Gabriel P.

Mon témoignage

Bonjour à tous,

Ma relation avec Dieu a commencé quand j’étais très jeune. En effet, j’ai eu la chance de vivre dans une famille chrétienne très pratiquante. Toute mon enfance, mes parents nous amenaient, moi et mon frère, à l’église régulièrement. À la maison, nous avions une panoplie de livres chrétiens : des livres d’histoires bibliques, des recueils d’études et, bien entendu, des Bibles. Avant l’âge de 15 ans environs, je n’avais pas de relation vraiment profonde et personnelle avec Dieu. Je croyais en son existence et au sacrifice de Jésus pour moi et je l’avais accepté dans mon cœur, mais ça s’arrêtait là.
Je dirais même que j’avais l’impression que Dieu était un fardeau dans ma vie. Pendant tout le temps que j’habitais à La Pocatière, il fallait faire une heure et demie de route pour aller à l’église. Pour moi, cela représentait que je devais me lever tôt le dimanche matin, ce qui, pour moi, était pénible. Je ne me sentais pas vraiment touché profondément par la louange et le message. Bref, je considérais mon temps passé avec Dieu comme du temps perdu.
Ma perception de Dieu a changé quand j’avais quinze ans. Je dirais que j’ai beaucoup maturé dans ma foi. J’avais vraiment compris ce qu’est une relation personnelle avec Dieu. J’avais saisis la nécessité d’aller à l’église régulièrement. Je me sentais touché et concerné par les messages du pasteur. Je lisais ma Bible et comprenais ce que Dieu m’enseignait. Je sentais la présence de Dieu dans ma vie et je voyais la nécessité d’entretenir ma relation avec lui.
J’ai continué ainsi jusqu’à cet été. Dieu m’a alors montré que j’étais rendu à une autre étape dans ma vie chrétienne : le baptême. «Comme par hasard», Claude prévoyait commencer une série de cours de préparation au baptême quelques semaines après.
Une semaine avant le début de ces cours, l’ennemi a profondément ébranlé ma foi. J’avais déjà vécu, comme vous certainement, le sentiment qu’il me manquait quelque chose pour être sauvé, que ce ne pouvait être aussi simple. Mais cette fois-là, je me disais : et si Dieu n’existait pas? J’ai vraiment sentis que toutes les bases de ma foi s’effondraient. J’essayais de me convaincre moi-même, mais ça m’étais impossible. Je me suis alors rappelé qu’il est écrit que c’est l’homme qui plante, mais c’est Dieu qui fait grandir. Je m’en suis alors remis aux deux outils à ma disposition : la prière et la Bible. (pause)
Je ne m’attendais pas à ce que Dieu fasse une action miraculeuse pour me prouver son existence, mais seulement qu’il me convainque, de n’importe quelle manière, car je savais qu’il en est parfaitement capable.
Dieu m’a donné deux pistes de réflexion. La première m’a été inspirée par le verset Jean 6.68 où Jésus, après avoir prêché en disant qu’il était le pain de vie et que plusieurs aient cessé de le suivre, a demandé à ses disciples s’ils l’abandonneraient eux aussi. Voici le verset : «Mais Simon Pierre lui répondit : Seigneur, vers qui irons-nous? Tu as les paroles de la vie éternelle.» C’est également la question que je me posais : qu’est-ce qu’il y a dans ce monde de comparable au salut de Jésus? Qu’est-ce que l’homme a inventé qui soit comparable à l’œuvre de Dieu? Historiquement, jamais l’humain n’a réussi à faire quoi que ce soit par lui-même de valable. Pour moi, le fait que l’humanité courrait à sa perte était flagrant.
De plus, mes cours de sciences au cégep me mettaient dans l’évidence d’un créateur. L’incroyable complexité de la vie que l’on étudiait en biologie me laissait complètement sans mots. Jamais personne d’autre que Dieu, surtout pas la «chance», ne pourrait égaler une œuvre si grandiose.
Ces réflexions m’ont amenées à la conclusion suivante : Comment se pourrait-il que Dieu n’existe pas?
Quant à savoir si j’avais vraiment la «bonne religion», je m’en remettais à l’effet que le christianisme a sur la vie des gens. Je me disais qu’un pareil effet serait impossible avec une religion «inventée» par l’homme. À chaque fois que je lisais ma Bible, je comprenais de nouvelles choses et je sentais vraiment la présence du Saint-Esprit.
Maintenant, je peux affirmer hors de tout doute que Dieu existe réellement et que Jésus est venu mourir et ressusciter pour le pardon de mes péchés.
Je prie Dieu de rendre ma foi inébranlable et de me donner le courage de la partager pour l’avancement de son règne.
Je souhaite que Jésus soit seigneur de ma vie et je veux marcher avec lui dans la foi.
Merci.

© Copyright EACMSF. Tous droits réservés