Archives de prêches

23/03/2008

Quelles attentes avez-vous?
Claude Noël



Danse avec moi…
Message du dimanche 23 mars 08


>>>>>>>>>>>>>>>>>
Intro. Danse sociale. Le pas le plus important est le premier. Savoir sur quel pied danser est fondamental. Imaginez si votre partenaire reculait sur le premier pas lorsqu’il ou elle devrait avancer … vous vous échapperiez l’un et l’autre. Ou pire s’il avançait en même temps que vous. BOUM! OUCH! HA! HA! HA!
La vie chrétienne c’est un peu comme une danse avec notre Dieu qui nous aime. Le premier pas, la base de chaque journée, c’est toujours lui qui avance vers nous. Ce n’est pas nous qui venons à Lui; ça ne dépend pas de nos efforts, c’est lui qui vient à nous. Et il nous donne rendez-vous durant la journée. Il nous attend. Et nous devons apprendre à recevoir, au bon moment, selon le rythme des circonstances, son amour, sa sagesse, sa direction… et obéir. Répondre.
Dans la danse sociale traditionnelle c’est l’homme qui dirige la femme. Toujours à ce que je sache. Il le fait généralement par sa main droite sur son épaule. Une légère pression indique à la femme si elle doit tourner pour accomplir une certaine variation. Si la main reste stable, la femme continue le même mouvement jusqu’à la fin. Il ne lui dit rien, parfois il ne la regarde même pas, mais il danse avec elle. Il la dirige par sa main. Et elle se laisse diriger quand elle a appris à reconnaître la direction de sa main. Ça prend de la pratique, mais ça vient.
Dans la danse de la vie chrétienne, c’est Jésus qui dirige. Sentez-vous la main de Jésus? Que fait la main de Jésus dans votre vie présentement?

Et quand nous sommes déprimés, nous laissons-nous prendre dans ses bras? Acceptons-nous Sa direction (même si nous ne comprenons rien à ce qu’il fait?)

Nos attentes sont souvent déçues dans la vie. Parfois même très déçues. Ce n’est pas que Dieu nous déçoit, mais nos attentes ne sont pas les siennes. Dieu vise plus haut et plus beau pour chacun de nous.

>>>>>>>>>>>>>>>>>
La résurrection de Jésus est venu comme une énorme surprise à ceux qui aimaient Jésus. Vraiment personne ne s’en attendait. D’abord, on ne s’attendait pas à ce qu’il ne fasse rien, et se laisse crucifier par les m… Romains, mais on s’attendait encore moins à ce qu’il ressuscite d’entre les morts. Ah, les attentes!

Même si Jésus l’avait dit clairement à Pierre, Jean et Jacques, lorsqu’il descendait de la montagne de la transfiguration, lorsque son visage resplendit comme le soleil, et ses vêtements devinrent blancs comme la lumière, ce qui leur en avait donné un avant-goût de ce que c’est la résurrection… Jésus leur avait dit : Ne parlez à personne de cette vision, jusqu'à ce que le Fils de l'homme soit ressuscité des morts. Matthieu 26.32 Les disciples n’avaient pas compris, et ils ne pouvaient pas comprendre, parce que la résurrection ne faisait pas partie des attentes qu’ils avaient de Jésus.
Et encore, juste avant d’aller au jardin de Gethsémané, Jésus avait dit à tous ses disciples : Mais, après que je serai ressuscité, je vous précèderai en Galilée.
Ces paroles n’avaient pas été retenues. Leurs attentes n’étaient pas là du tout. Et Pierre, prenant la parole, lui dit: Quand tu serais pour tous une occasion de chute, tu ne le seras jamais pour moi. Matthieu 26.32

En fait, les disciples s’attendaient plutôt à ce que Jésus «clanche» les Romains, même jusqu’à la dernière minute, peut-être un peu comme Samson qui, à la fin de sa vie, avait reçu une puissance extraordinaire pour faire s’écrouler le temple sur ses ennemis. Juges 16

28Alors Samson invoqua l'Éternel, et dit: Seigneur Éternel! souviens-toi de moi, je te prie; ô Dieu! donne-moi de la force seulement cette fois, et que d'un seul coup je tire vengeance des Philistins pour mes deux yeux!
29Et Samson embrassa les deux colonnes du milieu sur lesquelles reposait la maison, et il s'appuya contre elles; l'une était à sa droite, et l'autre à sa gauche.
30Samson dit: Que je meure avec les Philistins! Il se pencha fortement, et la maison tomba sur les princes et sur tout le peuple qui y était. Ceux qu'il fit périr à sa mort furent plus nombreux que ceux qu'il avait tués pendant sa vie.
>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>
Mais pas Jésus. Cloué sur une croix, effrayant à voir, tout ce qu’ils ont pu entendre de Jésus concernant ses ennemis ce sont les paroles : Père, pardonne-leur, car ils ne savent ce qu'ils font. Ils se partagèrent ses vêtements, en tirant au sort.
PARDONNE-LEUR!!? J’ai t’y bien compris Jacques?

Et après sa mort, la déprime. Un espoir différé rend le coeur malade, dit le proverbe. Dépression. Tout ça à cause des attentes non fondées. Parce qu’ils n’avaient pas bien écouté Jésus. Un espoir différé rend le coeur malade.
C’est incroyable comment nos attentes peuvent nous causer de la peine.

C’est bien ce qu’expriment les disciples sur le chemin d’Emmaüs…
Luc 24.13deux disciples allaient à un village nommé Emmaüs, éloigné de Jérusalem de soixante stades;
14et ils s'entretenaient de tout ce qui s'était passé.
15Pendant qu'ils parlaient et discutaient, Jésus s'approcha, et fit route avec eux.
16Mais leurs yeux étaient empêchés de le reconnaître.
17Il leur dit: De quoi vous entretenez-vous en marchant, pour que vous soyez tout tristes?
18L'un d'eux, nommé Cléopas, lui répondit: Es-tu le seul qui, séjournant à Jérusalem ne sache pas ce qui y est arrivé ces jours-ci? -
19Quoi? leur dit-il. -Et ils lui répondirent: Ce qui est arrivé au sujet de Jésus de Nazareth, qui était un prophète puissant en oeuvres et en paroles devant Dieu et devant tout le peuple,
20et comment les principaux sacrificateurs et nos magistrats l'on livré pour le faire condamner à mort et l'ont crucifié.
21Nous espérions que ce serait lui qui délivrerait Israël; mais avec tout cela, voici le troisième jour que ces choses se sont passées.
22Il est vrai que quelques femmes d'entre nous nous ont fort étonnés; s'étant rendues de grand matin au sépulcre
23et n'ayant pas trouvé son corps, elles sont venues dire que des anges leurs sont apparus et ont annoncé qu'il est vivant.
24Quelques-uns de ceux qui étaient avec nous sont allés au sépulcre, et ils ont trouvé les choses comme les femmes l'avaient dit; mais lui, ils ne l'ont point vu.
25Alors Jésus leur dit: O hommes sans intelligence, et dont le coeur est lent à croire tout ce qu'ont dit les prophètes!
26Ne fallait-il pas que le Christ souffrît ces choses, et qu'il entrât dans sa gloire?
27Et, commençant par Moïse et par tous les prophètes, il leur expliqua dans toutes les Écritures ce qui le concernait.
28Lorsqu'ils furent près du village où ils allaient, il parut vouloir aller plus loin.
29Mais ils le pressèrent, en disant: Reste avec nous, car le soir approche, le jour est sur son déclin. Et il entra, pour rester avec eux.
30Pendant qu'il était à table avec eux, il prit le pain; et, après avoir rendu grâces, il le rompit, et le leur donna.
31Alors leurs yeux s'ouvrirent, et ils le reconnurent; mais il disparut de devant eux.
Pourquoi les disciples ne reconnaissent pas Jésus? Parce que leurs attentes ne sont pas là. Les yeux de leurs cœurs sont ailleurs. Comme s’ils regardaient ailleurs.

Application : Est-ce que vos yeux sont empêchés de reconnaître Jésus dans votre vie?, dans votre Église? Quelles sont vos attentes?
Certains s’attendent à ce que l’Église grandisse en nombre si Jésus est au centre. Si l’Église ne grandit pas en nombre, c’est qu’il y a du péché dans l’Église. La croissance en nombre est une attente classique. Mais si une Église devient de plus en plus à l’image de Jésus, est-ce que ça compte? On dit, oui! Mais la croissance va suivre par la suite. Ça fait du sens. Une Église en santé va se développer. Sauf que pour Jésus lui-même cette logique n’a pas marché. Tous l’ont abandonné et il était seul à la fin.

Faisons très attention à nos attentes. Attentes personnelles, pour votre vie. Attentes professionnelles. Attentes dans l’Église. Les attentes aveuglent les yeux.

C’est comme porter une paire de lunette. Il y en a qui voient la vie en rose parce que leurs lunettes sont teintées de rose. Tout le monde est beau, tout le monde est gentil. D’autres voient la vie en noir. Est-ce que tout est noir en réalité? Non! Mais pour eux, oui. Ils ne voient que du noir. Et ils ne réalisent pas que ce sont leurs attentes qui produit cela. Enfin, ont des lunettes moitié rose, moitié noir. Quand ils regardent les autres, la vie des autres, c’est toujours rose. Mais quand ils se regardent c’est toujours noir. Même paire de lunette, deux visions complètement différentes. C’est vrai même s’ils sont chrétiens. Les autres, on sait bien, Dieu les bénit. Mais moi? Dieu m’oublie. C’est vrai, j’ai même des preuves… regarde…

Il n’y en a qu’un que Dieu a oublié et c’est son Fils sur la croix. Pour quelques instants, il s’est détourné, et Jésus a porté nos péchés, afin qu’aujourd’hui nous ne soyons plus oubliés, ayant été justifié en Christ.

On sait cela. Mais comment le vit-on? Comment est-ce qu’on le ressent?

La différence ce sont nos attentes.

Ce n’est pas Dieu ni Jésus qui vous a oublié, c’est vous qui avez oublié que c’est Lui le Seigneur, et non vous. Lui faisons-nous confiance, oui ou non? Le laissons-nous diriger notre vie, oui ou non? Alors, laissons-le faire ce qu’il doit faire! Autant les cieux sont élevés au-dessus de la terre, Autant mes voies sont élevées au-dessus de vos voies, Et mes pensées au-dessus de vos pensées.

Les attentes des disciples avaient été amèrement déçues. Et ils étaient complètement déprimés, découragés, tout tristes.

Et ils avaient aussi peur. Le texte ne nous dit pas pourquoi ils sortaient de Jérusalem pour aller à Emmaüs, mais ils avaient la chienne, les disciples.
Ils avaient peur des Juifs, parce que s’ils avaient pu tuer leur maître, ils seraient à leur trousse aussi.

En tant que disciple de Jésus, avez-vous déjà descendu jusque-là dans vos émotions?

Il n’y a qu’une seule attente qui devrait nous rester. Une seule. La présence de Jésus. Sa fidélité. Son amour. Sa paix.

Quelles sont vos attentes par rapport à Jésus?
S’il t’a dit : suis-moi. Et tu as tout quitté pour le suivre, as-tu aussi quitté tes attentes? Suis-moi! Le reste, c’est Lui qui décidera.

Les femmes
· Elles étaient venues prendre soin d’un corps mort, elles ont rencontré un corps vivifié revêtant un esprit glorifié. Elles ne l’ont pas trouvé au tombeau, et elles ont pleuré. Leur premier pas vers Jésus fut un cuisant échec. Jésus s’est approché d’elles. Elles l’ont adoré, et sont retourné vers les autres remplies de joie et de crainte.

Les hommes
· Ils avaient peur. Restaient enfermés par crainte du monde qui avait crucifié leur Seigneur. Les portes étaient bien verrouillées dans leur cachette. Jésus est apparu sans avertissement. La paix soit avec vous, a-t-il dit. Car la crainte remplissait leur cœur. Ils le croyaient mort, et le voilà vivant. Ils le croyaient silencieux pour toujours, et le voilà qui parle et leur donne une mission. Encore c’est Jésus qui fait le premier pas. Et les disciples reçoivent ce que Jésus fait et décide.
· D’autres étaient en chemin vers Emmaüs, un village à quelques kilomètres de Jérusalem. Ils étaient déprimés. Avec la crucifixion, leurs espoirs pour la libération d’Israël s’étaient envolés. Le monde des occupants Romains avait eu le dernier mot. Jésus les accompagne sur le chemin sans se faire connaître. Il marche avec eux et leur parle de l’Écriture. Leur cœur brûle d’intérêt car ils réalisent que leur compréhension est limitée. Jésus prend le repas avec eux, et en brisant le pain, ils le reconnaissent. Puis il disparaît devant eux. Encore, c’est Jésus qui fait le premier pas, et ceux qui écoutent embarquent dans sa danse.
· Thomas n’a pas cru, et il l’a dit tout haut avec ses amis. Pour lui, comme pour plusieurs, voir c’est croire. Jésus semblait absent lorsqu’il a dit ces paroles, mais huit jours plus tard, il dit à Thomas : regarde, touche, et croit. Encore c’est Jésus qui décide quand il entre en scène. Personne ne peut le forcer, ni le manipuler. Il fait le premier pas. Recevons-nous ses pas?
· Pierre et ses amis n’ont pas vu Jésus depuis un bon bout. Ils reviennent à leurs anciennes habitudes. Ils retournent pêcher. Ils ne prennent rien après avoir travaillé toute la nuit. Jésus entre en jeu. Il leur parle, et ils écoutent; ils font ce qu’Il dit peu importe leurs émotions. Il prend soin d’eux. Ils acceptent. Il s’approche d’eux. Ils répondent.

Trop souvent, nous nous levons le matin avec l’idée que nous devons nous approcher de Dieu. Ou durant la journée, surtout quand une tuile nous tombe encore sur la tête, que nous devrions nous approcher de Dieu. Nous pensons qu’il n’en tient qu’à nous pour vivre une vie chrétienne victorieuse. Mais tout cela est faux. Nous n’avons pas à faire le premier pas, mais recevoir ce que Jésus dit et fait. Quand le moment vient, quand Jésus passe, et nous le sentons profondément, arrêtons-nous.
Si vraiment nous nous attendons à Jésus dans notre vie, ne pensez-vous pas que Jésus le sait? Si vraiment nous mettons notre confiance en Lui, en sa direction dans la danse de la vie, Jésus nous guidera. Il ne parlera qu’au bon moment, il nous guidera dans les circonstances qu’Il voit venir à l’avance, et surtout il nous préparera pour ce qui s’en vient.

Est-ce que vous laissez Jésus diriger la danse de votre vie?

Pourquoi ne pas lui chanter dans votre cœur…


Emmène-moi danser Jésus
Joue contre joue, guide-moi dans tes vues
Fais-moi la cour comme aux premiers instants
Où ton amour m’avait touché si puissamment

Emmène-moi danser mon Dieu
Par ton Esprit remplis-moi de ton feu
Et que ton nom soit reconnu partout
Car tu es ma vie, ma joie, mon tout.


© Copyright EACMSF. Tous droits réservés