Archives de prêches

30/03/2008

Comment atteindre Jésus?
Claude Noël



Que visez-vous dans la vie?

La vision de notre Église : Jésus

Ensemble nous visons Jésus. Visez-vous Jésus aussi?
Nous le suivons, Lui. Pour le saisir, le connaître, devenir comme Lui. Le suivez-vous avec nous?

>>>>>>>>>>>>>>>>>

Comment viser Jésus et vraiment l’atteindre?
Comment suivre Jésus et marcher dans ses pas?
Comment saisir Christ puisqu’Il nous a déjà saisi?

Montre-moi comment suivre Jésus au moment où je mets les pieds hors de la porte de ce local? C’est précisément la question que j’ai entendu dimanche dernier par l’un de vous.
Comment suivre Jésus quand je suis dans la voiture, rendu à la maison, avec mes amis, sur l’Internet, à l’école, au travail. Comment.

C’est beau dire que ma vision c’est de suivre Jésus, mais je ne le vois pas Jésus. Et il me semble qu’il m’échappe. Comment savoir si je le suis lorsque je ne le vois pas. Qu’est-ce qui va me montrer que je le suis pour vrai?

COMMENT SUIVRE JÉSUS? C’est la deuxième grande question de la vie, la vraie vie, la vie abondante. La première étant qu’est-ce que nous visons dans la vie?

Mais comment?

Depuis quelques semaines j’apporte des messages basé sur la Parole pour nous aider à discerner comment suivre Jésus là où Dieu nous place. En effet, nous ne pouvons pas suivre Jésus là où Il ne nous place pas, parce que nous n’y sommes pas. Et si nous ne suivons pas Jésus là où Il nous place pourquoi penser que nous allons le suivre ailleurs. C’est de l’illusion. Suivre Jésus ne dépend vraiment pas des circonstances, mais seulement d’un cœur soumis, confiant et humble.

Comment suivre Jésus là où Dieu nous place maintenant? C’est la question devant nous aujourd’hui.

Nous savons qui nous suivons. Et cette Église s’est mise d’accord pour suivre Jésus, et Jésus seul. Maintenant comment? Comment allez-vous suivre Jésus 24 heures sur 24, 7 jours sur 7?

>>>>>>>>>>>>>>>>>
La réponse à cette question est votre mission de vie. Votre mission répond à la question comment atteindre votre vision. Quelle est votre vision? C’est Jésus n’est-ce pas? Comment allez-vous atteindre votre vision? C’est votre mission. Est-ce que c’est clair pour tout le monde? Quoi = vision. Comment = mission.

La mission de l’Église c’est comment allons-nous atteindre Jésus, Le suivre, Le saisir, pour que nous soyons des plus prêts lorsqu’Il revient bientôt sur les nuées.

Comment?
>>>>>>>>>>>>>>>>>
Voici trois choix.

1. Prier, jeûner, témoigner;
2. Donner, se sacrifier, mourir à soi;
3. Connaître, aimer, servir

Comment allons-nous ensemble suivre Jésus pour que nous puissions Le saisir, Lui? Marcher dans ses pas et le savoir, chaque jour. Même quand on ne comprend pas ce qui nous arrive, comme c’est souvent le cas. Comment? C’est une question importante. La réponse à cette question nous apportera une grande assurance dans notre marche chrétienne. Nous goûterons à un repos continuel. Nous deviendrons inébranlables. Solides comme du roc, parce que fondé sur le Roc de la Parole de Jésus.

D’abord, il faut mettre quelque chose au clair. Tout comme nous l’avons vu pour la vision, nous ne pouvons pas suivre Jésus ensemble si ta façon diffère de la mienne, et si la sienne n’est pas la même que celle de l’autre.

Est-ce que tu suis Jésus et Jésus seul? Et toi? Et toi? Si oui, alors nous pouvons commencer à Le suivre ensemble.
Maintenant, comment le suis-tu? Et toi? Et toi? Peut-être que la variété ou la diversité des Églises vraiment chrétiennes s’explique en partie par le fait qu’on ne suit pas Jésus de la même façon.


L’important c’est qu’ici nous suivions Jésus ensemble, et de la façon la plus biblique possible, pour nous permettre de Le connaître Lui, et ne pas passer juste à côté de notre vision.

Deux hommes marchent-ils ensemble, Sans en être convenus? Amos 3.3

Nous devons ensemble convenir ce que nous visons précisément et comment nous allons atteindre ce que nous visons. C’est seulement après nous être mis d’accord sur le quoi et le comment que nous pourrons vraiment nous être utiles les uns les autres, nous encourager, nous édifier, nous corriger, et finalement saisir Jésus.

Si tu ne vises pas la même cible que moi c’est ridicule de penser que nous allons marcher en harmonie ensemble, main dans la main, et que nous allons ensemble obéir au commandement de Jésus : aimez-vous les uns les autres. C’est de la foutaise, de l’illusion. Nous ne pourrons pas.
Il faut viser la même cible pour pouvoir ensuite commencer à penser comment nous pouvons nous soutenir, nous épauler, nous encourager, nous motiver, nous relever quand nous sommes découragés ou blessés par un ennemi commun.

L’Église ACM de Ste-Foy vise Jésus. Visez-vous Jésus? Si oui, alors nous sommes ensemble. Mais assurons-nous toujours que c’est Jésus, Lui-même, que nous visons. Tout ce qu’on ajoutera nous divisera. Alors restons ensemble les yeux sur Jésus.

Comment maintenant allons-nous l’atteindre? Et comment en être sûr?

Faisons attention au piège tel que décrit dans l’Écriture :
En ce temps-là, il n'y avait point de roi en Israël. Chacun faisait ce qui lui semblait bon. Juges 17.6 (21.25)

Nous ne pouvons pas faire ce qui nous semble bon et croire qu’ensemble nous allons suivre Jésus. Tous les chemins ne mènent pas à Dieu. Jésus est le chemin.
Il a dit : Je suis le chemin, la vérité, et la vie. Nul ne vient au Père que par moi. Jean14.6
Jésus nous révèle le chemin, et il nous révèle comment prendre ce chemin. Jésus nous révèle le Père et comment se rendre directement au Père, à Dieu.

Jésus a dit :
Toutes choses m'ont été données par mon Père, et personne ne connaît le Fils, si ce n'est le Père; personne non plus ne connaît le Père, si ce n'est le Fils et celui à qui le Fils veut le révéler. Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos. Prenez mon joug sur vous et recevez mes instructions, car je suis doux et humble de coeur; et vous trouverez du repos pour vos âmes.
Ce texte doit être bien compris et assimilé dans nos cœurs si nous voulons suivre Jésus ensemble.

D’abord c’est par révélation et non par nos efforts que nous connaissons le chemin, le seul chemin, qui mène à Dieu. C’est aussi par révélation que nous connaissons comment prendre ce chemin chaque jour de nos vies. C’est par révélation que nous allons connaître, en tant qu’Église, comment atteindre Jésus ensemble.

Une révélation c’est un don de Dieu. C’est comme une lumière qui s’allume et nous voyons. Une découverte c’est différent, et vient de l’effort de l’homme. Pour découvrir, il faut donner, donner, donner, du temps, de l’énergie, des efforts. Et c’est épuisant, très lourd.
Mais pour une révélation, il faut arrêter de donner et commencer à recevoir. C’est un changement profond de mode de penser. Il faut se placer, se positionner, pour recevoir.
Recevoir les révélations de Dieu c’est La façon par excellence pour suivre Jésus et l’atteindre.

Comment recevoir ces révélations? Simplement en venant à Jésus. Venir à Jésus constamment. En toutes circonstances. Quand ça va, quand ça ne va pas. Quand on se réjouit, quand on pleure. Dans la santé et dans la maladie. Venir à Jésus. N’est-ce pas le suivre ça?

Vous voyez que venir à Jésus constamment vous permet de suivre Jésus. Et suivre Jésus pour devenir comme Lui, c’est notre vision.

Mais en réalité, nous ne venons pas à Jésus constamment. Regardez votre vie. Dans la vie de tous les jours, venir à Jésus se résume souvent à notre culte personnel et encore… venons-nous vraiment à Jésus ou ne faisons-nous que lire et imposer à Dieu nos demandes et nos attentes. Ou bien, quand tout va mal, on se décide finalement à venir à Jésus. Pour qu’il répare ce qui est brisé et nous permettre de vivre à notre façon par la suite. Comme si Dieu était un fournisseur de pièces détachées pour une pauvre vie délabrée.

Pourquoi ne pas venir à Jésus quand tout va bien? Quand on n’en ressent pas le besoin? Tout simplement comme un enfant qui aime et qui est ouvert constamment aux gestes d’amour d’un parent qui l’aime.
Venir à Jésus constamment c’est marcher avec Lui sous Son joug, c’est-à-dire marcher avec Jésus pas à pas, étape par étape, une circonstance à la fois, un chapitre de nos vies à la fois, et non une fois pour toutes. Venir à Jésus constamment c’est recevoir constamment ses instructions, pas à pas, étape par étape. Et c’est alors que nous goûtons à son repos intérieur. Un repos des plus profonds et merveilleux qui n’existe pas dans ce monde. Ce repos est un grand besoin de l’homme dans ce siècle présent de la course folle.

Remarquez qu’il ne s’agit pas de vos efforts personnels. Votre seul effort est de venir à Jésus.
En fait, ça prend moins d’efforts de venir à Jésus que de vivre sa vie sans Jésus.

Contrairement à la pensée populaire, la vie sans Jésus est lourde, mais le fardeau de Jésus est léger. Pourtant trop peu de chrétiens l’expérimentent. Parce qu’ils portent eux-même leur propre fardeau, avec les inquiétudes de la vie, et le désir d’être comme le monde et d’avoir les plaisirs qu’il a, et ils y ajoutent le fardeau de plaire à Dieu et d’obéir à ses commandements et de témoigner et de faire ceci et de ne pas faire cela. Et ils sont écrasés. La clé pour ces chrétiens, que nous sommes tous dans une certaine mesure, c’est de venir à Jésus constamment.
Jésus promet qu’Il prendra soin de nos besoins de base si nous cherchons premièrement le règne de Dieu et sa justice. Mais quand tout repose sur nous, quand tout dépend de nous, c’est lourd. Quand l’amour de Dieu n’est pas ta sécurité, c’est tout un fardeau d’assurer ta sécurité par toutes sortes de moyens, et encore, ce n’est jamais suffisant.

Non, venir à Jésus n’est pas une question de nos efforts personnels.
Ce n’est pas donner, c’est recevoir. Recevoir ses instructions. Saisissons-nous cela. Ce n’est pas donner, c’est recevoir.

Dans Jean 1.12, nous lisons ce qui suit :

Mais à tous ceux qui l'ont reçue (la lumière, Jésus), à ceux qui croient en son nom, elle a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu.

Dans ce texte il y a deux mots synonymes. Les voyez-vous? Reçue et croient. Croire c’est recevoir. Recevoir c’est croire. Ils sont synonymes. Ils signifient la même réalité spirituelle.
Si tu as de la difficulté à croire, c’est que tu as de la difficulté à recevoir. Reçois, reçois de Dieu, accepte-le donc, accepte le don. Recevoir c’est croire.
Ceux qui reçoivent ce sont ceux qui croient, et à eux seuls Dieu leur donne un pouvoir, un droit, un privilège spirituel, qui est de devenir enfant de Dieu.

Devant la mort, la mort de Lazare, Jésus a dit à Marthe : Si tu crois, tu verras la gloire de Dieu. Il aurait pu dire, si tu reçois ce que je t’offre, tu pourras voir la gloire de Dieu. Et Marthe a répondu : Je crois, je reçois. Lazare, sors! Et le mort est sorti.

Mais Jésus nous dit aujourd’hui : recevez mes instructions… constamment, à toute heure du jour et de la nuit. C’est-à-dire croyez à mes instructions.

En réalité nous ne venons que très difficilement à Jésus. Si nous voulons être courageux et voir la réalité en face, nous allons constater que nous ne venons qu’à nous-même, et ne comptons que sur nos ressources. Nous ne délaissons pas notre joug mais le gardons très bien attaché sur nos épaules et on ajoute le fardeau du légalisme pour soulager notre conscience déjà écrasée. Et que dire des instructions de Jésus? Nous ne les recevons que par petites miettes, et nous hésitons devant l’amour de Dieu, incrédules que nous sommes. C’est la réalité. Miroir.

Je suis trop dur?

Regardons le texte plus attentivement, et dites-moi comment vous auriez réagi dans la situation.

Votre frère est mort il y a quatre jours. Les funérailles ont déjà eu lieu. La cérémonie est passée. On tourne la page. Et la vie continue.

Jean 11
20Lorsque Marthe apprit que Jésus arrivait, elle alla au-devant de lui, tandis que Marie se tenait assise à la maison. 21Marthe dit à Jésus: Seigneur, si tu eusses été ici, mon frère ne serait pas mort. 22Mais, maintenant même, je sais que tout ce que tu demanderas à Dieu, Dieu te l'accordera. 23Jésus lui dit: Ton frère ressuscitera. 24Je sais, lui répondit Marthe, qu'il ressuscitera à la résurrection, au dernier jour. 25Jésus lui dit: Je suis la résurrection et la vie. Celui qui croit en moi vivra, quand même il serait mort; 26et quiconque vit et croit en moi ne mourra jamais. Crois-tu cela? 27Elle lui dit: Oui, Seigneur, je crois que tu es le Christ, le Fils de Dieu, qui devait venir dans le monde.
32Lorsque Marie fut arrivée là où était Jésus, et qu'elle le vit, elle tomba à ses pieds, et lui dit: Seigneur, si tu eusses été ici, mon frère ne serait pas mort. Jésus, la voyant pleurer, elle et les Juifs qui étaient venus avec elle, frémit en son esprit, et fut tout ému. Et il dit: Où l'avez-vous mis? Seigneur, lui répondirent-ils, viens et vois. Jésus pleura. Sur quoi les Juifs dirent: Voyez comme il l'aimait. Et quelques-uns d'entre eux dirent: Lui qui a ouvert les yeux de l'aveugle, ne pouvait-il pas faire aussi que cet homme ne mourût point? Jésus frémissant de nouveau en lui-même, se rendit au sépulcre. C'était une grotte, et une pierre était placée devant. Jésus dit: Otez la pierre. Marthe, la soeur du mort, lui dit: Seigneur, il sent déjà, car il y a quatre jours qu'il est là. Jésus lui dit: Ne t'ai-je pas dit que, si tu crois, tu verras la gloire de Dieu? Ils ôtèrent donc la pierre. Et Jésus leva les yeux en haut, et dit: Père, je te rends grâces de ce que tu m'as exaucé. Pour moi, je savais que tu m'exauces toujours; mais j'ai parlé à cause de la foule qui m'entoure, afin qu'ils croient que c'est toi qui m'as envoyé. Ayant dit cela, il cria d'une voix forte: Lazare, sors! Et le mort sortit, les pieds et les mains liés de bandes, et le visage enveloppé d'un linge. Jésus leur dit: Déliez-le, et laissez-le aller. Plusieurs des Juifs qui étaient venus vers Marie, et qui virent ce que fit Jésus, crurent en lui. Mais quelques-uns d'entre eux allèrent trouver les pharisiens, et leur dirent ce que Jésus avait fait.
Marthe et Marie avait appris la même chose concernant Jésus : s’il avait été là présent, Lazare ne serait pas mort. Jésus l’aurait guérit. Mais elles n’avaient pas encore appris ou reçu que Jésus pouvait ressusciter un mort sur-le-champ, même s’il l’avait fait dans le passé (pour le fils unique d’une femme, par exemple, ou la fille de Jaïrus).
Alors Jésus dit : Otez la pierre. Mais Marthe dit : Il sent déjà.
J’ai une question importante pour vous.
Où Jésus a-t-il les yeux de son cœur quand il dit : Otez la pierre?
Où Marthe et le reste des autres ont-ils leurs yeux? Sur le mort.
Quand nous faisons face à un problème impossible, où sont nos yeux? N’est-ce pas de là que viennent nos soucis, nos inquiétudes, nos tourments?
6Ne vous inquiétez de rien; mais en toute chose faites connaître vos besoins à Dieu par des prières et des supplications, avec des actions de grâces. 7Et la paix de Dieu, qui surpasse toute intelligence, gardera vos coeurs et vos pensées en Jésus Christ. Philippiens 4
Et quand nous faisons face à un problème presqu’impossible?
Et quand c’est simplement un problème, une difficulté, quelque chose qui nous dérange… et même quand ce n’est pas un problème… Où sont nos yeux?
Jésus leva les yeux, et dit: Père, je te rends grâces de ce que tu m'as exaucé. Pour moi, je savais que tu m'exauces toujours; mais j'ai parlé à cause de la foule qui m'entoure, afin qu'ils croient que c'est toi qui m'as envoyé.
Pourquoi pensez-vous Jésus a-t-il prié tout haut? Jésus n’a pas fait cette prière à voix haute pour montrer à tous qu’il était spirituel, lui. En fait, il a enseigné contre l’orgueil spirituel, de ne pas montrer aux autres que tu pries ou que tu jeûnes ou tu es généreux.
Je pense que Jésus a fait cette prière pour que nous comprenions comment vivre aujourd’hui. Comment vivre sans fardeau sauf celui de Jésus qui est léger. Comment recevoir les instructions de Jésus constamment durant la journée pour nous permettre de recevoir tout ce que nous avons besoin. Jésus nous révèle ici comment il vivait sa vie, centré sur la volonté du Père, pour que nous puissions vivre de la même façon, centrés sur Jésus.
Il dit : j’ai parlé à cause de la foule qui m’entoure, afin qu’ils croient, afin qu’ils reçoivent, que c’est toi qui m’as envoyé…
Jésus parle plus qu’une foi intellectuelle. Une foi intellectuelle sans les œuvres qui l’accompagnent est une foi morte. Jésus parle d’une foi vivante, d’une confiance constante, d’une attente continuelle, de ce que Dieu veut donner dans chacune de nos circonstances. Voilà la façon d’atteindre Jésus, voilà comment suivre Jésus aujourd’hui.
Jésus dit : Père, je te rends grâces de ce que tu m’as exaucé. Jésus avait prié dans son cœur. Et le Père l’avait exaucé. Le Père lui a donné ce qu’a demandé le cœur de Son Fils. Et Jésus l’a reçu. Il l’a cru. Et Jésus lui dit merci en donnant gloire à Dieu. C’est la façon dont il veut que nous vivions notre vie, à tous les jours, 24 heures sur 24. Demander pour recevoir, et remercier Dieu, le louer. (Chercher pour trouver, frapper pour que Dieu ouvre.)
La vie chrétienne, la vraie, la vie abondante, c’est la vie qui reçoit de Dieu tout ce qu’Il envoie. Ce n’est pas une vie qui donne d’abord, mais qui reçoit, avec actions de grâces, pour ensuite donner avec la même grâce. Donner par amour pour Dieu et les autres dans le besoin. Donner par amour et non par culpabilité.
C’est pourquoi notre mission en tant qu’Église se résume à connaître, en vue d’aimer, c’est-à-dire servir pour combler un vrai besoin.
C’est ce que Dieu a fait Lui-même envers nous. Il a connu notre besoin. Notre besoin de vivre, de vivre éternellement, de vivre abondamment. Notre besoin de pardon envers Lui. Et il a nous a aimé jusqu’à venir lui-même, en Jésus, pour nous servir en mourant pour nous, en recevant le juste jugement de Dieu à notre place. Mais ce n’est pas tout. C’est pour nous qu’Il est aussi ressuscité. Pour nous communiquer une vie puissante maintenant, nous assurant la victoire sur chaque péché de nos vies, une tentation à la fois, la victoire reçue comme un don de Dieu, parce que nous venons à Jésus. Il est ressuscité pour que nous ayons Son Esprit habitant en nous, et nous donnant selon nos besoins, la sagesse, la force, l’amour, la paix, constamment. C’est la vie! La vraie, la vie abondante! Elle est là et nulle part ailleurs. Elle est à la portée de la main, tout près. Venons à Jésus constamment.
Comment alors suivre Jésus? En venant à Jésus constamment. C’est-à-dire en demeurant dans cette attitude de coeur de nous attendre à Jésus pour toute chose, selon nos besoins. Une attitude tournée vers Jésus, recevant de Lui toute chose, et acceptant la réalité qu’il permet parce que c’est dans cette réalité que Dieu va se glorifier dans nos vies.
Venons à Jésus constamment, 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, afin de le connaître. Parce que c’est en le connaissant que nous pourrons l’aimer et le servir.

© Copyright EACMSF. Tous droits réservés