Archives de prêches

08/04/2007

Les croyants en Christ seront changés
Claude Noël



I Corinthiens 15

Rester fermes, inébranlables, dans notre foi.
Rester fermes, inébranlables, dans notre amour.
Rester fermes, inébranlables, dans notre service.

I. L’Évangile ou la BN de Jésus : un fondement solide
a. Des faits historiques non seulement de beaux principes (3)
b. Un contenu puissant annoncé d’avance par les Écritures
i. Jésus-Christ est mort pour les péchés
ii. Jésus-Christ a été enseveli
iii. Jésus-Christ a été ressuscité
c. Des témoins occulaires qui sont morts martyrs en majorité (6)

Cette bonne nouvelle mérite d’être reçue et crue. Elle mérite notre attention car elle est vraie, basée sur les paroles et l’œuvre de Celui qui est la vérité. Restons donc fermes et inébranlables dans notre foi.

C’est important, car les vents sont souvent contraires dans notre monde.
Exemple : Tombeau découvert.

II. La résurrection du Christ prouve qu’il y a résurrection des morts (12s)
a. Les Grecs croyaient à l’immortalité des âmes, mais la foi chrétienne est basée sur la résurrection des corps
b. S’il n’y a pas de résurrection des morts, Christ n’est pas ressuscité
c. Si Christ n’est pas ressuscité, alors la foi chrétienne est vide (14)
d. Si Christ n’est pas ressuscité, vous êtes encore dans vos péchés, et vous êtes encore perdus (17-18)
i. Christ est mort pour nous : nous ne sommes plus coupaples
ii. Christ est ressuscité pour nous : nous sommes rendus justes
e. Si Christ n’est pas ressuscité, nous faisons plus que pitié (19, 30)
f. Christ EST ressuscité, prémices de ceux qui sont décédés (20)
g. Si Christ n’est pas ressuscité, jetons-nous dans les plaisirs (32)

III. La nature du corps ressuscité est différente de nos corps (35-38)
a. Comment le corps revient sain s’il est incinéré?
b. Semé corruptible, ressuscité incorruptible (42-44)
c. Dieu nous a donné un corps approprié pour vivre sur terre, il nous en donnera un aussi approprié pour vivre au ciel (47-49)
d. Nous serons changés, incorruptibles (51-52)
e. La mort sera vaincu pour toujours (54)

Selon la thèse du réalisateur de Titanic, James Cameron, le tombeau découvert en 1980 en Israël serait celui de Jésus, enterré aux côtés de Marie-Madeleine et de leur fils. Une théorie qui fait bien sûr polémique.

«Si vous trouvez un John, un Paul et un George, vous n’allez pas en tirer de conclusions… à moins que vous ne trouviez un Ringo». Pour le réalisateur de Titanic, James Cameron, pas de doute : les tombeaux découverts en 1980 à Talpiot, un quartier de Jérusalem, sont ceux de Jésus et de sa famille. Pour preuve, les prénoms gravés sur les cercueils : Yehoshoua Ben Yossef (Jésus fils de Joseph), Yéhouda Bar Yehoshoua (Judas fils de Jésus) et Mariamene e Mara, ce qui est, dans certains écrits, le nom attribué à Marie-Madeleine.


Le documentaire produit par James Cameron et réalisé par l'Israélien Simcha Jacobovici se fonde en grande partie sur le regroupement de ces prénoms, courants à l’époque, mis à part celui de Mariamene e Mara.


L'ADN du contenu des ossuaires "Jésus fils de Joseph" et "Mariamene e Mara" a aussi montré que ces deux personnes n'avaient pas de lien sanguin. Comme la présence dans le même tombeau suggère un lien familial, le film avance que Jésus et Marie-Madeleine ont pu former un couple.


«Qui dit que ‘Marie’ est Madeleine ?»


Avant même sa diffusion le 4 mars sur la chaîne câblée Discovery Channel, la théorie avancée par le documentaire est d’ores déjà contestée par des scientifiques. Comme Amos Kloner, éminent archéologue israélien, pour qui le documentaire n'apporte "pas de preuve scientifique". "C'est un tombeau juif du premier siècle après J.C.", a-t-il expliqué. "Les noms visibles sur six des ossuaires sont très intéressants, car ils rappellent ceux des principaux personnages du Nouveau Testament. Mais qui dit que ‘Marie’ est Madeleine et que ‘Judas’ est le fils de Jésus? Cela ne peut être prouvé". D’autres scientifiques insistent sur le fait que le premier usage de "Mariamene" pour Marie-Madeleine date de 200 ans après Jésus-Christ, ce qui implique que Marie-Madeleine n’était pas connue sous ce nom à sa mort.


Quant aux organisations chrétiennes, elles n’ont pas tardé à dénoncer "une fiction hollywoodienne déguisée en fait scientifique". "Depuis des années, Hollywood attaque le christianisme", regrette le pasteur Rob Schenck, président du Conseil national du Clergé, citant le précédent du "Da Vinci Code". S'il s'avérait que ces coffrets ont effectivement accueilli les os de Jésus, cela contredirait la croyance chrétienne de la Résurrection et de l'Ascension au Paradis.

© Copyright EACMSF. Tous droits réservés