Archives de prêches

29/10/2006

Esclave, moi?
Denis Côté



Introduction

Montrer une laisse pour un chien. Qu’est-ce?
Un objet d’esclavage.
Quelle est son utilité? Contrôler notre chienne Kayleigh.
Un objet de protection? Ou de limitation?
Pensez-vous que notre chienne Kayleigh aime sa laisse?
Je ne crois pas. Je pense qu’elle aimerait mieux ne pas avoir de laisse. Mais alors elle serait en danger.

Phrase de transition
Tout comme nous avons dû payer son ancien maître pour acheter Kayleigh, Dieu a payé le gros prix, le prix du sang de son Fils, pour nous racheter de notre ancien maître. Et maintenant, en Christ, nous appartenons à Dieu.

Si je vous posais la question : aimeriez-vous être un esclave? Vous me répondriez fort probablement non. Personne ne désire être l’esclave de personne. Sauf peut-être si le maître est très très riche et qu’il est très très généreux envers ses esclaves. Peut-être. Ça dépendrait du caractère du maître.

Le Petit Robert définit le mot esclave comme une personne qui n’est pas de condition libre, qui est sous la puissance absolue d’un maître, soit du fait de sa naissance, soit par capture à la guerre, vente, condamnation.

La Bible enseigne que nous naissons tous esclaves. Esclaves d’un pouvoir étranger à la vie de Dieu. Esclaves du péché. Le péché agit sur nous comme un maître et un tyran pour nous faire obéir à sa volonté. Et on n’y peut rien, c’est plus fort que nous.
Mais la Bible enseigne aussi que Dieu a envoyé son propre Fils, qui est devenu homme comme nous, pour nous libérer de ce pouvoir tyrannique. Et Jésus-Christ nous a rachetés en payant de sa vie sur la croix et en ressuscitant des morts. Ceux qui reçoivent Jésus par la foi sont maintenant libres du péché pour appartenir à Dieu.
Mais vivons-nous vraiment une vie qui reflète que nous sommes libres du péché et que nous appartenons à Dieu pour le servir?
Comme il est écrit dans Osée 11.4 Dieu nous tire avec des liens d’humanité et des cordages d’amour. Mais nous, nous refusons souvent de nous donner entièrement à Dieu. Nous résistons à ses cordages d’amour et l’amour respecte nos choix. Nous brisons nos liens, notre relation avec Dieu, pour faire ce que nous voulons croyant que c’est beaucoup mieux ainsi. Mais notre vie ne porte pas de fruits pour Dieu, nous ne goûtons pas à Sa vie en abondance, et nous ne sommes pas très différents du monde qui nous entoure. Le problème c’est que nous pensons jouer safe en gardant une certaine distance de Dieu ou en se gardant des portes de sorties. Mais Dieu voit très bien notre jeu, et il sait très bien que nous ne lui faisons pas confiance après tout. Et nous restons esclaves de nos propres limites, esclaves de nous-mêmes.

Jésus a dit :
Jean 12:24
En vérité, en vérité, je vous le dis, si le grain de blé qui est tombé en terre ne meurt, il reste seul; mais, s'il meurt, il porte beaucoup de fruit.

Si nous refusons de mourir à nous-mêmes, à nos plans et nos convoitises, nous resterons seul dans la vie et l’éternité, mais si nous mourons en vue de nous donner volontairement à Dieu, l’Esprit nous fera porter beaucoup de fruit. C’était vrai pour Jésus, et c’est aussi vrai pour chacun de nous.

Maintenant écoutez bien. La vraie liberté n’est pas de pouvoir faire tout ce qu’on veut, quand on le veut, et avec qui on le veut. Ce genre de vie mène toujours à l’esclavage. La vraie liberté c’est de se soumettre volontairement à notre nouveau maître, Dieu, qui est amour, sagesse, et puissance.
La vraie liberté c’est vivre tout près de Jésus et le suivre.

© Copyright EACMSF. Tous droits réservés