2 Corinthiens 11.16-12.10

Réflexion

Se vanter n’a pas de sens puisque tout ce que nous sommes et ce que nous pouvons accomplir vient de la grâce de Dieu (I Cor. 15.10). Pourtant les Corinthiens se laissaient impressionner et influencer par des enseignants vantards. Dilemme pour l’apôtre. Devait-il se vanter pour gagner les Corinthiens en danger spirituellement? Si Paul se vante d’être un meilleur disciple que ces prétendus serviteurs du Christ, il montrerait par là qu’il ne l’est pas, puisque se vanter va contraire à l’attitude de Christ. Il a finalement choisi de se vanter mais d’appeler cela de la folie! Ainsi, il se vante de son ascendance (v. 22), son service et ses sacrifices courageux pour Christ (v. 23-27), son amour pour les Églises (v. 28), et ses visions et révélations de Dieu (12.1-4). Paul a raison de se vanter, mais il s’en abstient dans la vie afin que personne n’ait à son sujet une opinion supérieure à ce qu’il est en réalité. La raison est probablement que si Paul est vu plus haut qu’il ne l’est, il devra être humilié par Dieu au dernier jour et mis à «sa» place.

Ensuite, en exposant le besoin humain et naturel de la vantardise, signe d’orgueil, il conclut qu’en tant que chrétien il se vantera plutôt de sa faiblesse, signe d’humilité. Se faire descendre par une fenêtre dans une corbeille pour échapper à un chef était un signe de lâcheté chez les Juifs, donc de faiblesse.
C’est par révélation que Paul en est venu à se vanter de ses faiblesses. Dieu lui a dit en effet : «Ma grâce te suffit, car ma puissance s’accomplit dans la faiblesse.» Même un démon lui a été envoyé pour le frapper… par la grâce de Dieu. Afin que Paul reste faible, humble et dépendant de Dieu!

Application

L’orgueil nous sépare de Dieu. «Dieu résiste aux orgueilleux, mais il donne sa grâce aux humbles.» Comment être libéré de l’orgueil profond de notre mauvais cœur?
1. se donner corps et âme et avec amour au Seigneur de notre vie;
2. accepter la réalité de toutes nos circonstances et en remercier Dieu;
3. se vanter de ses faiblesses quand il faut se vanter.
C’est ainsi que la puissance de Christ reposera sur nous et que nous pourrons marcher humblement devant notre Dieu tous les jours de notre vie.

Il en va de même pour une Église locale. Ne nous comparons pas aux autres Églises locales de la région ou d’ailleurs. Mais si nous le faisons, soulignons non pas nos forces mais nos faiblesses, afin que Christ nous soit favorable et se démontre puissant parmi nous.
Autres lectures complémentaires :

I Corinthiens 15.10; 30-32; 4.9-13; Actes 20.18-27

© Copyright EACMSF. Tous droits réservés