Archives de prêches

08/07/2007

Travaillons, faisons des efforts, à notre salut!
Claude Noël



Intro… Ce n’est pas facile d’être un chrétien fidèle dans le monde d’aujourd’hui. Il y a de nombreuses tentations de toutes sortes et beaucoup d’occasion de pécher contre notre Dieu. Tout le monde le fait, fais-le donc, nous dit-on. Il y a des endroits où on n’ose même plus aller, des activités qu’on ose plus participer, des choses du monde qu’on ose plus faire. Ce n’est pas facile de garder les yeux sur le Seigneur et vivre la vie sainte qu’il veut que nous vivions. Ce serait plus facile si nous pouvions nous isoler. Former un genre de ghetto chrétien, une commune fermée… mais alors comment pourrions-nous alors être le sel de la terre et la lumière du monde comme Jésus veut que nous soyons? Dilemme.
Nous sommes appelés à transformer un monde corrompu. Mais comment? Comment influencer ces gens qui vivent dans les ténèbres spirituels pour qu’ils en viennent à recevoir la lumière de Dieu? Comment faire pour changer une culture dans laquelle la vie est devenue plate si on ne réussit pas à la remplir de plaisirs aussi vides les uns des autres?
Ce qui changera le monde par nous c’est rien de plus que ce qui nous a changé, nous. Ce que Dieu a fait et fait en nous, il veut le faire par nous dans la vie de d’autres personnes. Nous devons résolument nous concentrer et travailler intensément sur notre relation avec Dieu, car de là vient la puissance pour influencer et changer le monde.
Tournez avec moi dans Philippiens 2.12-18
Ainsi, mes bien-aimés, comme vous avez toujours obéi, travaillez à votre salut avec crainte et tremblement, non seulement comme en ma présence, mais bien plus encore maintenant que je suis absent; car c'est Dieu qui produit en vous le vouloir et le faire, selon son bon plaisir. Faites toutes choses sans murmures ni hésitations, afin que vous soyez irréprochables et purs, des enfants de Dieu irrépréhensibles au milieu d'une génération perverse et corrompue, parmi laquelle vous brillez comme des flambeaux dans le monde, portant la parole de vie; et je pourrai me glorifier, au jour de Christ, de n'avoir pas couru en vain ni travaillé en vain. Et même si je sers de libation pour le sacrifice et pour le service de votre foi, je m'en réjouis, et je me réjouis avec vous tous. Vous aussi, réjouissez-vous de même, et réjouissez-vous avec moi.
Prions
Si vous désirez vraiment avoir une influence dans ce monde pour Dieu, si vraiment vous voulez y a avoir un impact qui dure, faire une différence là où Dieu vous a placé, vous devez travailler fort et faire des efforts intenses pour être à votre meilleur pour la gloire de Dieu. Vous devez devenir la personne que Dieu veut que vous soyez rien de moins. Et cela demande des efforts constants et du travail concentré à votre relation avec Dieu.
13Entrez par la porte étroite (dit Jésus) Car large est la porte, spacieux est le chemin qui mènent à la perdition, et il y en a beaucoup qui entrent par là. Mais étroite est la porte, resserré le chemin qui mènent à la vie, et il y en a peu qui les trouvent.
Travaillez à votre salut, dit Paul inspiré par l’Esprit de Dieu, travaillez à votre salut avec crainte et tremblement.
Dieu désire plus que nous produire en nous le vouloir et le faire, selon son bon plaisir, et sauver un monde perdu. Mais si nous ne travaillons pas à notre salut, si nous nous laissons aller dans les œuvres de la chair, comment Dieu pourra-t-il produire ce vouloir et ce faire? N’est-ce pas la chair qui produira ses œuvres? 19Or, les oeuvres de la chair sont manifestes, ce sont les querelles, les jalousies, les animosités, les disputes, les divisions, l'envie, l'ivrognerie, les excès de table, et les choses semblables. (l'impudicité, l'impureté, la dissolution, l'idolâtrie, la magie, les inimitiés, les sectes,) Gal 5.
Comment alors travailler à son salut. Le texte nous le dit :
Faites toutes choses sans murmures ni hésitations
Nous devons vivre notre vie sans murmurer ni critiquer Dieu dans tout ce qui nous arrive.
C’est un travail pénible. C’est dur de rester en silence et d’attendre en silence le secours de l’Éternel, mais c’est ce qui influence le monde, c’est ce qui change le monde…
afin que vous soyez irréprochables et purs, des enfants de Dieu irrépréhensibles au milieu d'une génération perverse et corrompue, parmi laquelle vous brillez comme des flambeaux dans le monde,
Tout faire sans critiquer ni murmurer, c’est la première chose à faire pour influencer le monde.
La deuxième c’est d’offrir à ce monde la Parole de vie.
portant la parole de vie; et je pourrai me glorifier, au jour de Christ, de n'avoir pas couru en vain ni travaillé en vain.
La parole de Vie c’est la Parole de Dieu. Est-ce que nous travaillons fort à ce que la Parole nous remplisse jusqu’à sortir par nos bouches. Ce n’est pas facile. Ça prend de la discipline, c’est un travail exigeant.
Cela ne peux pas se faire sans la prière car c’est l’Esprit de Dieu qui nous enseigne et qui nous illumine pour que non seulement nous comprenions la Parole mais surtout que nous l’assimilions, et que nous soyons de l’intérieur transformé de jour en jour pour ressembler de plus en plus à Jésus. Et Dieu produit alors le vouloir et le faire selon son bon plaisir.
Travailler à notre salut c’est tout faire sans murmurer et offrir la parole de vie au bon moment à ceux qui meurent.
C’est un travail. Enfin, si nous voulons vraiment influencer ce monde pour Dieu, nous devons accepter de souffrir avec joie pour Jésus. Encore une œuvre difficile de notre part.
Et même si je sers de libation pour le sacrifice et pour le service de votre foi, je m'en réjouis, et je me réjouis avec vous tous. Vous aussi, réjouissez-vous de même, et réjouissez-vous avec moi.
Si vous souffrez pour Jésus, réjouissez-vous. C’est une grâce qui vous est faite. Parce que cette souffrance dans la joie influence le monde et le transforme. C’est très puissant selon Dieu.
10Heureux ceux qui sont persécutés pour la justice, car le royaume des cieux est à eux! 11Heureux serez-vous, lorsqu'on vous outragera, qu'on vous persécutera et qu'on dira faussement de vous toute sorte de mal, à cause de moi. 12Réjouissez-vous et soyez dans l'allégresse, parce que votre récompense sera grande dans les cieux; car c'est ainsi qu'on a persécuté les prophètes qui ont été avant vous.
Réjouissons-nous dans la souffrance pour Christ.
Travaillons à notre salut avec crainte et tremblement en faisant tout sans murmures ni discussion, en portant au monde la parole qui peut leur donner la vie, et en souffrant avec joie les moqueries, le mépris, et les insultes que nous recevons. Car c’est Dieu qui produit en nous le vouloir et le faire selon son bon plaisir.
Illustration : Donald, coach de son équipe de hockey.
Un ami personnel a déjà été coach ou entraîneur d’une équipe de hockey. Cette année-là l’équipe était prête plus que jamais à remporter le championnat. Les joueurs étaient au maximum de leur forme physique, les jeux avaient été appris, la défensive, l’attaque, le jeu de puissance tout était à point. Et mon ami derrière le banc des joueurs voyait déjà la victoire. Et il s’est mis à encourager ses joueurs. – On va gagner les gars! Imaginez la coupe dans vos mains faisant le tour de la glace! Imaginez vos fans debout dans les estrades vous applaudissant. Et les joueurs aimaient entendre de telles paroles. Ils goûtaient déjà la victoire. Les éliminatoires sont venues, mais l’équipe s’est mis à perdre un match après l’autre. Mon ami l’entraîneur n’en croyait pas ses yeux. Et après avoir blâmé ses joueurs pour quelques erreurs, il a réalisé que c’était lui le problème. Il avait mis dans la tête de ses joueurs la victoire avant le travail, la gloire avant la lutte, le champagne avant les efforts. Et sur la patinoire, la tête des gars était ailleurs et l’autre équipe marquait des points et gagnait. Mon ami a alors admi son erreur à ses joueurs. Et il a changé son fusil d’épaule en leur disant d’oublier la coupe pour le prochain match et de concentrer tous leurs efforts sur la mise au jeu à gagner, sur couvrir son homme de l’équipe adverse, sur travailler fort dans les coins de la patinoire, sur contrôler la rondelle. Travailler avec ardeur sur chaque jeu point. Et l’équipe a recommencé à gagner, pour finalement gagner la coupe.
Dans la vie chrétienne, nous pouvons tomber dans le même piège en nous voyant déjà sauvés en attendant de passer l’éternité avec Christ…
NOTES SUPPLÉMENTAIRES POUR L'ÉTUDE APPROFONDIE :

Jésus ne vient pas dans nos vies pour nous libérer de l’obligation d’obéir aux commandements de Dieu. La liberté chrétienne n’est jamais le libertinage. Au contraire, Jésus vient dans nos cœurs pour nous donner la force de vivre pour Dieu, en plaisant à Dieu. Il nous libère d’une vie plate et vide, une petite vie centrée sur nous-mêmes, nos caprices et nos plaisirs. Pourtant, nous n’apprenons pas vite il me semble. L’amour des richesses et les plaisirs de la vie avec ses inquiétudes s’attachent si facilement à nous. Et on se laisse facilement affecter par ce que les autres vont penser si on ne fait pas comme eux. Ce n’est pas facile de résister tout le temps. Mais si nous voulons goûter que le Seigneur est vraiment bon, si nous sommes assez curieux pour aller jusqu’au bout dans la vie abondante que Jésus nous offre, nous devons abandonner notre volonté à la volonté de Dieu.
L’Esprit que nous avons reçu de Dieu – si vraiment nous avons reçu Jésus par la foi – cet Esprit en nous désire produire le vouloir et le faire selon le bon plaisir de Dieu en nous. Mais il ne le fera pas si nous ne mettons pas d’effort dans notre relation avec Dieu, en lisant beaucoup sa Parole et en prenant du temps à part pour parler avec notre Dieu.
Philippiens 2:12-13
12Ainsi, mes bien-aimés, comme vous avez toujours obéi, travaillez à votre salut avec crainte et tremblement, (non seulement comme en ma présence, mais bien plus encore maintenant que je suis absent); 13car c'est Dieu qui produit en vous le vouloir et le faire, selon son bon plaisir.
Qu’est-ce qui produit en vous la crainte et le tremblement, ce sentiment d’anxiété nerveuse et tremblante que l’on ressent?
· Rouler à 120 sur l’autoroute et voir dans le rétroviseur une voiture de police quitter le fossé et vous suivre avec les gyrophares en fonction?
Qu’est-ce qui produit en vous la crainte et le tremblement, ce sentiment d’anxiété nerveuse et tremblante que l’on ressent?
· Voir une autre fille tourner autour de votre futur chum que vous essayez d’attirer à vous?
· Recevoir des menaces de quelqu’un?
· Recevoir une lettre du ministère du Revenu vous informant que vous devez 5 000$ d’impôt?
· Réaliser que votre ado n’entre pas à l’heure prévue et recevoir un appel téléphonique à 2h00?
Qu’est-ce qui produit en vous la crainte et le tremblement, ce sentiment d’anxiété nerveuse et tremblante?
Est-ce de travailler à votre salut?
Travaillez à votre salut avec crainte et tremblement.
Non pas travailler pour votre salut, pour mériter votre salut. Il y en a un qui a travaillé pour notre salut et qui nous a mérité le salut, par ses souffrances et sa mort à la croix et sa résurrection. Et maintenant nous avons reçu, recevons et recevrons ce salut éternel par le moyen de la foi dans l’œuvre de Jésus-Christ. Si nous avons reçu ce salut, nous devons maintenant travailler à notre salut avec crainte et tremblement.
Le mot grec n’est pas facile à traduire en français. Il s’agit de travailler à l’extérieur de nous ce que Dieu a travaillé à l’intérieur de nous. Ce que Dieu a fait en nous, nous devons le mettre en œuvre par notre conduite dans la vie de tous les jours. Et non seulement est-ce une œuvre extérieure, mais c’est une œuvre continue jusqu’à ce qu’elle soit complétée dans nos vies. Travailler jusqu’à la perfection, qui est le but à atteindre dans notre union avec Jésus-Christ.
Ce n'est pas que j'aie déjà remporté le prix, ou que j'aie déjà atteint la perfection; mais je cours, pour tâcher de le saisir, puisque moi aussi j'ai été saisi par Jésus Christ. Frères, je ne pense pas l'avoir saisi; mais je fais une chose: oubliant ce qui est en arrière et me portant vers ce qui est en avant, je cours vers le but, pour remporter le prix de la vocation céleste de Dieu en Jésus Christ. Philippiens 3.12-14
travaillez à votre salut avec crainte et tremblement, (non seulement comme en ma présence, mais bien plus encore maintenant que je suis absent);
Non seulement quand d’autres chrétiens ou le pasteur vous voit, mais surtout quand personne vous voit sauf Dieu…
13car c'est Dieu qui produit en vous le vouloir et le faire, selon son bon plaisir.
Le mot grec traduit par produit n’est le même que le mot travaillez dans l’expression travaillez à votre salut. Dieu travaille en vous, produit en vous de façon puissante. Le mot décrit l’énergie et la puissance efficace de Dieu lui-même en action.
Dieu agit par son Esprit en vous pour produire à la fois le vouloir et le faire. C’est lui qui produit la force en vous pour vouloir et pour faire la volonté de Dieu. Dieu œuvre en nous et produit la force en nous qui nous permet d’accomplir la loi d’aimer Dieu et le prochain. Dieu travaille dans nos cœurs et nous voulons faire la volonté de Dieu, nous voulons écouter sa voix, nous voulons obéir à ses commandements, et nous réussissons à le faire par sa force agissante avec puissance en nous.
Dieu produit en nous le vouloir et le faire selon son bon plaisir, selon sa propre satisfaction, pour accomplir son but bienveillant dans nos vies.
Notre part est de travailler à notre salut avec crainte et tremblement, avec anxiété nerveuse et tremblante pour faire le bien, pour faire ce que Dieu veut par le moyen de la foi.
Est-ce que c’est avec crainte et tremblement que vous voyez la nécessité de vous approcher de Dieu à chaque jour afin de demeurer en lui?
Travaillons à notre salut avec crainte et tremblement.
Le salut n’est pas quelque chose que nous pouvons perdre. Parce que le salut c’est quelqu’un. Le salut c’est Jésus qui sauve. Son nom signifie Yahvé sauve. Moi, je suis heureux d’avoir reçu plus que quelque chose, un laisser-passer pour le ciel par exemple. J’ai reçu un Sauveur, qui est Jésus-Christ le Seigneur. Et son Esprit est entré en moi selon sa promesse. Voici, je me tiens à la porte, et je frappe. Si quelqu'un entend ma voix et ouvre la porte, j'entrerai chez lui, je souperai avec lui, et lui avec moi.
L’Esprit de celui qui a porté mon péché à la croix est entré en moi et il ne m’abandonnera jamais, car il est fidèle Lui.
Notre salut n’est pas quelque chose c’est quelqu’un, c’est Jésus, et c’est une relation avec Jésus qui m’a sauvé, qui me sauve et qui me sauvera lorsqu’il reviendra.
Mais j’ai à travailler à mon salut, à ma relation avec Dieu, avec crainte et tremblement pour m’assurer que Dieu a toute liberté pour produire en moi le vouloir et le faire selon son bon plaisir, car je désire lui faire plaisir. C’est bien la moindre chose que je puisse lui offrir après tout ce qu’il a fait pour moi.
Travailler à ma relation avec Jésus. Comme travailler à ma relation avec Karen, mon épouse. Comme travailler à ma relation avec chacun de mes enfants. Travailler. Faire des efforts. Car les bonnes relations en croissance ne viennent pas toutes seules. Ça prend de l’effort, de la patience, de l’amour, de la soumission…
Attention: ne recevons pas la grâce de Dieu en vain! Nous risquons de recevoir la grâce de Dieu en vain si nous ne mettons pas d’effort dans notre marche avec Dieu, si nous nous laissons aller dans la paresse spirituelle.
Il faut bien le reconnaître, ce n’est pas toujours Dieu qui produit en nous le vouloir et le faire. Parfois c’est notre chair, ce principe de mal qui habite en nous. Cet égoïsme qui se met à convoiter ce qu’il y a dans le monde, et qui nous fait récolter la vanité et la corruption. Parfois le diable s’essaie avec nous et met en nous des pensées qui sont loin de la vérité et de la sainteté qui se trouvent en Jésus.
Mais si nous travaillons avec crainte et tremblement à notre salut, Dieu produira en nous le vouloir et le faire selon son bon plaisir.
La question c’est comment? Comment travaillons-nous à notre salut, 24h sur 24 et 7 jours sur 7?
14. Faites toutes choses sans murmures ni hésitations,
Toutes choses veut dire toutes choses. Et c’est même placé en tête de phrase dans le grec. C’est comme si Paul l’avait surligné en jaune ou souligné ou mis en caractère gras.
Les murmures doivent disparaître complètement. Quelqu’un qui se plaint de ce que Dieu fait ou ne fait pas dans sa vie, ce qu’Il permet ou ne permet pas, doit se taire et attendre en silence le secours de l’Éternel qui porte le nom de fidèle et bon, un Dieu qui pardonne qui est compatissant et qui ne fait pas de favoritisme. Dans le désert, le peuple de Dieu a murmuré à voix basse et en a payé le prix. Le murmure est un manque de foi, et sans la foi il est impossible d’être agréable à Dieu. Sans la foi, nous ne pouvons pas nous attendre à voir Dieu à l’œuvre dans nos vies.
Nous travaillons à notre salut en faisant toutes choses sans murmurer ni hésiter.
Refuser de murmurer démontre notre bon vouloir à faire confiance à Dieu malgré les apparences. Refuser d’hésiter consiste à penser que Dieu est digne de confiance. Les hésitations sont des questionnements intérieurs, on argumente avec Dieu, on dispute avec lui et on le critique à l’intérieur de nous. C’est aussi de la rébellion mais intellectuelle. Plutôt que simplement lui faire confiance comme un enfant qui tient la main de son parent qui l’aime.
15afin que vous soyez irréprochables et purs, des enfants de Dieu irrépréhensibles au milieu d'une génération perverse et corrompue, parmi laquelle vous brillez comme des flambeaux dans le monde,
16portant la parole de vie;
Si nous travaillons à notre salut avec crainte et tremblement en faisant tout sans murmurer ni critiquer Dieu, nous brillons comme des soleils ou la pleine lune durant la nuit. Notre confiance à toute épreuve en Dieu qui tiendra ses promesses, notre pureté et sincérité, nous présente sans tache au milieu d’une société pervertie ou courbée, et corrompue ou tordue. La condition morale de ceux qui ont commis des actes contraires à la volonté de Dieu est le fruit de leurs actions. Ce qu’ils ont fait et refait et refait a produit ce qu’ils sont devenus.
Mais nous avons renoncé à ces actions. Nous avons reçu Christ qui travaille en nous par sa Puissance et a fait de nous des enfants de Dieu, des enfants de lumière qui brillons comme les astres de la nuit dans ce monde de ténèbres et de mal selon les critères de Dieu.
Notre tâche est de travailler à notre salut sans murmurer ni critiquer, et de porter la parole de Vie.
Voici une autre chose importante dans notre travail qui doit être fait avec crainte et tremblement. Porter la parole de Vie, parce que la parole apporte la vie et la parole est la vie.
Porter c’est offrir. Offrir comme on offre un repas à quelqu’un. Porter la parole de Vie c’est offrir à ce monde qui meurt Christ, la parole de Vie. Offrons-nous Christ? Offrons-nous la Parole de Vie? C’est difficile, presqu’impossible dans cette génération, d’offrir la Parole de Vie si nous ne plongeons pas nos regards dans sa parole à tous les jours. Comment offrir la Parole qui donne la vie si la Parole ne remplit pas nos pensées et notre méditation de tous les jours. Que la parole de Christ habite parmi vous abondamment; instruisez-vous et exhortez-vous les uns les autres en toute sagesse, par des psaumes, par des hymnes, par des cantiques spirituels, chantant à Dieu dans vos coeurs sous l'inspiration de la grâce. Si sa parole n’habite pas en nous abondamment, comment peut-elle déborder sur les autres? Il ne suffit pas de lire la Parole de Dieu, il faut la comprendre étant éclairés par l’Esprit de Dieu. Parce que la parole de Vie doit être assimilée dans nos cœurs comme la nourriture physique est assimilée dans nos corps.
Travailler à notre salut avec crainte et tremblement c’est prendre le temps de lire, de méditer, dans la présence de l’Esprit de Dieu et en lui parlant Sa parole constamment, en vue de l’assimiler et qu’elle nous transforme. Que la parole de vie nous rendent pleinement vivant, à l’image de Christ, la parole vivante de Dieu. Non seulement pour faire de nous des imitateurs de Jésus, mais pour que Christ soit formé en nous. La parole de Dieu doit nous nourrir comme la nourriture nourrit nos corps afin que notre intelligence soit renouvellée et que nous puissions discerner la volonté de Dieu et la faire.
Je vous exhorte donc, frères, par les compassions de Dieu, à offrir vos corps comme un sacrifice vivant, saint, agréable à Dieu, ce qui sera de votre part un culte raisonnable. Ne vous conformez pas au siècle présent, mais soyez transformés par le renouvellement de l'intelligence, afin que vous discerniez quelle est la volonté de Dieu, ce qui est bon, agréable et parfait. Romains 12.1-2

et je pourrai me glorifier, au jour de Christ, de n'avoir pas couru en vain ni travaillé en vain.
17Et même si je sers de libation pour le sacrifice et pour le service de votre foi, je m'en réjouis, et je me réjouis avec vous tous.
18Vous aussi, réjouissez-vous de même, et réjouissez-vous avec moi.

Car Dieu a mis en nous son Esprit, qui est tout-puissant pour nous donner ce qui contribue à la vie et à la piété par le moyen d’une connaissance personnelle avec Jésus lui-même. Et cet Esprit nous assure les plus grandes et les plus précieuses promesses qui nous rendent participants de la nature divine. Christ habite en nous, et nous sommes son corps dans ce monde, ses mains, sa bouche. Mais pour vivre cela de plus en plus concrètement dans notre quotidien, nous nous devons de fuir la corruption qui existe dans le monde par la convoitise. Non pas fuir nos responsabilités d’être ambassadeur pour Christ dans ce monde car l’Esprit de Dieu nous en donne la force, mais fuir la corruption, la pourriture, la mort qui est le salaire du péché. Pour
Il vient habiter en nous pour produire en nous l’amour de Dieu et l’amour du prochain, et en particulier l’amour de nos frères et sœurs en la foi. Malheureusement, nous ne collaborons pas toujours avec Dieu. Nous nous laissons aller.
3Comme sa divine puissance nous a donné tout ce qui contribue à la vie et à la piété, au moyen de la connaissance de celui qui nous a appelés par sa propre gloire et par sa vertu, 4lesquelles nous assurent de sa part les plus grandes et les plus précieuses promesses, afin que par elles vous deveniez participants de la nature divine, en fuyant la corruption qui existe dans le monde par la convoitise, 5à cause de cela même, faites tous vos efforts pour joindre à votre foi la vertu, à la vertu la science, 6à la science la tempérance, à la tempérance la patience, à la patience la piété, 7à la piété l'amour fraternel, à l'amour fraternel la charité. 8Car si ces choses sont en vous, et y sont avec abondance, elles ne vous laisseront point oisifs ni stériles pour la connaissance de notre Seigneur Jésus Christ. 9Mais celui en qui ces choses ne sont point est aveugle, il ne voit pas de loin, et il a mis en oubli la purification de ses anciens péchés.

© Copyright EACMSF. Tous droits réservés