Archives de prêches

08/10/2006


Claude Noël



Introduction : Une belle fontaine, souvent placée au centre du terrain, quelle belle image de la vie de Christ en nous.
Jésus dit à la Samaritaine : Quiconque boit de cette eau aura encore soif; mais celui qui boira de l'eau que je lui donnerai n'aura jamais soif, et l'eau que je lui donnerai deviendra en lui une source d'eau qui jaillira jusque dans la vie éternelle. Jean 4:13-14
Celui qui vient à Jésus et reçoit de Lui grâce sur grâce pour vivre de Sa vie nouvelle n’a plus le besoin d’aller ailleurs. Il est comblé. Tellement comblé que Cette vie de Jésus en lui déborde sur les autres, par des gestes d’amour, des grâces, jusque dans la vie éternelle.

Et comme une source devient un ruisseau qui devient une rivière pour finalement devenir un fleuve. À mesure que notre cœur s’élargit pour recevoir de plus en plus de grâces de notre Sauveur, sanctificateur, guérisseur et roi, nous recevons par grâce le vouloir et le faire pour donner de plus en plus de grâces à ceux qui nous entourent.

Celui qui croit en moi, des fleuves d'eau vive couleront de son sein, comme dit l'Écriture. Il dit cela de l'Esprit que devaient recevoir ceux qui croiraient en lui; Jean 7:38-40

L’Esprit de Dieu en nous est une puissance qui donne la vie. L’Esprit veut nous abreuver de la vraie vie en Jésus et déborder, comme une fontaine ou un geiser ou un fleuve puissant, et abreuver la vie des autres.
Mais nous devons collaborer avec Dieu par la foi. Nous ne devons pas bloquer le flot par le péché d’incrédulité. Nous devons suivre Jésus afin de marcher comme il a marché lui-même.
Recevons de Jésus grâce sur grâce, et donnons par Jésus grâce sur grâce.
Prière
Récap …
Nous avons vu la semaine dernière que Jésus c’est plus qu’un salut, c’est la Vie, la vraie et l’unique Vie qui vient d’En Haut.
Jésus est venu pour que nous ayons la vie en abondance. Cette vie en abondance, c’est de recevoir de Jésus, à chaque jour de nos vies, grâces sur grâces.
Besoin de sagesse? Jésus est ma sagesse.
Besoin de justice ? Jésus est ma justice.
Besoin de sainteté ? Jésus a été fait pour nous sanctification.
Besoin d’être délivré de liens qui sont trop forts ? Jésus a été fait pour nous répemption. Il a payé le prix pour nous libérer, et il nous libère quand nous marchons en Lui.
En un mot, que Jésus habite dans nos cœurs par la foi et vive Sa vie en nous!
Dieu peut et veut faire cette opération en nous, si nous le lui permettons. Mais que cela soit très clair, Sa vie en moi n’est pas Ma vie améliorée. Je dois en quelque sorte mourir spirituellement, m’effacer, pour que Jésus ait la place pour y vivre Sa vie.
C’est lui qui fera cette opération spirituelle. Mais nous devons d’abord compter sur son amour tout-puissant.
Paul disait : Galates 2.20
20J'ai été crucifié avec Christ; et si je vis, ce n'est plus moi qui vis, c'est Christ qui vit en moi; si je vis maintenant dans la chair, je vis dans la foi au Fils de Dieu, qui m'a aimé et qui s'est livré lui-même pour moi.
Maintenant, que se passe-t-il après?
Une fois identifié à Jésus-Christ dans sa mort et sa résurrection pour vivre de sa vie et recevoir de Lui grâce sur grâce à chaque moment de la journée, nos vies deviennent excitantes et pleines de surprises.
Gardez en mémoire que Le but de Dieu est que Christ habite en nous par la foi. Et la vie de Christ en vous et moi va ressembler à la vie de Christ quand il marchait sur la terre. Est-ce que c’est encore pour aujourd’hui? Bien sûr.
1 Jean 2:6
Celui qui dit qu'il demeure en lui doit marcher aussi comme il a marché lui-même.
Et à quoi cela ressemble-t-il de marcher comme Jésus? C’est de donner grâce sur grâce à ceux qui nous entourent par la puissance de l’Esprit de Dieu.
Nous recevons de Jésus grâce sur grâce, donnons par Jésus grâce sur grâce..
Nous allons maintenant toucher à trois domaines importants dans lesquels nous avons tellement besoin de recevoir de Dieu grâce sur grâce. Et de donner aux autres grâce sur grâce.
Nous entrons dans la vie de l’Esprit ici. Si nous laissons le Saint-Esprit nous diriger et nous remplir de sa force, si nous obéissons et suivons Jésus par la foi, les grâces de Dieu vont se multiplier litéralement dans nos vies.
Nous entrons dans un cercle de vie qui répond comme le contraire d’un cercle vicieux. Un cercle de grâces sur grâces multipliées. Mais nous devons obéir par la foi jusqu’au bout en comptant sur l’amour plus solide que le diamant de Dieu.
Dans la prière modèle de Jésus, le Notre Père … Jésus nous dit de demander des grâces à notre Père. Vous vous souvenez ..?
Donne-nous aujourd’hui notre pain quotidien.
Donne-nous un emploi, donne-nous ta bénédiction sur nos finances, pourvoie à tous nos besoins d’ordre matériels. Et même au-delà de nos besoins, afin que nous vivions comme le monde dans le luxe et l’accumulation sans limite de biens matériels? Non! Afin que nous puissions donner à notre tour, par grâce, à ceux qui en ont besoin.
2 Cor 9
7Que chacun donne comme il l'a résolu en son coeur, sans tristesse ni contrainte; car Dieu aime celui qui donne avec joie. 8Et Dieu peut vous combler de toutes sortes de grâces, afin que, possédant toujours en toutes choses de quoi satisfaire à tous vos besoins, vous ayez encore en abondance pour toute bonne oeuvre,
11Vous serez de la sorte enrichis à tous égards pour toute espèce de libéralités qui, par notre moyen, feront offrir à Dieu des actions de grâces.
Nous recevons de Dieu la grâce qui pourvoie à nos besoins matériels, et si nous donnons par grâce de nos surplus à ceux qui en ont besoin nous recevons par le fait même une autre grâce, qui elle est éternelle.
Voilà le cercle de vie. Voilà la clé pour des grâces multipliées. Mais nous devons laisser le Saint-Esprit donner par nous, nous devons accepter de marcher comme Jésus, et donner grâce sur grâce sans rien demander en retour.
Si nous vivons ainsi, nous nous accumulons un trésor dans les cieux qui durera l’éternité. Ce trésor vaut infiniment plus que le luxe que les surplus peuvent nous payer.
Luc 16:9
Et moi, je vous dis: Faites-vous des amis avec les richesses injustes, pour qu'ils vous reçoivent dans les tabernacles éternels, quand elles viendront à vous manquer.
Maintenant sommes-nous obligés de donner? Non. Nous sommes libres.
Nous sommes libres de recevoir quelques grâces ou une multiplication de grâces. Nous sommes libres de recevoir quelques grâces d’ordre matériel dans cette vie-ci et de ne pas avoir de trésor dans la vie qui dure pour l’éternité. Et nous sommes libres de laisser le Saint-Esprit nous aimer et nous guider pour qu’un trésor de grâces multipliées nous attende dans les cieux quand nous vivrons éternellement.
Vendez ce que vous possédez, et donnez-le en aumônes. Faites-vous des bourses qui ne s'usent point, un trésor inépuisable dans les cieux, où le voleur n'approche point, et où la teigne ne détruit point. Car là où est votre trésor, là aussi sera votre coeur. Luc 12.33-34
8Je ne dis pas cela pour donner un ordre, mais pour éprouver, par le zèle des autres, la sincérité de votre charité. 9Car vous connaissez la grâce de notre Seigneur Jésus Christ, qui pour vous s'est fait pauvre, de riche qu'il était, afin que par sa pauvreté vous fussiez enrichis.
13Car il s'agit, non de vous exposer à la détresse pour soulager les autres, mais de suivre une règle d'égalité: dans la circonstance présente votre superflu pourvoira à leurs besoins, 14afin que leur superflu pourvoie pareillement aux vôtres, en sorte qu'il y ait égalité, 15selon qu'il est écrit: Celui qui avait ramassé beaucoup n'avait rien de trop, et celui qui avait ramassé peu n'en manquait pas.

Vivre comme cela, nous ne sommes pas capables par nos forces, mais Jésus nous en donne la grâce pour que nous puissions le faire. Et nous le ferons.
Une autre grâce à demander au Père : le pardon de nos offenses. Père céleste, pardonne-nous nos offenses comme nous aussi nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés. Et Jésus ajoute que si nous ne pardonnons pas aux autres leurs offenses, le Père ne nous pardonnera pas non plus nos offenses.
Le pardon est une libération. Quand nous pardonnons, par grâce, aux autres, nous libérons les autres et en les libérant nous nous libérons nous-mêmes aussi.
Illustration : Des menotes. Les fautes des autres envers moi, que je n’ai pas pardonnées, me tiennent liés à eux par une chaîne ou des menotes. – Paie ce que tu me dois! (tirer sur les menotes) – Je t’en veux pour ce que tu m’as fait! (tirer sur les menotes) Le manque de pardon me fait mal quand je tire sur les menotes. Mais au moment où je pardonne, je libère par grâce celui qui m’en doit. Et en le libérant je me libère aussi. Je ne sens plus de pression, ça ne me fait plus mal, et j’en viens même à oublier, à ne plus penser à l’offense (si je ne lui remets pas les menotes). Attention : pardonner n’est pas oublier, pardonner c’est libérer, par grâce, et c’est se libérer surtout. Et cette libération guérit nos cœurs.
Mais je doute que nous puissions vraiment pardonner si nous sommes conscients seulement de nous-mêmes et de nos droits bafoués, si nous nous comparons aux autres avec les mots Pauvre de moi dans notre cœur. Nous ne pourrons jamais pardonner si nous pleurons sur notre sort plutôt que de lever les yeux et voir que Dieu, Lui, nous a pardonné. Dieu, qui est amour et qui connaît toute chose, qui a pesé la lourdeur de notre péché à son égard et qui a été blessé au cœur maintes et maintes fois par nos paroles cruelles et indifférentes, par nos pensées impures et nos cœurs se détournant de Lui, notre Père, pour s’attacher aux faux dieux de ce monde. Dieu, qui a porté notre péché sur le corps de son Fils sur la croix, et qui nous a libéré entièrement, de sorte que – croyez-le - nous ne lui devons plus rien. Qu’il ne nous demande absolument rien et ne nous demandera jamais rien pour payer ce qu’on lui devait, doit et devra. Avant de réaliser que Dieu nous a libéré comme on libère inconditionnellement un prisonnier en effaçant toute sa dette. Ou comme on libère un oiseau d’une cage. Nous ne pourrons pas trouver la force de pardonner. Ce sera toujours trop dur.
Illustration : deux sacs de vidanges remplis de feuilles mortes. Un petit sac brun. Nous venons à Dieu avec nos deux gros sacs d’œuvres mortes et de déchets. C’est ce que nous devons à Dieu pour nos mauvaises œuvres passées. Ces fautes pèsent sur nous, bien que nous n’en sommes pas toujours conscients (nous les portons sur nos épaules) et nos yeux regardent vers le sol. Jusqu’au jour où nous nous écrasions, sous la lourdeur de nos sacs, et que nous désirions la mort pour être libérés de cette souffrance. Mais la mort ne libère pas vraiment de cette souffrance, selon la Bible, car nous devons tous parraître devant le tribunal de Christ. Et après la justice de la mort vient la justice de Dieu. Et Dieu jugera les hommes et les femmes selon leurs œuvres. Et ceux dont le nom n’avait pas été écrit dans le livre de vie seront jetés dans le lac de feu, selon la Bible.
Mais certains reçoivent la grâce de la Bonne Nouvelle. Un homme, une femme, un jour dans leur vie, leur donne la grâce d’entendre qu’il existe un moyen pour être libéré de ses œuvres mortes. Ce moyen c’est la foi en Jésus-Christ, qui est la grâce de Dieu fait chair, et qui donne grâce sur grâce à quiconque le reçoit. Le jour où, portant mes deux sacs, j’ai posé mes genoux devant mon juge en suppliant son pardon, et que j’ai cru en son amour gratuit tel que révélé dans son Fils, mes deux sacs sont tombés de mes épaules, et je me suis senti libéré, léger; j’ai alors commencé à vivre. Ma tête s’est relevée. J’ai commencé à voir et à apprécier la beauté de la création, la vie sur terre a commencé à goûter différent et bon, de sorte que je ne ressentais plus le besoin de gaspiller mon argent dans des plaisirs vides qui ne m’apportaient rien de durable et plutôt que j’avais faim de lire le Grand Livre de Dieu et d’en parler avec n’importe qui presque.
17Si quelqu'un est en Christ, il est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont passées; voici, toutes choses sont devenues nouvelles. 2 Corinthiens 5:17
C’est alors qu’un ami d’enfance m’est venu à l’esprit. Il m’avait fait mal à plusieurs reprises dans le passé, et j’ai réalisé que je lui en voulais. Même le fait d’en rappeler le souvenir, me rappelle la douleur que j’ai ressentie. Et je n’aime pas en parler. Mon ami ne s’est jamais présenté à moi avec son petit sac brun pour me demander pardon. Mais moi, je me sentais toujours lié à lui. Ça me faisait mal de penser à ce qu’il m’avait fait. Il m’en devait et je criais vengeance au plus profond de mon cœur. Et bien j’ai dû imaginer qu’il venait vers moi pour me demander pardon, et que je le libérais de son sac brun. Il n’avait plus à le porter devant moi. Je le libérais par grâce, comme j’avais été libéré par grâce. Et je l’imaginais reconnaissant envers moi. Et, ce qui est surprenant, j’ai commencé à ressentir de la compassion pour lui lorsque j’ai remarqué qu’il portait aussi deux gros sacs pesants sur son dos. Moi qui avait été libéré de ces mêmes gros sacs, moi qui connaissais le chemin vers Celui qui libère, me voilà avec un désir profond de l’amener vers Christ. Ce désir, cet amour, cette compassion pour mon ancien ennemi ne vient pas de moi, c’est sûr, cela ne peut venir que de Dieu et de sa grâce qui guérit les cœurs blessés. Nos cœurs blessés sont guéris par Dieu lorsque, par grâce, nous pardonnons à ceux qui nous ont blessés. Nos esprits sont libérés de nos angoisses lorsque nous libérons les autres de ce qu’ils nous doivent.
Libérer les autres c’est se libérer soi-même à condition que nous ayons d’abord reçu, et que nous vivions dans la liberté inconditionnelle de Dieu.
Nous avons besoin de recevoir à chaque jour la grâce du pardon de Dieu. Et nous le recevons par grâce. Nous offrons de même par grâce le pardon à ceux qui nous ont offensés. Nous ne devons pas attendre ou résister à donner à notre prochain le pardon qu’il a besoin de recevoir de nous pour rétablir la relation. Mais c’est une grâce que nous lui donnons. Il ne le mérite pas et ne peut pas le gagner par ses efforts envers nous. Il doit y avoir sincère repentance mais nous devons, par grâce, l’aider dans le processus. Tout comme Dieu est venu vers nous pour nous offrir la grâce du pardon, nous qui avions péché contre Lui. Nous devons aller vers celui qui a péché contre nous et tout faire en notre pouvoir pour rétablir la paix, par le don de grâce de notre pardon à son égard.
Nous ne sommes pas capables par nos forces, mais ne comptons pas sur nos forces ou nos sentiments, comptons sur Jésus qui nous en donne la grâce pour que nous puissions le faire. Et nous le ferons.
Encore une grâce à demander au Père : la délivrance du mal. Ne nous induis pas en tentation mais délivre-nous du mal. Père, accorde-nous la grâce de nous délivrer d’un ennemi plus fort que nous et protège-nous. Et nous de même, nous offrons par grâce le secours à ceux qui sont enchaînés dans les ténèbres en les accompagnant jusqu’à ce qu’ils soient dans la lumière du Christ.
La Bible ne dit pas que le monde dans lequel on vit est malade, elle dit que le monde est mort par ses offenses envers Dieu et par ses péchés.
Non seulement le monde est-il mort devant Dieu, et son existence éphémère aboutit à la seconde mort qui est éternelle, mais la Bible enseigne aussi que spirituellement ce monde est esclave de puissances mauvaises plus fortes que lui et qui l’amènent à la destruction. C’est grave d’être séparé de Dieu. Et cela nous concerne tous.
Éphésiens 2
1Vous étiez morts par vos offenses et par vos péchés, 2dans lesquels vous marchiez autrefois, selon le train de ce monde, selon le prince de la puissance de l'air, de l'esprit qui agit maintenant dans les fils de la rébellion. 3Nous tous aussi, nous étions de leur nombre, et nous vivions autrefois selon les convoitises de notre chair, accomplissant les volontés de la chair et de nos pensées, et nous étions par nature des enfants de colère, comme les autres...
Mais comment changent-on la nature d’un enfant de colère qui mérite la colère de Dieu? Comment rendre vivant un mort? Qu’est-ce que ça prend pour libérer parfaitement quelqu’un qui se croit libre en vivant comme il veut mais qui en réalité est esclave de puissances spirituelles qui le trompent jusqu’à la tombe et la perdition éternelle?
Ça prend la grâce de Dieu.
2 Pierre 1:3-5 (Louis Segond)
3Comme sa divine puissance nous a donné tout ce qui contribue à la vie et à la piété, au moyen de la connaissance de celui qui nous a appelés par sa propre gloire et par sa vertu,
4lesquelles nous assurent de sa part les plus grandes et les plus précieuses promesses, afin que par elles vous deveniez participants de la nature divine, en fuyant la corruption qui existe dans le monde par la convoitise,
2 Corinthiens 5:17 (Louis Segond)
17Si quelqu'un est en Christ, il est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont passées; voici, toutes choses sont devenues nouvelles.
Colossiens 1:12-14 (Louis Segond)
12Rendez grâces au Père, qui vous a rendus capables d'avoir part à l'héritage des saints dans la lumière,
13qui nous a délivrés de la puissance des ténèbres et nous a transportés dans le royaume du Fils de son amour,
14en qui nous avons la rédemption, la rémission des péchés.

Éphésiens 2
4Mais Dieu, qui est riche en miséricorde, à cause du grand amour dont il nous a aimés, 5nous qui étions morts par nos offenses, nous a rendus à la vie avec Christ (c'est par grâce que vous êtes sauvés); 6il nous a ressuscités ensemble, et nous a fait asseoir ensemble dans les lieux célestes, en Jésus Christ, 7afin de montrer dans les siècles à venir l'infinie richesse de sa grâce par sa bonté envers nous en Jésus Christ.
10 Car nous sommes son ouvrage, ayant été créés en Jésus Christ pour de bonnes oeuvres, que Dieu a préparées d'avance, afin que nous les pratiquions.
Éphésiens 5
1Devenez donc les imitateurs de Dieu, comme des enfants bien-aimés;
2et marchez dans la charité, à l'exemple de Christ, qui nous a aimés, et qui s'est livré lui-même à Dieu pour nous comme une offrande et un sacrifice de bonne odeur.

Comme des enfants bien-aimés du Père, nous devons de plus en plus marcher comme le Christ a marché. C’est-à-dire nous conduire dans ce monde comme Christ s’est conduit. Et cela signifie aimer, et se donner par grâce à Dieu pour le bien éternel des autres.
Notez que Christ ne s’est pas livré à nous, mais à Dieu pour nous.
De même, nous qui avons reçu et qui recevons de Dieu grâce sur grâce, nous nous donnons à Dieu, nous rendons grâces à Dieu, nous nous offrons gratuitement à Dieu pour les autres. Pour les besoins spirituels, émotionels, matériels des autres, par grâce.

Si nous nous donnons aux autres pour combler leurs besoins par amour, nous allons nous épuiser et nous décourager. Les besoins du monde sont beaucoup trop pesants pour nous. Et nous ne sommes pas des sauveurs, ni des pourvoiyeurs, ni des pardonneurs, comme si nous pouvions régler les problèmes du péché de l’humanité.

Dieu est celui qui pardonne par grâce au pécheur, et nous en pardonnant, nous affirmons la grâce de Dieu et nous y participons, ce qui a pour conséquence de la rendre tangible pour ceux qui nous entourent.
Dieu est celui qui pourvoie par grâce à nos frères et sœurs dans le besoin, et nous en leur donnant, par grâce, de quoi pourvoir à leurs besoins, nous affirmons la grâce de Dieu et nous y participons ce qui a pour conséquence de fortifier la foi de nos frères et sœurs.
Dieu est celui qui sauve du péché et qui libère et guérit des conséquences du péché, et nous en partageant la bonne nouvelle de la grâce de Christ et en donnant de notre temps pour écouter et guider dans la Parole la personne en cheminement des ténèbres à la lumière, nous affirmons la grâce de Dieu et nous y participons ce qui a pour conséquence d’être messagers de bonne nouvelle pour ceux qui ont commencé à accueillir la grâce de Dieu dans leur vie.

Nous recevons de Dieu la grâce financière, nous offrons à Dieu nos finances pour les besoins des autres, par grâce.
Nous recevons de Dieu la grâce de son pardon, nous offrons à Dieu nos cœurs vengeurs et nous pardonnons par grâce les autres qui nous ont blessés.
Nous recevons de Dieu la grâce d’être délivré du mal et du malin, nous nous offrons à Dieu pour que d’autres soient délivrés, par le don gratuit de nos prières et de notre amour.

Nous recevons grâce sur grâce de la part de Dieu en Jésus-Christ et ce pour tous nos besoins, dans tous les domaines. Et nous donnons, par la réalité de la vie de Christ qui habite en nous, grâce sur grâce à ceux que nous aimons en commençant par la maison, le travail, le voisinage, etc.

© Copyright EACMSF. Tous droits réservés