Archives de prêches

07/01/2007

Jeûner pourquoi?
Claude Noël



Intro …

Les anciens m’ont demandé de prêcher un message sur le jeûne. C’est parce que je leur ai suggéré l’idée d’inviter l’Église à une soirée de jeûne et prière pour l’année 2007. Cette idée m’est venue lorsque je lisais le livre d’Esdras dans l’Ancien Testament cet automne.
Esdras est un prophète de la période du retour d’exil du peuple de Dieu. Voici ce qu’il écrit au chapitre 8 :
21Là, près du fleuve d'Ahava, je publiai un jeûne d'humiliation devant notre Dieu, afin d'implorer de lui un heureux voyage pour nous, pour nos enfants, et pour tout ce qui nous appartenait. 22J'aurais eu honte de demander au roi une escorte et des cavaliers pour nous protéger contre l'ennemi pendant la route, car nous avions dit au roi: La main de notre Dieu est pour leur bien sur tous ceux qui le cherchent, mais sa force et sa colère sont sur tous ceux qui l'abandonnent. 23C'est à cause de cela que nous jeûnâmes et que nous invoquâmes notre Dieu. Et il nous exauça.
J’ai donc pensé publier aussi un jeûne d’humiliation pour notre assemblée devant notre Dieu, afin d’implorer de lui une heureuse année 2007 pour nous et nos enfants. Une année de grâces de la part de Dieu en nous permettant de participer de plus en plus à Son œuvre dans le monde.

Comme pour bien des choses dans cette Église le Seigneur a confirmé Sa volonté par le témoignage de notre sœur Rosalie Coulibali Falardeau. Elle a témoigné à l’assemblée avoir écrit une lettre au Seigneur le 31 décembre 2005 lui présentant ses requêtes pour l’année dernière. Et vous savez que le Seigneur l’a exaucé dans au moins deux de ses requêtes en 2006, au-delà de ses espérances, par la conversion de son mari et par sa grossesse. Ce qu’il ne faut pas oublier c’est que Rosalie est revenue régulièrement avec sa lettre au Seigneur durant l’année 2006 en jeûnant, priant et remerciant Dieu à l’avance pour avoir répondu en son temps. Et Dieu l’exauça.

Alors ma lecture de l’Écriture, ma réflexion et mes prières pour vous ajouté au témoignage de notre sœur m’a poussé à faire cette demande au conseil d’une soirée de jeûne et prière en Église qui aura lieu vendredi prochain, le 12 janvier, de 19h30 à 21h30. Et ils ont cru bon que j’enseigne au sujet du jeûne d’abord parce qu’il semble y avoir beaucoup de confusion à ce sujet dans nos milieux.

Mais avant d’entrer dans le sujet davantage j’aimerais prier avec vous. PRIONS.

Seigneur Jésus, nous nous approchons humblement devant toi ce matin. Nous espérons en toi plus que jamais en ce début d’année 2007. Nous désirons te présenter nos requêtes personnelles et d’Église, avec foi et actions de grâces, pour une manifestation de ta gloire sur nos vies. Oh Dieu, de tout notre cœur, nous aspirons à ce que tu nous transformes de plus en plus à l’image de ton Fils Jésus-Christ en 2007 et que tu nous fasses participer de mieux en mieux à l’œuvre de ton Royaume. Amen.

Je vous dirai d’emblée que le jeûne n’est pas une pratique courante dans ma vie. J’ai toujours trouvé difficile de jeûner et ce pour diverses raisons. D’abord j’aime manger. J’ai toujours aimé manger. Quand j’étais jeune, je finissais l’assiette de mon frère au repas. J’ai été gourmand, croyez-le ou non, et aujourd’hui je suis plutôt gourmet. J’aime goûter à toutes sortes de mets. Et je raffole de nos repas d’Église, quand je peux trouver le temps de manger... Mais une chance que j’ai Jonathan qui garde mon assiette quand je suis parti.
Deuxièmement, j’ai toujours trouvé compliqué de jeûner dans un contexte familial. Est-ce que j’impose le jeûne à mes enfants? Je ne crois pas à cette approche de l’éducation chrétienne. Est-ce que je m’asseois à la table, jeûnant, pendant que tout le monde s’empifre? Faut pas être masochiste quand même. Est-ce que je m’absente de la table? Ce n’est pas évident.
Troisièmement, je trouve que la routine de ma vie de tous les jours me demande trop d’énergie pour me permettre de jeûner. Quand je travaille, j’ai besoin d’énergie. Et la nourriture me donne cette énergie.

Donc, personnellement, j’ai trouvé que c’est lorsque je suis en contexte de retraite que je vais jeûner. Lorsque ma journée est un genre de sabbat pour prier et lire la Parole, pour me reposer et prendre le temps avec mon Dieu dans le silence. Ah! Oui, c’est le moment propice pour moi de jeûner. Mais je dois planifier ces journées. Je devrais le faire plus souvent, une fois par mois peut-être. Et le jeûne n’est pas difficile pour moi à ce moment-là. Et c’est si bon et si riche spirituellement.


Dans la Bible le jeûne est une pratique courante, aussi commune que prier et donner l’offrande. Jésus l’a pratiqué, on pense à ses 40 jours sans manger dans le désert avant son ministère public. Jésus l’a aussi enseigné.

Avant d’aller plus loin je vous poserai deux questions concernant l’enseignement de Jésus.
Quand Jésus nous dit de mettre en pratique ses paroles pour être semblable à un homme prudent qui a bâti sa maison sur le roc, est-ce qu’il pense au jeûne?
Et quand Jésus nous dit de faire des disciples de toutes nations en les enseignant à observer tout ce qu’Il a prescrit, est-ce qu’il s’attend à ce que nous enseignions les nouveaux disciples à jeûner?

Je crois que oui, mais pas n’importe comment.

D’abord Jésus enseigne que c’est Dieu notre Père qui doit être la personne concernée lorsque nous jeûnons et non les chrétiens autour. On ne doit pas jeûner ou prier ou donner l’aumône pour passer le message qu’on est plus spirituel que les autres.
Matthieu 6
1Gardez-vous de pratiquer votre justice devant les hommes, pour en être vus; autrement, vous n'aurez point de récompense auprès de votre Père qui est dans les cieux.

2Lors donc que tu fais l'aumône, ne sonne pas de la trompette devant toi, comme font les hypocrites dans les synagogues et dans les rues, afin d'être glorifiés par les hommes.

5Lorsque vous priez, ne soyez pas comme les hypocrites, qui aiment à prier debout dans les synagogues et aux coins des rues, pour être vus des hommes.

16Lorsque vous jeûnez, ne prenez pas un air triste, comme les hypocrites, qui se rendent le visage tout défait, pour montrer aux hommes qu'ils jeûnent.

Donner, prier ou jeûner ne sont pas des médailles militaires que nous portons pour épater la galerie.
Le point à retenir ici est l’attitude de notre cœur qui doit accompagner cette pratique qui doit devenir aussi courante que prier et donner notre dîme. L’attitude de faire ses sacrifices spirituels pour Dieu et pour Dieu seul.

Il faut éviter les extrêmes.

D’un côté, on pourrait penser que Jésus ne veut pas que nous prions en groupe, parce qu’il dit : quand tu pries, entre dans ta chambre, ferme ta porte, et prie ton Père qui est là dans le lieu secret (Matthieu 6.6) Est-ce que les vrais disciples de Jésus devraient prier seulement en cachette? Pourtant trois versets plus loin Jésus dit : Voici donc comment vous devez prier: Notre Père qui es aux cieux! Seulement un groupe peut prier Notre Père.
Ou est-ce que Jésus enseigne de donner de l’argent dans le panier en offrande sans utiliser d’enveloppe d’offrande parce qu’alors le trésorier le saurait? Et on me le rappellerait à la fin de l’année tandis que ma main gauche ne devrait pas savoir ce que donne ma droite? Non. Jésus n’enseigne pas ici d’être négligeant ou de ne pas bien faire profiter son argent au maximum pour le Royaume. Il enseigne de ne pas pratiquer votre justice devant les hommes pour en être vus, honorés, applaudis, respectés, vantés. Il parle de l’attitude du cœur. C’est ça qu’Il enseigne. Ailleurs il enseigne d’agir avec sagesse, intelligence et surtout avec foi quand vient le temps de donner.

Notez que Jésus appelle le jeûne une pratique juste. 1Gardez-vous de pratiquer votre justice…

Maintenant, nous savons que l’homme naturel n’est pas juste aux yeux de Dieu. Il n’y a pas de juste, pas même un seul dit l’Écriture. Devant Dieu, les actes de justice de l’homme ou de la femme qui n’a pas reçu Jésus-Christ, le seul juste, sont comme des serviettes sanitaires souillées.
Jésus ne s’adresse donc pas à l’homme naturel quand il dit Gardez-vous de pratiquer votre justice.

Nous savons aussi que notre chair, ce principe de mal qui doit être crucifié à chaque jour dans la vie de chaque chrétien, notre chair n’aime pas jeûner ou prier ou donner la dîme. Si nous marchons selon la chair nous ne pourrons jamais pratiquer cette justice dont Jésus parle, parce que ça ne nous le tentera jamais.

Romains 8:7
car l'affection de la chair est inimitié contre Dieu, parce qu'elle ne se soumet pas à la loi de Dieu, et qu'elle ne le peut même pas.

Galates 5:17
Car la chair a des désirs contraires à ceux de l'Esprit, et l'Esprit en a de contraires à ceux de la chair; ils sont opposés entre eux, afin que vous ne fassiez point ce que vous voudriez.

Jésus s’adresse donc à ceux qui sont spirituels, qui par l’Esprit de Dieu font mourir les œuvres de la chair. C’est l’Esprit de Dieu en nous qui est juste, pas notre chair, et l’Esprit de Dieu seul peut pratiquer la justice en nous.
Seul l’Esprit de Dieu a le vouloir et le faire quant il est question de jeûner ou de prier ou de donner l’aumône selon la volonté de Dieu.
Notre part est de céder la direction de nos vies et de collaborer avec l’Esprit chaque jour, en faisant mourir la chair et en vivant pour Dieu.

Ainsi, mes bien-aimés, comme vous avez toujours obéi, travaillez à votre salut avec crainte et tremblement, non seulement comme en ma présence, mais bien plus encore maintenant que je suis absent; car c'est Dieu qui produit en vous le vouloir et le faire, selon son bon plaisir. Philippiens 2:11-13
L’Esprit de Dieu va Lui-même créer en nous le vouloir et le faire quant au jeûne, si nous travaillons à notre salut avec crainte et tremblement, c’est-à-dire si nous demeurons en Jésus et dans sa Parole pour aimer et porter du fruit pour Dieu.
Car le but du jeûne est de porter du fruit pour Dieu, et non de forcer Dieu à faire ce que nous voulons. Jeûner ce n’est pas tordre le bras de Dieu en quelque sorte. Au contraire, jeûner c’est libérer nos bras pour faire la volonté de Dieu. Nous jeûnons pour entendre Dieu et prendre des décisions selon Sa volonté. En jeûnant nous nous humilions devant Dieu en démontrant clairement que nous avons besoin de Sa direction.
C’est pour cela que les disciples de Jésus ne jeûnaient pas pendant qu’ils étaient avec lui sur la terre.
Matthieu 9:14-16
14Alors les disciples de Jean vinrent auprès de Jésus, et dirent: Pourquoi nous et les pharisiens jeûnons-nous, tandis que tes disciples ne jeûnent point?
15Jésus leur répondit: Les amis de l'époux peuvent-ils s'affliger pendant que l'époux est avec eux? Les jours viendront où l'époux leur sera enlevé, et alors ils jeûneront.
Jésus était toujours avec les disciples. Il leur donnait constamment la direction quand ils en avaient besoin. Quand ils avaient une grande décision à prendre inutile de jeûner, ils se tournaient vers Jésus et s’attendaient à Lui.
Mais après que Jésus fut remonté au ciel, les disciples ont jeûné et prié ensemble surtout pour discerner la volonté de Dieu.
Actes 13
1Il y avait dans l'Église d'Antioche des prophètes et des docteurs: Barnabas, Siméon appelé Niger, Lucius de Cyrène, Manahen, qui avait été élevé avec Hérode le tétrarque, et Saul.
2Pendant qu'ils servaient le Seigneur dans leur ministère et qu'ils jeûnaient, le Saint Esprit dit: Mettez-moi à part Barnabas et Saul pour l'oeuvre à laquelle je les ai appelés.
3Alors, après avoir jeûné et prié, ils leur imposèrent les mains, et les laissèrent partir.
4Barnabas et Saul, envoyés par le Saint Esprit, descendirent à Séleucie, et de là ils s'embarquèrent pour l'île de Chypre.
Ici, on voit les dirigeants de l’Église servir Dieu, jeûner et prier. Et le Saint-Esprit parle par les prophètes et tous peuvent confirmer que c’est la volonté de Dieu de laisser aller les meilleurs enseignants en mission pour accomplir l’œuvre prévue d’avance par Dieu pour eux.
Nous avons ici un exemple biblique de l’importance du jeûne. C’est pour discerner la volonté de Dieu et avoir le courage de la faire.
On peut se demander je crois la question : comment être sûr de la volonté de Dieu sans le jeûne et la prière? La volonté de Dieu devant de grandes décisions. Pour vous et pour l’Église.
Application : C’est justement pour cela que nous avons décrété une soirée de jeûne et de prière vendredi prochain. D’une part pour vous permettre de venir devant Dieu, humilié par le jeûne, et présenter vos requêtes pour l’année 2007. Vous avez été encouragés à écrire une lettre au Seigneur Jésus en ce début d’année. On ne vous demandera pas de lire votre lettre. Mais nous allons prier ensemble avec vous selon ce que vous voudrez bien partager au groupe. D’autre part, nous voulons nous présenter devant Dieu en tant qu’Église pour discerner Sa volonté pour mieux participer à son œuvre en 2007. Le conseil des anciens ont commencé à réfléchir sur les prochains pas à faire en tant qu’Église par la foi pour participer à l’œuvre de Dieu dans le monde, au Québec, à Québec et dans notre quartier. Je veux présenter cette approche d’un PAS à la fois et chaque PAS par la foi dans l’accomplissement de la volonté de Dieu. Ces pas sont concrets et demanderont de notre part la prière, l’action et le soutien financier. Mais pour que ces rêves et ces plans sur papier deviennent vivants, nous avons besoin de jeûner et prier ensemble. Prier et jeûner pour capter la vision de Dieu selon les œuvres prévues à l’avance pour nous. Quoi qu’il en coûte avec la force de l’Esprit.
Dans cette église, le jeûne n’est pas imposé, tout comme la dîme n’est pas imposée, ou la prière. Le jeûne, la dîme et la prière sont des pratiques spirituelles pour des gens spirituels qui veulent vraiment participer à l’œuvre de Dieu pour en récolter des fruits éternels.
Je sais qu’il y en a qui parlent de jeûne quand ils decident de ne plus jouer aux jeux d’ordinateurs ou de ne pas regarder la télévision ou une habitude quelconque qu’ils aiment bien. Mais dans la Bible, le jeûne partiel consiste à s’abstenir de nourriture, et le jeûne complet à s’abstenir de nourriture et d’eau.
Il y a aussi le jeûne spirituel, c’est-à-dire le jeûne qui consiste à aimer son prochain comme soi-même. Mais Dieu ici n’annule pas la valeur du jeûne de nourriture, il lui en donne plutôt son sens.
Ésaïe 58
2Tous les jours ils me cherchent, Ils veulent connaître mes voies; Comme une nation qui aurait pratiqué la justice Et n'aurait pas abandonné la loi de son Dieu, Ils me demandent des arrêts de justice, Ils désirent l'approche de Dieu. - 3Que nous sert de jeûner, si tu ne le vois pas? De mortifier notre âme, si tu n'y as point égard? -Voici, le jour de votre jeûne, vous vous livrez à vos penchants, Et vous traitez durement tous vos mercenaires. 4Voici, vous jeûnez pour disputer et vous quereller, Pour frapper méchamment du poing; Vous ne jeûnez pas comme le veut ce jour, Pour que votre voix soit entendue en haut. 5Est-ce là le jeûne auquel je prends plaisir, Un jour où l'homme humilie son âme? Courber la tête comme un jonc, Et se coucher sur le sac et la cendre, Est-ce là ce que tu appelleras un jeûne, Un jour agréable à l'Éternel? 6Voici le jeûne auquel je prends plaisir: Détache les chaînes de la méchanceté, Dénoue les liens de la servitude, Renvoie libres les opprimés, Et que l'on rompe toute espèce de joug; 7Partage ton pain avec celui qui a faim, Et fais entrer dans ta maison les malheureux sans asile; Si tu vois un homme nu, couvre-le, Et ne te détourne pas de ton semblable. 8Alors ta lumière poindra comme l'aurore, Et ta guérison germera promptement; Ta justice marchera devant toi, Et la gloire de l'Éternel t'accompagnera.
Ce texte sert simplement à confirmer que c’est le jeûne du coeur qui est important et non un rite ou un sacrifice pour forcer Dieu. Cela n’enlève pas la place au jeûne de nourriture.

Nous savons que nous n’avons pas à lutter contre la chair et le sang durant notre pèlerinage sur la terre, mais contre les esprits méchants dans les lieux célestes.
2 Corinthiens 10
nous ne combattons pas selon la chair. 4Car les armes avec lesquelles nous combattons ne sont pas charnelles; mais elles sont puissantes, par la vertu de Dieu, pour renverser des forteresses.
Le jeûne est une arme spirituelle puissante.
Jésus a dit que le jeûne est plus puissant que la prière seule.
Matthieu 17:21
Mais cette sorte de démon ne sort que par la prière et par le jeûne.
La puissance du jeûne se trouve dans la concentration que nous expérimentons lorsque nous jeûnons. Toute l’énergie du corps peut alors être concentrée sur Christ par la prière. Et la puissance se trouve en Christ. Le jeûne nous permet d’y accéder.
Encore, pris isolément, le jeûne est inutile dans le monde spirituel. Sans prière, sans contact avec Dieu, le jeûne ne sert à rien. C’est comme donner sa dîme sans prière ou sans actions de grâces ou sans foi active en Dieu. Ça donne rien spirituellement.
Le jeûne est comme un outil qui par la puissance de Dieu nous permet d’avancer dans le Royaume de Dieu. Le jeûne, la prière et les dons financiers sont des outils puissants quand nous sommes en communion avec Dieu.
Conclusion et récap.

© Copyright EACMSF. Tous droits réservés