Martin F.

C'est grâce à Dieu si je me trouve ici en ce moment même car il m'a toujours tendu la main en m'envoyant tout le temps des signes mais souvent je ne voulais pas croire que c'était lui. Il m'indiquait le chemin pour un avenir dans la joie alors que je croyais qu'il m'avait abandonné.

Je suis né dans une famille catholique pratiquante et croyante. Tout jeune, j'avais l'impression que mes parents me forçaient à aller à l'Église et je détestais quand on me force à faire quelquechose que je n'aime pas. Même si je refusais de le louer, il m'a toujours envoyé le même rêve: je vais recontrer la femme de ma vie dans un désert. J'ai même écrit une histoire sous forme de manuscrit d'environ 300 pages expliquant mes rêves quand j'étais plus jeune, longtemps avant d'avoir rencontré Rosalie en Afrique. J'ai encore ce fameux manuscrit en ma possession aujourd'hui. Il me faisait une promesse en me montrant la direction mais je continuais de refuser que c'était Dieu mais plutôt ma propre imagination.

Plus jeune, j'étais très rebelle avec mes cheveux longs et mon allure vestimentaire. Je me tenais avec de mauvaises personnes qui m'influençaient beaucoup. Un soir, alors que j'étais dans un party de motards à St-Sauveur, j'ai entendu une voix dans ma tête qui me disait de quitter immédiatement cet endroit malsain car je risquais ma vie si je restais. Il m'indiquait encore le chemin à suivre mais je refusais encore d'y croire, j'avais le coeur dur.

Plus tard, je devais me trouver un stage pour mes cours chez Multihexa alors je suis tombé par hazard sur le site web de l'ACDI qui offrait des stages en Afrique. Je me suis dit pourquoi pas une dernière aventure avant d'être sérieux. C'est comme si une force puissante me poussait à aller en Afrique. Arrivée à Ouagadougou, la capitale du Burkina Faso, moi et plusieurs autres stagiaires logions dans une sorte d'auberge appartenant à une Église Évangélique. Il y avait une Bible dans la chambre. Je n'avais rien d'autre à faire et je m'ennuyais beaucoup alors je me suis mis à lire cette Bible. Le lendemain, j'ai même été à un culte chrétien non loin de là. J'ai été attiré par les chants. J'ai été impressionné par ces louanges chantées. C'est comme si Dieu me préparait lentement à ce qui m'attendait. Malgré tout celà, je refusais de croire qu'il m'appelait à revenir dans le troupeau.

J'ai rencontré Rosalie à Dédougou au Burkina Faso comme je l'avais longtemps rêvé depuis ma jeunesse mais je continuais de résister à Dieu. Elle était croyante mais pas moi alors je lui ai dit dans mes propres mots: "Je ne t'empêcherai jamais de pratiquer ta religion à la condition que tu ne me fasses pas chier avec tes histoires de religion!" C'était pour ça que je l'attendais dans le stationnement de l'Église pendant plusieurs semaines. Rosalie croyait en la richesse spirituelle alors que moi je croyais en la richesse matérielle.

Un jours, j'ai eu une forte épreuve de foi alors que Rosalie me parlait de Jésus au téléphone car j'étais à Rivière-du-Loup. J'ai raccroché car j'en avais marre d'entendre Jésus par-ci, Jésus par là. Rosalie disait: "Dieu a un plan pour nous et il fait toujours des belles choses dans notre vie!" Moi, je répondais: "Si Dieu fait des belles choses alors c'est aussi de sa faute si nous avons des malheurs dans nos vies!" J'étais sur le point de lui dire que je ne pouvais plus continuer à entendre parler de Dieu alors que tous mes malheurs je les mettais sur le dos de Jésus. Alors une voix me parla dans ma tête et me dit: "Arrête tout de suite de me persécuter car tu finiras par perdre tout ce que tu aimes ainsi que tous tes rêves." Je me suis mis à pleurer car il venait de toucher mon coeur malgré le fait que je lui crachais toujours au visage. Il venait de me tendre encore la main mais cette fois je l'ai attrapée fermement. Depuis ce jour, il ne m'arrive que de belles choses: une maison, une femme que j'aime et qui m'aime et maintenant un petit garçon qui s'en vient. Depuis ce jour, j'ai totalement changé: j'ai perdu ma colère et je commence lentement à ouvrir ma carapace. Depuis ce jour, j'ai enfin retrouvé ce qu'est "être heureux" et mon coeur s'est remis à battre. Comme dans 2 Corinthiens 5 verset 17: "Ainsi, celui qui est uni au Christ est une nouvelle créature!" et 1 Corinthiens 13 verset 11: "Lorsque j'étais enfant je parlais comme un enfant, je pensais et résonnais en enfant. Une fois devenu homme je me suis défait de ce qui est propre à l'enfant."

Dieu est merveilleux: malgré toutes les mauvaises choses que j'ai faites, malgré tous les démons que j'ai adorés dans mon passé, Dieu ne m'a jamais abandonné et aujourd'hui je suis sauvé. Il m'a pardonné et a permis que je revienne vers lui et pour cette raison je lui dit enfin ce que j'aurais du lui dire il y a très très longtemps: MERCI!

© Copyright EACMSF. Tous droits réservés