Melissa N.

Pour commencer, j’ai grandi dans une famille chrétienne et dès mon jeune âge, j’étais entourée de valeurs et de personnes chrétiennes. Je me rappelle vivement, un soir quand j’avais 5 ans, je me rappelle mes parents mon expliqué le salut. C’est ce soir-là que j’ai accepté Jésus dans mon coeur. Pour moi, accepter cette identité avec Jésus comme mon sauveur c’était un choix normal et presque la norme.

Durant mon pré-adolescence, je suis allée à un camp chrétien et c’est là où j’ai vraiment donné ma vie à Dieu. J’ai compris que j’étais pécheresse et que sans Dieu dans ma vie de tous les jours, j’étais perdue. Aussi, j’ai compris que Dieu me connaissait mieux que n’importe qui, qu’il était plus grand que je ne pouvais l’imaginer, mais le plus important, j’ai compris que vivre une vraie vie chrétienne n’était pas seulement accepter Jésus dans mon coeur et aller à l’église avec mes parents, mais c’était de vivre ma vie pour Dieu.

Durant mes dernières années à l’école secondaire, j’ai vécu des difficultés avec mes amis à l’école. Ce que je réalise maintenant, mais que je ne réalisais pas avant, c’était que j’essayais de les plaire. Après des mois à essayer de garder des amis qui me rejetaient, j’ai complètement changé d’amis. Peut-être que cela semble être un simple geste, mais c’était un acte très difficile pour moi. Savoir que Dieu ne m’a jamais rejetée, mais qu’au contraire il a toujours fait l’opposé m’a beaucoup aidé à affronter cette épreuve.

Alors, ma croissance chrétienne n’a jamais été très drastique. Mais, dès que j’ai réalisé que je voulais vivre pour Dieu et que j’ai compris ce que ça voulait vraiment dire être chrétienne à la fin de mon secondaire, je dirais que lire ma bible est devenue une priorité et mon implication dans un groupe de jeunes est devenue plus grande chaque année. Ainsi quand je suis entrée au Cegep, c’était très important pour moi de me joindre à une étude biblique.

Enfin durant mon voyage missionnaire en Espagne à l’été 2011 j’ai aussi grandi dans ma foi et j’ai appris à appliquer ce que je lisais dans ma bible et de faire confiance à Dieu avec tout.
J’ai hâte à cet été, pour le voyage au Sénégal, de voir ce que Dieu va faire dans ma vie, dans la vies des autres personnes dans le groupe, et dans la vie des personnes là-bas, et aussi, j’ai hâte pour mon année que j’ai mise de côté pour étudier la Bible à l’école biblique en Hongrie l’année prochaine.
Ceux qui l'écoutaient dirent: «Qui donc peut être sauvé?» Jésus répondit: «Ce qui est impossible aux hommes est possible à Dieu.» Luc 18:26-28

«Il est écrit: L'homme ne vivra pas de pain seulement, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu.» Matthieu 4.4

© Copyright EACMSF. Tous droits réservés