et contraire à la bonne nouvelle de Dieu dans l’Évangile.
Les « Témoins de Jéhovah » interdisent les transfusions sanguines en se basant sur le texte de la Bible qui dit : « la vie (ou l’âme) de tout être, c'est son sang » (Lévitique 17.11). Or quand on étudie le contexte de ce passage on voit qu’il parle de sacrifices pour l’expiation des péchés. Il s’agit donc d’un texte à caractère spirituel concernant l’expiation des fautes commises envers Dieu. Il faut donc comprendre que l’accent n’est pas tant placé sur les globules rouges et blancs de l’animal mais bien sur la vie ou l’âme qui portée par le sang. Vous voyez, c’est la vie de l’animal qui était alors offerte sur l’autel pour expier les péchés. Le sang est donc simplement une manière de parler de la vie. Car il est évident que l’âme est spirituelle et n’habite pas dans des globules rouges et blancs. C’est pourquoi si nous recevons une transfusion sanguine l’âme du donneur n’entre pas en nous. Non. C’est une terrible confusion de penser le contraire et les conséquences sont tragiques, comme nous l’avons encore vu en fin de semaine.
Aujourd’hui, dans nos relations avec Dieu, nous n’avons plus à Lui offrir des animaux, car Dieu a offert son propre agneau, le Seigneur Jésus-Christ sur la croix. Ainsi est-il écrit « le sang de Jésus son Fils nous purifie de tout péché » 1 Jean 1.7. Encore ici, il ne s’agit pas des globules de Jésus, mais de sa vie pure et sans souillure qu’il a offerte par amour pour nous en portant nos péchés. La Bible n’interdit donc pas les transfusions de sang, bien au contraire. « Aime ton prochain comme toi-même » enseigne-t-elle. Alors aimer son prochain c’est aussi lui donner son sang pour lui sauver la vie; et c’est aussi accepter son sang si notre vie est en danger. Les transfusions de sang sont la volonté de Dieu pour aujourd’hui. En fait, le fondateur de la Croix rouge, Henri Dunant, était à la fois un grand humaniste et chrétien évangélique suisse.
En terminant, accepteriez-vous une transfusion sanguine si elle pouvait vous sauver la vie? J’espère bien que oui. Alors accepteriez-vous que Jésus, le Fils éternel de Dieu fait homme, ait donné son sang sur la croix pour porter vos péchés devant Dieu? C’est encore plus important car il s’agit de votre vie éternelle. Recevez le don de la vie de Jésus en vous aujourd’hui en lui donnant votre vie et demeurez en Lui. Car il est écrit : si quelqu'un a péché, nous avons un défenseur auprès du Père, Jésus-Christ le juste. Il est lui-même la victime expiatoire pour nos péchés, et non seulement pour les nôtres, mais aussi pour ceux du monde entier. 1 Jean 1.9

© Copyright EACMSF. Tous droits réservés