Aux pieds du Maître : semaine 25

Aux pieds du Maître : semaine 25 (du 16 au 22 juin 2014)
Plan de la semaine :
1. Lecture des textes : Actes 2
2. Méditation :
Les témoignages de Jésus que nous entendons aujourd’hui sont des preuves parmi plusieurs que Jésus est vivant, puissant et plein d’amour envers quiconque se tourne vers lui. Jésus Lui-même continue son œuvre sur la terre par le Saint Esprit de Dieu aujourd’hui et jusqu’à la fin du monde.
Quand le Saint-Esprit, l’Esprit même de Dieu, le jour de la Pentecôte, est descendu sur les disciples pour venir habiter en eux ils se sont mis à témoigner des merveilles de Dieu à tout le monde. Même des langues leur ont été données par miracle, par ce même Esprit Saint, pour qu’ils témoignent de ces merveilles aux Juifs qui provenaient de toutes les nations qui sont sous le ciel, nous dit le texte. Ils étaient venus fêter le début de la moisson en ce jour de la Pentecôte. Il fallait bien que des langues leur soient données pour que l’ordre de Jésus de faire de toutes les nations des disciples ne soit pas hors de leur portée. En effet, après sa résurrection, Jésus leur avait donné l’ordre suivant : faites de toutes les nations des disciples, baptisez-les au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit et enseignez-leur à mettre en pratique tout ce que je vous ai prescrit. Comment veux-tu faire de toutes les nations des disciples si tu ne parles pas la langue de ces nations? Alors pour répandre rapidement la bonne nouvelle à toutes les nations, Dieu a fait le miracle des langues sur les disciples remplis de l’Esprit. Les langues ont simplement servi d’outil pour répandre le message merveilleux de Dieu. Aujourd’hui notre attention ne doit pas se tourner vers les langues, mais vers le message. Car c’est le message que nous avons besoin pour notre salut, notre sécurité et notre bien-être éternel. Sauf que notre attention doit aussi se tourner vers l’Esprit de Dieu. Car l’Esprit est la puissance, la force et l’efficacité de Dieu pour appliquer le message de la parole de Dieu dans nos vies aujourd’hui.
Application : Ne pensez-vous pas qu’on a là un superbe exemple pratique qui nous montre que l’Esprit de Dieu nous donne toujours ce qui est nécessaire pour faire la volonté de Dieu dans nos vies? Que ce soit des corbeaux pour nourrir son serviteur qui doit fuir pour sa vie (Élie) ou des langues pour répandre l’Évangile à toutes les nations, nous pouvons toujours compter sur l’aide de l’Esprit de Dieu pour faire ce que Dieu veut tel que décrit dans parole.
Mais lorsque l’apôtre Pierre s’est levé pour s’adresser à la foule qui se demandait ce que tout cela signifiait, il leur a livré un message dans une seule langue, rempli du même Saint-Esprit, et qui se résume en une seule chose : Jésus est Seigneur, c’est-à-dire Dieu, celui à qui tout appartient, et il est Messie, c’est-à-dire Sauveur du monde, donc notre Seigneur et Sauveur dont nous avons tant besoin aujourd’hui. Voilà à quoi se résume le message de Pierre.
Pierre, rempli du Saint-Esprit, livre un message le jour de la pentecôte qui sert à convertir 3 000 personnes. Il fallait bien que son message soit très convaincant. Sur quoi s’appuie-t-il pour communiquer la vérité à des gens confus?
Quand nous examinons les messages d’évangélisation des apôtres du Nouveau Testament, que ce soit Pierre ou Paul, nous remarquons qu’ils couvrent souvent quatre parties :
1. On annonce que le temps est venu, les temps sont accomplis, la volonté de Dieu s’accomplit en son temps;
2. On raconte comment Jésus a aimé et obéi à Dieu, en faisant des miracles extraordinaires, et comment il est mort et triomphé de la mort quand il est ressuscité;
3. On cite les prophéties de l’Écriture sainte qui ont été accomplies dans la vie, la mort et la résurrection de Jésus prouvant par là qu’Il est le Sauveur du monde;
4. On appelle à la repentance, au changement d’attitude face à Jésus;
Tous ces éléments sont présents dans ce que Pierre dit à la foule. Et ces quatre points forment ensemble un modèle aussi pour l’évangélisation aujourd’hui. Nous devrions y porter une attention particulière pour les mentionner aussi lorsque nous parlons de notre foi aux gens intéressés.
1. Les temps sont accomplis.
Le moment que Dieu avait décrété dans sa souveraineté pour venir et nous racheter de nos péchés est arrivé dans la personne de Jésus-Christ.
L’apôtre dit (v. 16-21) : Mais maintenant se réalise ce qu'a dit le prophète Joël: Dans les derniers jours, dit Dieu, je déverserai de mon Esprit sur tout être humain … le soleil se changera en ténèbres et la lune en sang avant l'arrivée du jour du Seigneur, de ce jour grand et glorieux. 21 Alors toute personne qui fera appel au nom du Seigneur sera sauvée.

Lors de la crucifixion du Seigneur Jésus, le soleil s’était changé en ténèbres et puisque c’était la pleine lune on croit qu’elle devait être rouge le soir de ce jour glorieux. Selon les experts, cela ne pouvait pas être une éclipse de soleil parce que la lune était pleine pendant cette pâque juive. C’était donc un miracle de Dieu que le soleil se change en ténèbres à midi. La foule réunie devant Pierre avait pu témoigner de cela car c’étaient des Juifs qui participaient aux fêtes juives de la première alliance. Ils devaient donc être présents lors de cette fête de la pâque et ils avaient vu ce signe étrange dans le ciel. Pierre confirme donc que Dieu accomplissait alors la prophétie de Joël.
Application : Les temps sont donc arrivés et depuis ce jour c’est toujours le bon moment pour être sauvé, car toute personne qui fera appel au nom du Seigneur sera sauvée.
Comme le dit le Saint-Esprit, aujourd'hui, si vous entendez sa voix, n'endurcissez pas votre cœur (Hébreux 3.7)

2. Écoutez l’histoire de Jésus.
Pierre dit : Dieu vous a désigné Jésus de Nazareth en accomplissant par lui, au milieu de vous, des miracles, des prodiges et des signes, comme vous le savez vous-mêmes.
Ce que Dieu a fait par Jésus c’était plus que des merveilles pour épater les gens et attirer la foule comme on voit parfois lors des festivals d’été. Jésus faisait des miracles prouvant que Dieu était avec lui. C’était plus que l’on entend aujourd’hui par le mot miracle, les ventes miracle ou les marathons miracles, qui parle simplement de quelque chose d’étonnant et de grand. Les miracles de Jésus dépassaient les lois naturelles (ressusciter un mort de quatre jour par sa parole, marcher sur l’eau, multiplier quelques pains pour nourrir cinq mille hommes). Quand Nicodème, l’expert en religion, vint de nuit trouver Jésus il lui dit:
«Maître, nous savons que tu es un enseignant envoyé par Dieu, car personne ne peut faire ces signes miraculeux que tu fais si Dieu n'est pas avec lui.» Jean 3.2

Nicodème reconnaissait que ces miracles étaient aussi des signes. Non seulement étaient-ils des miracles, mais des signes miraculeux. Comme un signe sur la route qui nous indique le chemin ou une courbe à venir, les signes miraculeux de Jésus indiquaient quelque chose, que le royaume de Dieu était là, les puissances du monde à venir comme nous dit Hébreux 6.5, ces puissances que nous commençons à goûter par la Parole de Dieu et par l’Esprit de Dieu aujourd’hui, et dans lesquelles nous vivrons pour toujours si nous sommes en Jésus-Christ.
Mais quoique les gens en général ont reconnu que Dieu visitait son peuple lorsqu’ils voyaient les œuvres merveilleuses de Jésus, cela n’a pas empêché qu’il soit crucifié entre deux brigands.
Les Romains, qui se foutaient de la loi révélée de Dieu, ont cloué Jésus sur une croix. Mais le plus grave c’est que c’était les chefs des prêtres et la foule de Jérusalem qui ont crié à Pilate, le gouverneur romain : Crucifie-le! Mais tous ces gens qui ont pris part à sa mort n’étaient pas conscients qu’ils accomplissaient par là le projet défini par Dieu. Pierre dit : Cet homme vous a été livré suivant le projet défini et la prescience de Dieu. [Vous l’avez arrêté,] vous l'avez fait mourir sur une croix par l’intermédiaire d’hommes impies.

Il y a quelque chose d’extraordinaire ici, quelque chose de vraiment glorieux.
Pierre dit : Vous êtes pleinement coupables, mais Dieu a décrété que son Messie devait souffrir, et il devait souffrir pour vous libérer de votre culpabilité devant Lui. Vous êtes coupables, oui, mais Dieu a utilisé votre geste pour vous procurer le salut. Wow!
Aujourd’hui encore on est coupable de se moquer de Jésus et de le rejeter comme Sauveur et Seigneur ou d’en être indifférent ou d’attendre à plus tard. On est coupable et on mérite la juste condamnation de Dieu et la mort éternelle, mais Dieu utilise parfois cette culpabilité pour la tourner au salut de ceux qu’Il choisit par sa grâce en Jésus-Christ.

Sachons donc répondre avec amour et patience, ceux qui nous insultent ou nous méprisent, tout en semant la Parole quand nous avons l’occasion. Car Dieu peut les sauver en utilisant leur culpabilité.

L’homme n’a pas le dernier mot ici-bas, il n’a jamais le dernier mot; c’est Dieu qui a le dernier mot, Lui qui soutient toute chose.
La mort de Jésus n’était pas le dernier mot, car Dieu l’a ressuscité. Ils l’ont tué mais Dieu l’a délivré des liens de la mort. Si les souffrances du Messie ont été décrétées par le projet défini de Dieu, il en est de sa résurrection et de sa gloire.

3. Pierre cite des textes bibliques pour soutenir ce qu’il dit. Ah comme l’Écriture est importante pour soutenir ce que nous disons quand nous parlons de Jésus à quelqu’un qui croit.
Illustration : quand je suis venu au Seigneur pour le recevoir dans ma vie, c’est la parole de Dieu qui m’a convaincu (éclairé par l’Esprit de Dieu).
Les Juifs croyaient que Dieu avait parlé par les prophètes de l’ancienne alliance, et nous devons y croire aussi. Tous devraient y croire parce que c’est la vérité; l’accomplissement de ces prophéties dans l’histoire le prouve. L’Ancien Testament est parole de Dieu tout comme le Nouveau testament. L’Ancien Testament soutient le nouveau, comme les racines d’un arbre. Enlevez les textes de l’Ancien Testament et leur enseignement qui sont inclus dans le nouveau, et il ne vous reste plus grand-chose à lire.
Alors Pierre cite le Psaume 16 où le roi David prophétise au sujet du Messie promis en annonçant sa résurrection. Pierre démontre que ces paroles ne pouvaient pas être appliquées à David parce que celui-ci était mort et enterré; son tombeau était au sud de la ville de Jérusalem, près de Siloé. Il fallait donc qu’elles s’appliquent à un autre que David, à son descendant, que Dieu lui avait promis et qui est mentionné dans un autre psaume (132.11). Et Pierre d’ajouter que ces paroles prophétiques avaient été accomplies en Jésus-Christ, le descendant de David, qui avait été exalté par Dieu.
Pierre poursuit en citant un autre psaume de David, 110.1 :
L’Éternel a déclaré à mon Seigneur: «Assieds-toi à ma droite jusqu’à ce que j’aie fait de tes ennemis ton marchepied.»
Les Juifs pieux de l’époque croyaient que le Seigneur dont parlait David dans ce texte était le Messie promis. Alors Pierre utilise ce texte pour dire que ce n’est pas David qui est ressuscité et s’est assis à la droite de Dieu, mais le Messie, Jésus de Nazareth ressuscité et monté au ciel.
Et le «punch» c’est que de cette position d’autorité suprême sur tout l’univers, Jésus a déversé l’Esprit promis par son Père sur tous ses disciples sur la terre, tel que prophétisé par Joël. Ils venaient d’en être témoins.
Encore aujourd’hui, le triomphe de Jésus n’est pas seulement attesté par les paroles des disciples, ou par le témoignage des prophètes, mais aussi par son activité actuelle dans le monde et par le témoignage de l’Esprit, tel que nous l’avons entendu dans les témoignages de Louis Rodrigue et de Victor Vera dimanche.
Cette exaltation de Jésus de Nazareth à la position de suprême autorité sur tout l’univers demeure un fondement de l’évangélisation aujourd’hui.
Jésus demeure encore aujourd’hui le Seigneur et le Sauveur du monde.
4. Le témoignage oculaire des apôtres combiné avec le témoignage des prophètes de l’Ancien Testament assurent les croyants que c’est la vérité. Pierre arrive donc à la conclusion : Que toute la communauté d'Israël sache donc avec certitude que Dieu a fait Seigneur et Messie ce Jésus que vous avez crucifié.»
Application : Nous devons avoir l’assurance que ce que nous croyons est la vérité, la réalité des choses, même on ne les voit pas. Et nous devons avoir des arguments solides pour convaincre les autres.
Car il n’y a pas de doute à avoir. Jésus est Seigneur et Messie; non seulement Messie mais Seigneur! Le mot Seigneur a perdu son sens aujourd’hui; les gens l’utilisent à tout bout de champ pour exprimer l’impatience ou le dégout. Mais dans la Bible, le mot Seigneur est le nom qui est au-dessus de tout nom. Pour les Juifs, le Seigneur c’est le Nom ineffable du Dieu d’Israël. Le nom qu’ils n’osaient même par prononcer tant il est saint.
Alors les apôtres n’hésiteront pas à utiliser le nom Seigneur pour parler de Jésus, et ils n’hésiteront pas non plus à appliquer les passages de l’AT qui parlent de Yahvé à Jésus. Rappelons-nous du nom de même de Jésus qui signifie Yahvé-sauve. Quand Pierre cite le prophète Joël en disant : «Alors toute personne qui fera appel au nom du Seigneur sera sauvée. Le nom Seigneur est la traduction de Yahvé dans le texte hébraïque. Mais il est appliqué à Jésus dans le Nouveau Testament.
La prédication de Pierre s’est prouvée efficace par le Saint-Esprit. Non seulement a-t-il convaincu les esprits des gens mais leur consciences sont aussi convaincues.
Si Jésus est vraiment le Messie et le Sauveur du monde promis, alors leur culpabilité ne peut pas être plus grande après l’avoir traité comme ils l’ont fait. Ils avaient crucifié leur sauveur, comment pourraient-ils être sauvés maintenant? Et ils s’exclament : «Frères, que ferons-nous?»
Ah que le Québec et le monde puisse être convaincu de cette manière à cause du traitement que l’on fait de Jésus et de sa parole aujourd’hui.
Car il y a un espoir, tant pour les Juifs que les non-Juifs.
Pierre leur dit: «Changez d’attitude et que chacun de vous soit baptisé au nom de Jésus-Christ pour le pardon de vos péchés, et vous recevrez le don du Saint-Esprit.


© Copyright EACMSF. Tous droits réservés