Archives de prêches

01/10/2006

Reçois grâce sur grâce
Claude Noël



Jean était un homme bien ordinaire. Il n’avait pas une grande instruction. Il travaillait sur la côte maritime. Il faisait de la pêche; c’était son métier.
Il était aussi un homme qui respectait Dieu. Comme plusieurs, il avait mis sa foi dans la parole de Dieu telle que révélée dans l’AT. Il attendait le prophète dont Moïse avait parlé dans son livre … Dieu vous enverra un prophète comme moi, avait-t-il dit.
Jean a bien cru que ce prophète était un autre Jean qui prêchait dans le désert. Habillé comme le prophète Élie, Jean le Baptiste prêchait un message de repentance à Dieu et de foi dans un autre qui allait venir bientôt.
Et un jour Jean était là lorsque le baptiste a regardé un autre homme passer et dire à son sujet : voici l’Agneau de Dieu qui ôte le péché du monde. Jean a suivi cet Agneau de Dieu. Et pendant trois ans il a vécu avec lui en l’observant.
Plusieurs années plus tard Jean écrivit ce qui suit : 1 Jean 1.
1 Jean 1.1-4
1Ce qui était dès le commencement, ce que nous avons entendu, ce que nous avons vu de nos yeux, ce que nous avons contemplé et que nos mains ont touché, concernant la parole de vie, - 2car la vie a été manifestée, et nous l'avons vue et nous lui rendons témoignage, et nous vous annonçons la vie éternelle, qui était auprès du Père et qui nous a été manifestée, - 3ce que nous avons vu et entendu, nous vous l'annonçons, à vous aussi, afin que vous aussi vous soyez en communion avec nous. Or, notre communion est avec le Père et avec son Fils Jésus Christ. 4Et nous écrivons ces choses, afin que notre joie soit parfaite.
Sa conclusion au sujet de Jésus n’était pas qu’il était un faiseur de miracles extraordinaires (comme guérir des aveugles, des sourds, des paralysés, des possédés) même si cela a impressionné des foules entières. Sa conclusion n’était pas non plus que Jésus était un grand enseignant même si son enseignement était si profond qu’encore aujourd’hui on écrit des livres à son sujet. Non, sa conclusion au sujet de cette personne, Jésus, c’est qu’il était la Vie. Une vie qui parle et communique la vie à quiconque la reçoit par la foi. Pas juste une existence, une Vie de la plus haute qualité avec la promesse de l’éternité. La vie éternelle.
Jean s’est souvenu que Jésus avait dit avant de mourir à la croix : Moi, je suis LA vie. Nul ne vient au Père que par moi.
Jean a donc fait le lien entre les paroles de Jésus et ses actes, surtout suite à sa résurrection. Et il a écrit ce qui suit :
1 Jean 5.11-13.
11Et voici ce témoignage, c'est que Dieu nous a donné la vie éternelle, et que cette vie est dans son Fils. 12Celui qui a le Fils a la vie; celui qui n'a pas le Fils de Dieu n'a pas la vie. 13Je vous ai écrit ces choses, afin que vous sachiez que vous avez la vie éternelle, vous qui croyez au nom du Fils de Dieu.
2000 ans plus tard, nous avons aujourd’hui beaucoup de difficultés à comprendre ces paroles parce que nous ne croyons pas vraiment à ces paroles.
Par exemple, nous pensons naturellement que la vie éternelle signifie la vie après la mort. Pourtant nous connaissons Jean 5.24 où Jésus utilise le présent.
24En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui écoute ma parole, et qui croit à celui qui m'a envoyé, a la vie éternelle et ne vient point en jugement, mais il est passé de la mort à la vie.
Celui qui maintenant croit au Fils de Dieu a la vie éternelle.
Cette vie éternelle est pour maintenant. Elle est une vie à vivre maintenant pas seulement dans un futur éloigné. Pourtant je ne crois pas exagérer en disant que la plupart des croyants aujourd’hui endurent une vie misérable enchaînée dans le péché, le doute, la pauvreté spirituelle en espérant un jour finalement être libéré à la mort et pouvoir enfin entrer dans la vie éternelle. Mais cette façon de vivre n’est pas le témoignage de Jean.
Jean, inspiré par le Saint-Esprit, aimerait nous dire aujourd’hui que Jésus veut venir dans nos vies pour nous faire vivre de Sa vie. Jean prêcherait que, si nous voulons vraiment suivre Jésus par la foi, Jésus nous fera vivre une vie en abondance, une vie pleine de joie, de paix et de puissance sur le péché, Satan et le monde qui s’oppose à Dieu.
Jean dirait alors : comprenez bien qui est Jésus que vous avez reçu en vous. Jésus n’est pas Moïse qui nous a donné la loi. Il est plus que Moïse. Il nous donne maintenant la grâce, jour après jour, heure après heure, minute après minute, pour que nous soyons capables d’obéir à la loi. La loi est venue par Moïse, mais la grâce est venue par Jésus-Christ.
Avez-vous reçu Jésus? Vous avez alors reçu la grâce nécessaire pour être sauvé et pour vivre cette vie abondante.
Mais attention au langage que vous utilisez. (proverbe). J’entends parfois des chrétiens me dire : moi, il y a x nombre d’années j’ai été sauvé. Qu’est-ce que tu veux dire? Bien, quand j’avais 20 ans j’ai reçu le salut. Ah oui? Oui, oui, j’ai fait la prière de repentance et j’ai reçu le salut. Et l’assurance du salut aussi. Je suis sauvé.
Maintenant, comprenez-moi bien, je ne veux pas juste jouer sur des mots ici. Mais il y a quelque chose qui me rend très mal à l’aise quand j’entends des paroles comme celles-là. Parce qu’en réalité, lorsque nous recevons Jésus-Christ en nous, par le moyen de la foi, nous recevons plus qu’un salut, nous recevons un sauveur.
Et je pense qu’il y a une énorme différence entre recevoir le salut et recevoir le sauveur. Le salut c’est une chose que je peux posséder et contrôler. Le sauveur c’est une personne qui me possède et qui veut me contrôler pour mon bien éternel. Voyez-vous la différence?
Ça va encore beaucoup plus loin. Le salut que je reçois c’est l’assurance que je n’irai pas en enfer mais plutôt au ciel pour l’éternité. Mais ça s’arrête là grosso-modo. Maintenant faut que je le dise au autres pour qu’eux aussi reçoivent le salut.
Mais le sauveur que je reçois, Lui, Il est une personne. Il est plus grand qu’un salut que je peux comprendre et expliquer. Il est Dieu. Il me sauve. Il me garde. Il me guide dans toute la vérité.
Quand vous avez reçu Jésus, lorsque vous vous êtes repentis et avez cru en Lui, vous avez reçu plus qu’un salut. Vous avez reçu un sauveur et un Seigneur.
Si maintenant vous demeurez en Jésus, vous recevez de lui grâce sur grâce. De Jésus vient la grâce. Pas seulement la grâce pour être sauvés et un jour participer aux noces de l’Agneau. Mais la grâce pour vivre ici la qualité de vie pour laquelle Jésus est mort et ressuscité, aujourd’hui.
Beaucoup de chrétiens aujourd’hui sont comme l’enfant en bas de l’arbre de Noël qui ouvre un cadeau écrit à son nom. Il est tellement content qu’il se met à sauter, à danser, à chanter. Et cela dure quelques semaines ou quelques mois. Il part, et lentement mais sûrement, il revient à la réalité. La réalité que sa chambre soit toujours parfaitement propre et rangée; il faut qu’il réussisse à l’école et soit premier de classe si possible, il faut qu’il soit toujours serviable et propose de sortir les vidanges avant que papa lui demande, il faut qu’il s’occupe du chat et nettoie sa littière avant que ça pue dans la maison, il faut qu’il soit toujours gentil avec le petit frère qui lui tombe souvent sur le nerfs … et l’enfant trouve ça donc fatiguant. Mais l’enfant n’a jamais réalisé qu’en dessous de l’arbre d’autres cadeaux étaient écrits à son nom. Pourtant, sa maman le lui avait dit un jour, mais il était tellement préoccupé à essayer de trouver un moyen d’avoir 98% dans son prochain examen afin de monter sa moyenne. Jusqu’au jour, où, épuisé à la limite de ses forces, il est retourné au salon pour s’asseoir en dessous de l’arbre, en pleurs et découragé. Il s’est étendu sous l’arbre et sa main est tombé sur quelque chose de dur. C’était un autre cadeau. Il l’a pris, et surprise il était écrit à son nom, et il s’est dit : comment ça se fait que je ne l’ai pas vu avant? Dans le cadeau, c’était une femme de ménage pour garder sa chambre toujours propre et rangée. Wow. Il a demandé à la femme de ménage de toujours rester dans sa chambre. Ce qu’elle a fait depuis. Intrigué, il a commencé à chercher encore sous l’arbre, et tiens, un autre cadeau enveloppé qui était encore à son nom : dans le cadeau, un tuteur pour l’aider à faire ses devoirs et le coacher pour atteindre son maximum. Wow. Et le tuteur s’est tenu près de son bureau d’étude depuis ce jour. L’enfant a continué à chercher. Un autre cadeau. Encore à son nom! Un sorteur de vidanges professsionnel. Et un autre, M. Net, pour s’occuper des odeurs du chat. Wow. Et rewow. Je ne savais pas que j’avais autant de cadeaux! Et pour le petit frère agaçant vous savez ce qu’il a trouvé? Un billet d’avion aller seulement pour Timbouctou? Non, un nouveau cœur pour aimer ceux qui lui tombent sur les nerfs.
Avec Jésus, c’est grâce sur grâce. Ne nous contentons pas d’une grâce seulement; la grâce du salut. Contentons-nous seulement de recevoir de Lui toutes les grâces qu’Il a pour nous, parce que voilà ce qui fait la joie de Jésus.
Jésus a dit selon l’apôtre Paul : qu’il y a plus de bonheur à donner qu’à recevoir. Vous pensez peut-être que Jésus a dit cela pour les autres? Il y a de la joie dans le cœur de Dieu lorsque nous venons à lui par la foi et nous lui demandons de nous donner tous les cadeaux de grâce qu’il veut nous donner.
Trop souvent nous agissons envers Dieu selon notre ancienne manière de vivre basée sur nos mérites. C’est très subtil et très ancré en nous. Nous sommes tellement heureux d’avoir entendu la bonne nouvelle et d’avoir reçu notre sauveur qu’on n’ose pas en demander plus. Et des fois on s’entend dire : ben voyons, c’est déjà beaucoup Seigneur, je ne mérite pas que tu m’en donnes plus. Et le Seigneur pourrait très bien répondre : est-ce que tu méritais d’avoir ce que tu as déjà reçu? Avec moi ce n’est pas une question de mérites ou d’efforts humains, avec moi c’est grâce sur grâce.
Et n’oublie jamais que tu m’apportes de la joie lorsque tu me demandes d’autres grâces de ma part, parce que cela démontre que tu crois vraiment que je suis amour et que je t’aime comme mon Fils.
Alors regardons maintenant, selon l’Écriture, ce que Dieu nous a donné et veut nous donner par grâce. Évidemment, nous allons toucher à certaines choses seulement. Il y a beaucoup plus de grâces pour vous et moi dans le cœur de notre bon Père céleste.
Éphésiens 1
3Béni soit Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus Christ, qui nous a bénis de toute sortes de bénédictions spirituelles dans les lieux célestes en Christ! 4En lui Dieu nous a élus avant la fondation du monde, pour que nous soyons saints et irrépréhensibles devant lui, 5nous ayant prédestinés dans son amour à être ses enfants d'adoption par Jésus Christ, selon le bon plaisir de sa volonté, 6à la louange de la gloire de sa grâce qu'il nous a accordée en son bien-aimé.
Psaume 139
13C'est toi qui as formé mes reins, Qui m'as tissé dans le sein de ma mère. 14Je te loue de ce que je suis une créature si merveilleuse. Tes oeuvres sont admirables, Et mon âme le reconnaît bien. 15Mon corps n'était point caché devant toi, Lorsque j'ai été fait dans un lieu secret, Tissé dans les profondeurs de la terre. 16Quand je n'étais qu'une masse informe, tes yeux me voyaient; Et sur ton livre étaient tous inscrits Les jours qui m'étaient destinés, Avant qu'aucun d'eux existât. 17Que tes pensées, ô Dieu, me semblent impénétrables! Que le nombre en est grand!
Éphésiens 2.8-9 … souvent le seul cadeau que nous ouvrons.
8Car c'est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c'est le don de Dieu. 9Ce n'est point par les oeuvres, afin que personne ne se glorifie.
1 Corinthiens 1.30 : sagesse, justice, sanctification et rédemption.
30Or, c'est par lui que vous êtes en Jésus Christ, lequel, de par Dieu, a été fait pour nous sagesse, justice et sanctification et rédemption,
Ephésiens 3.14-21
14A cause de cela, je fléchis les genoux devant le Père, 15duquel tire son nom toute famille dans les cieux et sur la terre, 16afin qu'il vous donne, selon la richesse de sa gloire, d'être puissamment fortifiés par son Esprit dans l'homme intérieur, 17en sorte que Christ habite dans vos coeurs par la foi; afin qu'étant enracinés et fondés dans l'amour, 18vous puissiez comprendre avec tous les saints quelle est la largeur, la longueur, la profondeur et la hauteur, 19et connaître l'amour de Christ, qui surpasse toute connaissance, en sorte que vous soyez remplis jusqu'à toute la plénitude de Dieu. 20Or, à celui qui peut faire, par la puissance qui agit en nous, infiniment au delà de tout ce que nous demandons ou pensons, 21à lui soit la gloire dans l'Église et en Jésus Christ, dans toutes les générations, aux siècles des siècles! Amen!
Que Christ habite dans nos cœurs et vive sa vie! Mais comment?
Nous devons échanger notre vie avec la sienne.
Illustration : Quand j’étais au séminaire théologique canadien il y a avait là un professeur qui me fascinait. Il s’appelait Docteur Dahms. Un véritable docteur de l’Église. Il avait passé 20 ans de sa vie dans le ministère pastoral et 20 autres années comme enseignant à la maîtrise. Son enseignement c’était plus que des informations c’était de la formation. Il était un homme mature, avec une très grande connaissance et un grand cœur pour le Seigneur. Il était mon modèle d’enseignant. Et je buvais litéralement ses paroles. Il était tellement plus avancé que moi qu’un jour, en revenant à la maison vers mon épouse, mes pensées se sont mises à imaginer que je serais prêt, si une telle opération était possible, à lui donner mon corps s’il voulait bien me donner sa tête. J’imaginais Dr Dahms et moi dans la même salle d’opération entourés de médecins dans le but de couper délicatement nos têtes et de les échanger. Comme ça Dr Dahms pourrait vivre plus longtemps avec mon corps, mes organes, et moi j’irais vers le Seigneur avec la fierté de savoir que le ministère de cet homme pourrait continuer encore longtemps. Mais avant que je pense à la réaction de mon épouse à une telle opération chirurgicale, le Saint-Esprit me rappela que Jésus Lui-même habite en moi et qu’Il est infiniment plus grand et bon que Dr Dahms. Si j’étais prêt à échanger ma tête avec celle de Dr Dahms … peut-être serais-je prêt à échanger ma vie avec celle de Jésus.
Voilà le défi de la vie chrétienne. Échanger sa vie avec la vie de Jésus. Mourir à soi pour que Jésus vive Sa vie en chacun de nous.
De façon volontaire et libre, sachant que Dieu nous aime à la folie, nous devons mourir à nous-mêmes et ressusciter en Christ. C’est très pratique, très terre-à-terre, avec la foi d’un enfant. Voilà la vie normale du chrétien. Moins que cela et ce n’est pas vivre la vie chrétienne. Ce n’est pas vivre la vie que Jésus nous offre par grâce.
Êtes-vous prêt pour l’opération du Saint-Esprit en vous?
Dieu a dit
Ézéchiel 36:25-27 (Louis Segond)
25Je répandrai sur vous une eau pure, et vous serez purifiés; je vous purifierai de toutes vos souillures et de toutes vos idoles. 26Je vous donnerai un coeur nouveau, et je mettrai en vous un esprit nouveau; j'ôterai de votre corps le coeur de pierre, et je vous donnerai un coeur de chair. 27Je mettrai mon esprit en vous, et je ferai en sorte que vous suiviez mes ordonnances, et que vous observiez et pratiquiez mes lois.
Sommes-nous finalement prêts à donner notre vieux cœur de pierre au Seigneur pour qu’il le remplace avec un cœur de chair? Sommes-nous prêts à lui donner notre esprit indiscipliné et insoumis au Seigneur pour que Dieu puisse placer son Esprit comme directeur de notre vie en créant le vouloir et le faire en nous selon son bon plaisir?
Prions.
Seigneur Jésus, tu es venu pour nous donner la Vie, la vraie et l’unique. Nous voulons vivre de cette qualité de Vie qui vient d’En-Haut. Par la puissance de ton Esprit prend nos cœurs de pierre et échange-les avec ton cœur de chair. Vis ta vie en nous dès aujourd’hui.

© Copyright EACMSF. Tous droits réservés