Le repos de Dieu (1ière partie)

Jésus est le maître du sabbat. Il est le maître des vacances. Et quand Jésus règne pendant les vacances, on goûte non seulement au repos mais au renouvellement des forces, des idées, et de la passion pour ce que Dieu nous appelle à faire. Mais c’est toujours une lutte de Le laisser régner, même en vacances!
Lecture et écoute de messages bibliques édifiants. Un de ces messages (du juif converti à Jésus-Christ, Jonathan Cahn) m’a touché profondément. Je vous en partage ce qui s’est développé dans mon esprit depuis son écoute.
Nous lisons dans la Bible au sujet du premier jour de la création (Genèse 1.1-5) :
1 Au commencement, Dieu créa le ciel et la terre. 2 La terre n’était que chaos et vide. Il y avait des ténèbres à la surface de l'abîme et l'Esprit de Dieu planait au-dessus de l’eau.
3 Dieu dit: «Qu’il y ait de la lumière!» et il y eut de la lumière. 4 Dieu vit que la lumière était bonne, et il sépara la lumière des ténèbres. 5 Dieu appela la lumière jour, et les ténèbres nuit. Il y eut un soir et il y eut un matin. Ce fut le premier jour.
Et il est écrit concernant le dernier jour, le septième, au chapitre 2, versets 1 à 3 :
2 C’est ainsi que furent terminés le ciel et la terre et toute leur armée. 2 Le septième jour, Dieu mit un terme à son travail de création. *Il se reposa de toute son activité le septième jour. 3 Dieu bénit le septième jour et en fit un jour saint, parce que ce jour-là il se reposa de toute son activité, de tout ce qu'il avait créé.
Dieu a travaillé pendant six jours puis il s’est reposé de son œuvre, non parce qu’il était fatigué mais pour nous apprendre à bien vivre, à vivre selon Dieu en considérant le repos comme saint. Et ce repos dépasse infiniment une journée dans la semaine. Dieu a fait du sabbat un jour saint, mis à part pour Dieu et les choses de Dieu. Et Dieu a béni le repos du septième jour.
La nouvelle création en Jésus-Christ s’est opérée de façon semblable. Pendant toute sa vie, de la naissance jusqu’à sa mort, Jésus a obéi à toute la loi de Dieu. C’était tout un travail. Mais ce qu’il faut saisir, c’est que Jésus a vécu toute sa vie, de la naissance jusqu’à sa mort et sa résurrection, à notre place. Il a obéi à toute la loi de Dieu à notre place pour que nous en recevions les bénéfices éternels. Jésus a mérité notre ciel! En Lui, nous sommes justifiés, pardonnés et sauvés. Même dans sa mort Jésus a accompli toute la volonté de Dieu à notre place pour que NOUS ENTRIONS DANS LE REPOS DE DIEU, et vivions dans la paix de Dieu tous les jours de notre vie.
Mais peu de chrétiens vivent pleinement dans le repos de Dieu que Jésus-Christ a mérité pour eux par sa mort et sa résurrection. Ils désobéissent à Dieu parce qu’ils ne croient pas tout ce que Dieu a dit et fait.
Pourtant la nouvelle œuvre de la nouvelle création a été accomplie par Dieu le Fils unique, Jésus, pour une nouvelle genèse, un nouveau commencement, une nouvelle naissance, une nouvelle humanité pour tous ceux qui croient en Lui.
Puisqu’il s’agit du même Dieu, pourrait-il y avoir un lien entre la première et la seconde création, la création naturelle et la création spirituelle en Christ?
Oui! J’appelle à votre participation …
Quand Dieu a-t-il terminé son œuvre lors de la première création? – au 6ième jour.
Quand Dieu a-t-il terminé son œuvre de la nouvelle création? – le sixième jour, vendredi saint, car il est mort un vendredi, le sixième jour. C’était la fin de son œuvre de rédempteur.
Quand Dieu a-t-il créé l’homme et la femme? Au sixième jour.
Quand Dieu a-t-il créé l’homme nouveau en le rachetant de ses péchés? Au sixième jour.
Quand a eu lieu la crucifixion? Le sixième jour.
Quand est-ce que la première création a débuté? Au premier jour (un dimanche). La nouvelle création en Christ, et notre participation par la foi dans cette vie nouvelle, débute le jour de la résurrection, le dimanche, notre jour de repos. Oui, notre repos, notre sabbat, puisque dorénavant c’est l’Esprit de Christ qui vit et fait son œuvre en nous et par nous. Nous participons par la foi à une nouvelle création. Les choses anciennes sont passées maintenant toutes choses sont devenues nouvelles.
Maintenant arrêtons-nous un peu pour observer attentivement le texte biblique, la parole de Dieu.
Quand est-ce que la première création a débuté? Au premier jour. Et précisément quand? Pendant le soir. Il est écrit : Il y eut un soir et il y eut un matin. Ce fut le premier jour.
Chez les Hébreux, le jour commence le soir et non le matin comme pour nous. Le jour hébraïque débute le soir. Ainsi chaque fête et chaque sabbat juif débute le soir du jour précédent en quelque sorte et après le coucher du soleil. Chaque jour saint en Israël, chaque fête, débutait au coucher du soleil. Une nouvelle journée hébraïque débute le soir et termine le soir au coucher du soleil. C’est différent de nous. Nous disons que la journée débute à minuit pour se terminer à minuit, mais dans la Bible une journée commence au coucher du soleil et dure jusqu’au coucher du soleil du jour suivant.
Dieu a tout créé de cette manière, en commençant au coucher du soleil pour terminer son travail du jour au coucher du soleil.
Que faisaient les Juifs après le coucher du soleil? Ils se reposaient. Leur journée commençait par le repos. Et une fois reposés, ils se levaient le matin à la première heure (6h) pour aller travailler. Leur œuvre commençait par le repos.
Commençons-nous nos journées par le repos ou par le travail? La repentance dans la Bible est un changement de mentalité. La vie commence par le repos, la cessation de travail, le repos du corps et de l’esprit pour la vie naturelle, le repos de nos œuvres pour la vie spirituelle.
C’est ainsi que Dieu a fait toute chose, une journée à la fois, en commençant par le soir.
Alors quel jour est le sixième jour? –Vendredi. Et quand est-ce que cette journée a débuté? Non pas à minuit dans la nuit de vendredi mais jeudi soir au coucher du soleil. Est-ce important pour nous qui sommes appelés à la nouvelle création en Jésus? Oui!
Parce que la passion du Christ débute lorsque Jésus partage son dernier repas avec ses disciples. Nous sommes alors jeudi soir au coucher du soleil, donc vendredi en tout début de journée – vous me suivez? Et pendant le repas pascal, Jésus parle de sa mort avec ses disciples. Pourquoi? Parce que ce repas pascal souligne la mort de l’agneau de Dieu pour nos péchés afin que nous soyons délivrés de la mort et participions au repos de Dieu dans la vie éternelle qui commence ici-bas quand nous entrons dans le repos de Dieu.
L’oeuvre de la nouvelle création de l’homme commence à ce moment-là parce que Jésus est sur le point de racheter l’homme de la malédiction de Dieu sur son péché. Tout commence là.
Au commencement, lorsque Dieu a créé le premier homme, il l’a amené dans un jardin le sixième jour, car l’homme a été créé le sixième jour.
Jésus, le Fils de l’homme, au sixième jour soit vendredi saint, est amené par Dieu dans le jardin de Gethsémané. Et dans ce jardin, Jésus lutte et travaille jusqu’à suer des goûtes qui ressemblaient à des grumeaux de sang pour faire la volonté de Dieu qui est la création de l’homme nouveau – ta nouvelle naissance et ma nouvelle naissance; au matin Jésus est crucifié pour qu’en lui nos péchés soient expiés. Le sixième jour débute le soir avant dans le jardin de Gethsémané et continue le matin avec la crucifixion pour se terminer au coucher du soleil. Le travail de Dieu pour la libération et la rédemption de l’homme doit donc se terminer avant le coucher du soleil vendredi. C’est pourquoi Jésus est mort à 15h. Le soleil commence à descendre. C’est le soir du vendredi. C’est aussi pourquoi les orientaux et les Africains nous disent bonsoir quand il est 15h.
Combien de temps Jésus est-il cloué sur la croix jusqu’à sa mort? Six heures (de 9h à 15h). Le chiffre six est le chiffre de l’homme. Jésus a été crucifié pendant six heures pour les péchés de l’homme et la rédemption de l’homme. Et à la sixième heure Jésus crie d’une voix forte : TOUT est accompli! Il est 15h vendredi après-midi et le soleil se couche; c’est la fin de la sixième journée, c’est la fin du travail de Dieu en Christ, pour la création de l’homme nouveau en Christ, identifié dans sa mort pour la rémission de ses péchés.
Par la suite et pendant qu’il fait encore clair, un de ses disciples, Joseph d’Arimathée se pointe, demande le corps de Jésus, l’enlève de la croix, commence son embaumement mais n’a pas le temps de terminer. Joseph avec Nicodème déposent le corps de Jésus dans un tombeau tout neuf. C’est le début d’une nouvelle journée, laquelle? La septième journée, le sabbat, le jour du repos.
Que fait Jésus ce septième jour? Il se repose de son œuvre. Il se repose dans le tombeau. Tout comme Dieu s’est reposé le septième jour de son œuvre de créateur, Dieu le Fils se repose le septième jour de son œuvre de rédempteur, la nouvelle création de l’homme. Et nous entrons dans le repos de Dieu de la même manière en étant identifié à Jésus dans sa mort et son tombeau.
Application Avons-nous mis notre foi en Jésus pour être identifiés avec Lui dans sa mort sur la croix pour nos péchés et dans son tombeau pour nous reposer de nos œuvres?
Dieu a terminé tout son travail le sixième jour, puis il s’est reposé le septième jour. Jésus, Dieu fait homme, a fait tout son travail de rédemption qu’il a complété le sixième jour puis il s’est reposé le septième jour.
Même dans sa mort, Jésus observe toute la loi de Dieu. Jésus est venu accomplir la loi et non l’abolir. Et le même Jésus en nous accomplit la loi si nous nous soumettons à Lui. Mais nous ne pouvons accomplir la loi de Dieu, la loi de la liberté, si nous n’entrons pas d’abord dans le repos de Dieu en Jésus. Il est écrit :
Mais celui qui a plongé les regards dans la loi parfaite, la loi de la liberté, et qui a persévéré, celui qui n'a pas oublié ce qu'il a entendu mais qui se met au travail, celui-là sera heureux dans son activité. Jacques 1.25
La loi de Dieu est appelé la loi de la liberté. Car elle nous libère de ce qui nous rend esclave. Mais pour connaitre cette liberté, nous devons d’abord entrer dans le repos de Dieu par la foi. Sans le repos de Dieu, la loi nous rend esclave et nous condamne, mais dans le repos de Dieu, la loi nous libère. Elle nous promet même le bonheur.
De notre perspective, nous regardons au septième jour, le sabbat, qui pour nous chrétiens se trouve être le dimanche – jour de la libération, de la nouvelle naissance par le Saint-Esprit - parfois comme une obligation, un fardeau, une règle écrasante et cela peut malheureusement le devenir. Mais selon la perspective de Dieu, l’essence du sabbat est bonne. Le sabbat est une bonne idée de Dieu pour nous. Dans sa bonté Dieu a voulu que l’homme se repose de toutes ses activités un jour durant la semaine. Il aurait très bien pu vouloir que nous le servions et servions notre prochain 7 jours sur 7, mais non, il a voulu notre repos un jour sur 7. C’est une bonne idée qui ne vient pas de nous, mais de Dieu. Et puisqu’elle vient de Dieu, nous nous y soumettons par la foi et non parce que nous avons terminé tout ce que nous avions à faire. Jésus a dit que le sabbat a été fait pour l’homme et non l’homme pour le sabbat.
Qu’est-ce que cela veut dire? L’homme n’est pas l’esclave du sabbat, comme une obligation, mais le sabbat est l’esclave de l’homme. Le sabbat n’a pas disparu. Le sabbat n’a pas été aboli en Christ mais il a pris un sens beaucoup plus profond. Le sabbat a été donné à l’homme pour le libérer de l’esclavage de tout ce que l’homme veut faire et ne parvient jamais à tout faire. Naturellement nous sommes esclaves de nos penchants naturels, tout ce que nous voulons faire et qui ne nous satisfait jamais. Et nous nous épuisons. La loi de la liberté du sabbat nous libère de notre esclavage du travail à ne plus finir, de nos passions et de nos désirs égoïstes. C’est une bonne loi. C’est pour notre bonheur, notre bien et le bien de nos familles.
Ce qui est vrai pour le sabbat est vrai pour toute la loi de Dieu. Jésus est maître du sabbat et de toute la loi de Dieu. Avec Jésus comme maître de nos vies, la loi de Dieu nous est utile pour que nous goûtions à la libération de notre péché par la foi en Jésus-Christ, notre libérateur. Cela est vrai dans tous les domaines.
La dîme par exemple est une loi de Dieu que Dieu a donné à l’homme pour le libérer, entre autres, de l’esclavage à l’amour de l’argent. Mettons-nous notre confiance en Dieu ou en l’argent? La dîme sert à nous le montrer. Dieu veut nous libérer de ce qui nous rend esclave. Sommes-nous libres de donner à Dieu 10% de nos revenus? Pourquoi pas? Qu’est-ce qui nous en empêche?
Sans le repos de Dieu, le sabbat de Dieu, nous ne sommes pas capables d’obéir à Dieu selon sa loi de liberté. Car l’amour de l’argent nous possède et nous rend esclave. Et j’ai remarqué que le plus on possède d’argent, le plus l’amour de l’argent nous possède. Nous sommes libres en Christ, mais nous nous laissons posséder par nos peurs et nos désirs. Alors Dieu a donné la loi de la dîme pour l’homme, non pas pour le rendre esclave, mais pour le libérer de l’amour de l’argent. Et ça marche. Je le vis par la foi depuis des années. Et Dieu pourvoit à tous nos besoins avec gloire en Jésus-Christ.
Nous ne vivons plus sous la loi comme une obligation mais sous la grâce. Nous sommes libres! Non pas de la loi, mais du péché qui nous empêche de nous soumettre à Dieu.
À la racine, le mot sabbat, shabbath en Hébreux, parle de Shalom, paix. Et il parle de la paix que plusieurs croyants n’ont pas aujourd’hui. Ils n’ont pas la paix, parce qu’ils ne sont pas encore entrés par la foi dans le repos de Dieu en Jésus-Christ.
Hébreux 4
Aujourd'hui, si vous entendez sa voix, n'endurcissez pas votre cœur.[c]
8 Si Josué[d] leur avait effectivement donné le repos, Dieu ne parlerait pas après cela d'un autre jour. 9 Il reste donc un repos de sabbat pour le peuple de Dieu. 10 En effet, celui qui entre dans le repos de Dieu se repose lui aussi de son activité, tout comme Dieu s'est reposé de la sienne.
11 Empressons-nous donc d'entrer dans ce repos afin que personne ne tombe en donnant le même exemple de désobéissance. 12 En effet, la parole de Dieu est vivante et efficace, plus tranchante que toute épée à deux tranchants, pénétrante jusqu’à séparer âme et esprit, jointures et moelles; elle juge les sentiments et les pensées du cœur. 13 Aucune créature n’est cachée devant lui: tout est nu et découvert aux yeux de celui à qui nous devons rendre compte. Hébreux 4.7-13
Peut-être que cet enseignement vous est difficile à recevoir. Mais si Dieu vous parle par sa parole, n’endurcissez pas votre cœur. Laissons Dieu parler. Ne lui résistons pas. L’important pour nous est d’entrer dans le sabbat de Dieu, le repos de Dieu, car par nos forces nous ne sommes pas capables d’obéir et de plaire à Dieu. Nous ne plaisons à Dieu qu’en Jésus-Christ. Mais si nous faisons ce que nous voulons, en établissant notre propre loi plutôt que de se soumettre cordialement à la loi révélée de Dieu, nous ne demeurons pas en Jésus-Christ. La loi de la liberté n’est pas la loi du libertinage.
Nous devons donc nous empresser d’entrer dans le repos de Dieu, car c’est par son Esprit que nous pourrons accomplir toute la volonté de Dieu pour nos vies.
Jésus a dit de lui-même qu’il est le Seigneur ou maitre du sabbat. Le sabbat est plus qu’un jour, c’est un état d’âme en Christ, un état d’âme en paix avec Dieu, goûtant au repos de Dieu. C’est un état de plénitude, de shalom de Dieu, de bénédiction de Dieu. Voilà le sens du sabbat. Et Jésus est le Seigneur du sabbat; ce n’est pas nous mais lui qui règne sur notre repos, notre sabbat. Jésus est le Seigneur. Il est le prince de la paix, le prince du repos de Dieu, le prince du sabbat. La paix vient de Lui, qui est le prince de la paix. Il est le maitre de la paix. La paix vient de lui ou elle ne vient pas. Le fruit de l’Esprit de Christ est la paix.
Et c’est dans cette paix, ce repos, cet abandon au Saint-Esprit que nous avons la liberté d’obéir à la bonne loi de Dieu, qui nous libère de nos esclavages.
Jésus est le Seigneur du repos.
En Christ, entrons dans le sabbat de Dieu, le repos béni de Dieu. Comment? Par nos efforts? Non, par la foi. Abandonnons-nous à Jésus. Car Jésus a travaillé fort jusqu’à sa mort sur la croix pour nous ouvrir l’entrée de ce repos.

Nous vous prions de nous écrire à cnoel@dieuavecnous.com

Claude Noël, 21 janvier 2018

Tue 23 Jan 2018, 11:06am

Dire à un ami | Voir les commentaires (21)

Le repos de Dieu (1ière partie)

Jésus est le maître du sabbat. Il est le maître des vacances. Et quand Jésus règne pendant les vacances, on goûte non seulement au repos mais au renouvellement des forces, des idées, et de la passion pour ce que Dieu nous appelle à faire. Mais c’est toujours une lutte de Le laisser régner, même en vacances!
Lecture et écoute de messages bibliques édifiants. Un de ces messages (du juif converti à Jésus-Christ, Jonathan Cahn) m’a touché profondément. Je vous en partage ce qui s’est développé dans mon esprit depuis son écoute.
Nous lisons dans la Bible au sujet du premier jour de la création (Genèse 1.1-5) :
1 Au commencement, Dieu créa le ciel et la terre. 2 La terre n’était que chaos et vide. Il y avait des ténèbres à la surface de l'abîme et l'Esprit de Dieu planait au-dessus de l’eau.
3 Dieu dit: «Qu’il y ait de la lumière!» et il y eut de la lumière. 4 Dieu vit que la lumière était bonne, et il sépara la lumière des ténèbres. 5 Dieu appela la lumière jour, et les ténèbres nuit. Il y eut un soir et il y eut un matin. Ce fut le premier jour.
Et il est écrit concernant le dernier jour, le septième, au chapitre 2, versets 1 à 3 :
2 C’est ainsi que furent terminés le ciel et la terre et toute leur armée. 2 Le septième jour, Dieu mit un terme à son travail de création. *Il se reposa de toute son activité le septième jour. 3 Dieu bénit le septième jour et en fit un jour saint, parce que ce jour-là il se reposa de toute son activité, de tout ce qu'il avait créé.
Dieu a travaillé pendant six jours puis il s’est reposé de son œuvre, non parce qu’il était fatigué mais pour nous apprendre à bien vivre, à vivre selon Dieu en considérant le repos comme saint. Et ce repos dépasse infiniment une journée dans la semaine. Dieu a fait du sabbat un jour saint, mis à part pour Dieu et les choses de Dieu. Et Dieu a béni le repos du septième jour.
La nouvelle création en Jésus-Christ s’est opérée de façon semblable. Pendant toute sa vie, de la naissance jusqu’à sa mort, Jésus a obéi à toute la loi de Dieu. C’était tout un travail. Mais ce qu’il faut saisir, c’est que Jésus a vécu toute sa vie, de la naissance jusqu’à sa mort et sa résurrection, à notre place. Il a obéi à toute la loi de Dieu à notre place pour que nous en recevions les bénéfices éternels. Jésus a mérité notre ciel! En Lui, nous sommes justifiés, pardonnés et sauvés. Même dans sa mort Jésus a accompli toute la volonté de Dieu à notre place pour que NOUS ENTRIONS DANS LE REPOS DE DIEU, et vivions dans la paix de Dieu tous les jours de notre vie.
Mais peu de chrétiens vivent pleinement dans le repos de Dieu que Jésus-Christ a mérité pour eux par sa mort et sa résurrection. Ils désobéissent à Dieu parce qu’ils ne croient pas tout ce que Dieu a dit et fait.
Pourtant la nouvelle œuvre de la nouvelle création a été accomplie par Dieu le Fils unique, Jésus, pour une nouvelle genèse, un nouveau commencement, une nouvelle naissance, une nouvelle humanité pour tous ceux qui croient en Lui.
Puisqu’il s’agit du même Dieu, pourrait-il y avoir un lien entre la première et la seconde création, la création naturelle et la création spirituelle en Christ?
Oui! J’appelle à votre participation …
Quand Dieu a-t-il terminé son œuvre lors de la première création? – au 6ième jour.
Quand Dieu a-t-il terminé son œuvre de la nouvelle création? – le sixième jour, vendredi saint, car il est mort un vendredi, le sixième jour. C’était la fin de son œuvre de rédempteur.
Quand Dieu a-t-il créé l’homme et la femme? Au sixième jour.
Quand Dieu a-t-il créé l’homme nouveau en le rachetant de ses péchés? Au sixième jour.
Quand a eu lieu la crucifixion? Le sixième jour.
Quand est-ce que la première création a débuté? Au premier jour (un dimanche). La nouvelle création en Christ, et notre participation par la foi dans cette vie nouvelle, débute le jour de la résurrection, le dimanche, notre jour de repos. Oui, notre repos, notre sabbat, puisque dorénavant c’est l’Esprit de Christ qui vit et fait son œuvre en nous et par nous. Nous participons par la foi à une nouvelle création. Les choses anciennes sont passées maintenant toutes choses sont devenues nouvelles.
Maintenant arrêtons-nous un peu pour observer attentivement le texte biblique, la parole de Dieu.
Quand est-ce que la première création a débuté? Au premier jour. Et précisément quand? Pendant le soir. Il est écrit : Il y eut un soir et il y eut un matin. Ce fut le premier jour.
Chez les Hébreux, le jour commence le soir et non le matin comme pour nous. Le jour hébraïque débute le soir. Ainsi chaque fête et chaque sabbat juif débute le soir du jour précédent en quelque sorte et après le coucher du soleil. Chaque jour saint en Israël, chaque fête, débutait au coucher du soleil. Une nouvelle journée hébraïque débute le soir et termine le soir au coucher du soleil. C’est différent de nous. Nous disons que la journée débute à minuit pour se terminer à minuit, mais dans la Bible une journée commence au coucher du soleil et dure jusqu’au coucher du soleil du jour suivant.
Dieu a tout créé de cette manière, en commençant au coucher du soleil pour terminer son travail du jour au coucher du soleil.
Que faisaient les Juifs après le coucher du soleil? Ils se reposaient. Leur journée commençait par le repos. Et une fois reposés, ils se levaient le matin à la première heure (6h) pour aller travailler. Leur œuvre commençait par le repos.
Commençons-nous nos journées par le repos ou par le travail? La repentance dans la Bible est un changement de mentalité. La vie commence par le repos, la cessation de travail, le repos du corps et de l’esprit pour la vie naturelle, le repos de nos œuvres pour la vie spirituelle.
C’est ainsi que Dieu a fait toute chose, une journée à la fois, en commençant par le soir.
Alors quel jour est le sixième jour? –Vendredi. Et quand est-ce que cette journée a débuté? Non pas à minuit dans la nuit de vendredi mais jeudi soir au coucher du soleil. Est-ce important pour nous qui sommes appelés à la nouvelle création en Jésus? Oui!
Parce que la passion du Christ débute lorsque Jésus partage son dernier repas avec ses disciples. Nous sommes alors jeudi soir au coucher du soleil, donc vendredi en tout début de journée – vous me suivez? Et pendant le repas pascal, Jésus parle de sa mort avec ses disciples. Pourquoi? Parce que ce repas pascal souligne la mort de l’agneau de Dieu pour nos péchés afin que nous soyons délivrés de la mort et participions au repos de Dieu dans la vie éternelle qui commence ici-bas quand nous entrons dans le repos de Dieu.
L’oeuvre de la nouvelle création de l’homme commence à ce moment-là parce que Jésus est sur le point de racheter l’homme de la malédiction de Dieu sur son péché. Tout commence là.
Au commencement, lorsque Dieu a créé le premier homme, il l’a amené dans un jardin le sixième jour, car l’homme a été créé le sixième jour.
Jésus, le Fils de l’homme, au sixième jour soit vendredi saint, est amené par Dieu dans le jardin de Gethsémané. Et dans ce jardin, Jésus lutte et travaille jusqu’à suer des goûtes qui ressemblaient à des grumeaux de sang pour faire la volonté de Dieu qui est la création de l’homme nouveau – ta nouvelle naissance et ma nouvelle naissance; au matin Jésus est crucifié pour qu’en lui nos péchés soient expiés. Le sixième jour débute le soir avant dans le jardin de Gethsémané et continue le matin avec la crucifixion pour se terminer au coucher du soleil. Le travail de Dieu pour la libération et la rédemption de l’homme doit donc se terminer avant le coucher du soleil vendredi. C’est pourquoi Jésus est mort à 15h. Le soleil commence à descendre. C’est le soir du vendredi. C’est aussi pourquoi les orientaux et les Africains nous disent bonsoir quand il est 15h.
Combien de temps Jésus est-il cloué sur la croix jusqu’à sa mort? Six heures (de 9h à 15h). Le chiffre six est le chiffre de l’homme. Jésus a été crucifié pendant six heures pour les péchés de l’homme et la rédemption de l’homme. Et à la sixième heure Jésus crie d’une voix forte : TOUT est accompli! Il est 15h vendredi après-midi et le soleil se couche; c’est la fin de la sixième journée, c’est la fin du travail de Dieu en Christ, pour la création de l’homme nouveau en Christ, identifié dans sa mort pour la rémission de ses péchés.
Par la suite et pendant qu’il fait encore clair, un de ses disciples, Joseph d’Arimathée se pointe, demande le corps de Jésus, l’enlève de la croix, commence son embaumement mais n’a pas le temps de terminer. Joseph avec Nicodème déposent le corps de Jésus dans un tombeau tout neuf. C’est le début d’une nouvelle journée, laquelle? La septième journée, le sabbat, le jour du repos.
Que fait Jésus ce septième jour? Il se repose de son œuvre. Il se repose dans le tombeau. Tout comme Dieu s’est reposé le septième jour de son œuvre de créateur, Dieu le Fils se repose le septième jour de son œuvre de rédempteur, la nouvelle création de l’homme. Et nous entrons dans le repos de Dieu de la même manière en étant identifié à Jésus dans sa mort et son tombeau.
Application Avons-nous mis notre foi en Jésus pour être identifiés avec Lui dans sa mort sur la croix pour nos péchés et dans son tombeau pour nous reposer de nos œuvres?
Dieu a terminé tout son travail le sixième jour, puis il s’est reposé le septième jour. Jésus, Dieu fait homme, a fait tout son travail de rédemption qu’il a complété le sixième jour puis il s’est reposé le septième jour.
Même dans sa mort, Jésus observe toute la loi de Dieu. Jésus est venu accomplir la loi et non l’abolir. Et le même Jésus en nous accomplit la loi si nous nous soumettons à Lui. Mais nous ne pouvons accomplir la loi de Dieu, la loi de la liberté, si nous n’entrons pas d’abord dans le repos de Dieu en Jésus. Il est écrit :
Mais celui qui a plongé les regards dans la loi parfaite, la loi de la liberté, et qui a persévéré, celui qui n'a pas oublié ce qu'il a entendu mais qui se met au travail, celui-là sera heureux dans son activité. Jacques 1.25
La loi de Dieu est appelé la loi de la liberté. Car elle nous libère de ce qui nous rend esclave. Mais pour connaitre cette liberté, nous devons d’abord entrer dans le repos de Dieu par la foi. Sans le repos de Dieu, la loi nous rend esclave et nous condamne, mais dans le repos de Dieu, la loi nous libère. Elle nous promet même le bonheur.
De notre perspective, nous regardons au septième jour, le sabbat, qui pour nous chrétiens se trouve être le dimanche – jour de la libération, de la nouvelle naissance par le Saint-Esprit - parfois comme une obligation, un fardeau, une règle écrasante et cela peut malheureusement le devenir. Mais selon la perspective de Dieu, l’essence du sabbat est bonne. Le sabbat est une bonne idée de Dieu pour nous. Dans sa bonté Dieu a voulu que l’homme se repose de toutes ses activités un jour durant la semaine. Il aurait très bien pu vouloir que nous le servions et servions notre prochain 7 jours sur 7, mais non, il a voulu notre repos un jour sur 7. C’est une bonne idée qui ne vient pas de nous, mais de Dieu. Et puisqu’elle vient de Dieu, nous nous y soumettons par la foi et non parce que nous avons terminé tout ce que nous avions à faire. Jésus a dit que le sabbat a été fait pour l’homme et non l’homme pour le sabbat.
Qu’est-ce que cela veut dire? L’homme n’est pas l’esclave du sabbat, comme une obligation, mais le sabbat est l’esclave de l’homme. Le sabbat n’a pas disparu. Le sabbat n’a pas été aboli en Christ mais il a pris un sens beaucoup plus profond. Le sabbat a été donné à l’homme pour le libérer de l’esclavage de tout ce que l’homme veut faire et ne parvient jamais à tout faire. Naturellement nous sommes esclaves de nos penchants naturels, tout ce que nous voulons faire et qui ne nous satisfait jamais. Et nous nous épuisons. La loi de la liberté du sabbat nous libère de notre esclavage du travail à ne plus finir, de nos passions et de nos désirs égoïstes. C’est une bonne loi. C’est pour notre bonheur, notre bien et le bien de nos familles.
Ce qui est vrai pour le sabbat est vrai pour toute la loi de Dieu. Jésus est maître du sabbat et de toute la loi de Dieu. Avec Jésus comme maître de nos vies, la loi de Dieu nous est utile pour que nous goûtions à la libération de notre péché par la foi en Jésus-Christ, notre libérateur. Cela est vrai dans tous les domaines.
La dîme par exemple est une loi de Dieu que Dieu a donné à l’homme pour le libérer, entre autres, de l’esclavage à l’amour de l’argent. Mettons-nous notre confiance en Dieu ou en l’argent? La dîme sert à nous le montrer. Dieu veut nous libérer de ce qui nous rend esclave. Sommes-nous libres de donner à Dieu 10% de nos revenus? Pourquoi pas? Qu’est-ce qui nous en empêche?
Sans le repos de Dieu, le sabbat de Dieu, nous ne sommes pas capables d’obéir à Dieu selon sa loi de liberté. Car l’amour de l’argent nous possède et nous rend esclave. Et j’ai remarqué que le plus on possède d’argent, le plus l’amour de l’argent nous possède. Nous sommes libres en Christ, mais nous nous laissons posséder par nos peurs et nos désirs. Alors Dieu a donné la loi de la dîme pour l’homme, non pas pour le rendre esclave, mais pour le libérer de l’amour de l’argent. Et ça marche. Je le vis par la foi depuis des années. Et Dieu pourvoit à tous nos besoins avec gloire en Jésus-Christ.
Nous ne vivons plus sous la loi comme une obligation mais sous la grâce. Nous sommes libres! Non pas de la loi, mais du péché qui nous empêche de nous soumettre à Dieu.
À la racine, le mot sabbat, shabbath en Hébreux, parle de Shalom, paix. Et il parle de la paix que plusieurs croyants n’ont pas aujourd’hui. Ils n’ont pas la paix, parce qu’ils ne sont pas encore entrés par la foi dans le repos de Dieu en Jésus-Christ.
Hébreux 4
Aujourd'hui, si vous entendez sa voix, n'endurcissez pas votre cœur.[c]
8 Si Josué[d] leur avait effectivement donné le repos, Dieu ne parlerait pas après cela d'un autre jour. 9 Il reste donc un repos de sabbat pour le peuple de Dieu. 10 En effet, celui qui entre dans le repos de Dieu se repose lui aussi de son activité, tout comme Dieu s'est reposé de la sienne.
11 Empressons-nous donc d'entrer dans ce repos afin que personne ne tombe en donnant le même exemple de désobéissance. 12 En effet, la parole de Dieu est vivante et efficace, plus tranchante que toute épée à deux tranchants, pénétrante jusqu’à séparer âme et esprit, jointures et moelles; elle juge les sentiments et les pensées du cœur. 13 Aucune créature n’est cachée devant lui: tout est nu et découvert aux yeux de celui à qui nous devons rendre compte. Hébreux 4.7-13
Peut-être que cet enseignement vous est difficile à recevoir. Mais si Dieu vous parle par sa parole, n’endurcissez pas votre cœur. Laissons Dieu parler. Ne lui résistons pas. L’important pour nous est d’entrer dans le sabbat de Dieu, le repos de Dieu, car par nos forces nous ne sommes pas capables d’obéir et de plaire à Dieu. Nous ne plaisons à Dieu qu’en Jésus-Christ. Mais si nous faisons ce que nous voulons, en établissant notre propre loi plutôt que de se soumettre cordialement à la loi révélée de Dieu, nous ne demeurons pas en Jésus-Christ. La loi de la liberté n’est pas la loi du libertinage.
Nous devons donc nous empresser d’entrer dans le repos de Dieu, car c’est par son Esprit que nous pourrons accomplir toute la volonté de Dieu pour nos vies.
Jésus a dit de lui-même qu’il est le Seigneur ou maitre du sabbat. Le sabbat est plus qu’un jour, c’est un état d’âme en Christ, un état d’âme en paix avec Dieu, goûtant au repos de Dieu. C’est un état de plénitude, de shalom de Dieu, de bénédiction de Dieu. Voilà le sens du sabbat. Et Jésus est le Seigneur du sabbat; ce n’est pas nous mais lui qui règne sur notre repos, notre sabbat. Jésus est le Seigneur. Il est le prince de la paix, le prince du repos de Dieu, le prince du sabbat. La paix vient de Lui, qui est le prince de la paix. Il est le maitre de la paix. La paix vient de lui ou elle ne vient pas. Le fruit de l’Esprit de Christ est la paix.
Et c’est dans cette paix, ce repos, cet abandon au Saint-Esprit que nous avons la liberté d’obéir à la bonne loi de Dieu, qui nous libère de nos esclavages.
Jésus est le Seigneur du repos.
En Christ, entrons dans le sabbat de Dieu, le repos béni de Dieu. Comment? Par nos efforts? Non, par la foi. Abandonnons-nous à Jésus. Car Jésus a travaillé fort jusqu’à sa mort sur la croix pour nous ouvrir l’entrée de ce repos.

Nous vous prions de nous écrire à cnoel@dieuavecnous.com

Claude Noël, 21 janvier 2018

Tue 23 Jan 2018, 11:06am

Dire à un ami | Voir les commentaires (0)

Quelques questions d'une adhérente


Bonsoir,

Avant tout merci encore pour cette fête de Noël ! C'était une joie de partager ces moments avec vous!

Je viens aussi vers vous pour vous poser quelques questions pour grandir dans la compréhension de la Parole, concernant le texte d'aujourd'hui.
Pourquoi la généalogie de Jésus commence à Abraham selon vous? Est-ce du au fait que l'Alliance a été passé entre Dieu et Abraham?
- Je crois qu’il y a plus d’une raison. D’abord c’est pour souligner les trois grandes périodes dont parle Matthieu, en 14 générations (Abraham-David, David-déportation, déportation-naissance du Christ), et en convaincre les Juifs pieux. De plus, les Juifs considéraient Abraham comme le père de la foi à qui les promesses divines avaient été données en premier lieu et avec qui “l’histoire sainte” a commencé en quelque sorte. Enfin, je crois qu’il y a aussi la raison de souligner la bénédiction universelle à laquelle Matthieu reviendra à la fin de son évangile.
Mais pourquoi négliger le passé antérieur?
-Il est intéressant de remarquer que l’évangéliste Luc remonte jusqu’à Adam dans la généalogie qu’il donne de Jésus (voir Luc 3.23-38). Et Luc mentionne au bout qu’Adam était fils de Dieu (peut-être une référence au premier fils de Dieu, Jésus étant le second Adam?).
De plus, est-il correct de dire que Jésus ait été prophète?
-Oui. Voir la prophétie messianique de Moïse dans Deut. 28.15: »*L'Eternel, ton Dieu, fera surgir pour toi et du milieu de toi, parmi tes frères, un prophète comme moi: c’est lui que vous devrez écouter. Les disciples sur le chemin d’Emmaüs reconnaissaient Jésus comme un prophète: Ils lui répondirent: «Ce qui est arrivé à Jésus de Nazareth, qui était un prophète puissant en actes et en paroles devant Dieu et devant tout le peuple Luc 24.19. Voir aussi Jean 1.21, 24-25 qui souligne l’attente du peuple juif quant à ce prophète annoncé par Moïse. L’apôtre Pierre a fait référence à la même prophétie de Moïse quand il a annoncé Jésus (Ac 3.22), de même Étienne (Ac 7.37)
Par ailleurs, concernant le texte de la semaine passé, j'ai compris que le seul moment où il y a eu une interruption dans la communion entre Dieu et son fils était lorsque Jésus s'est écrié "mon Père, mon Père, pourquoi m'as tu abandonné".
-Le texte est précisément : Jésus s'écria d'une voix forte: «Eli, Eli, lama sabachthani?» – c'est-à-dire: Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné? une citation du Ps 22.2. Il s’agit du seul endroit dans l’Écriture où Jésus ne s’adresse pas à son Père mais à son Dieu. La relation avec son Père est brisée; il s’adresse à son Dieu, qui l’a abandonné (à notre place pour porter nos fautes).
Vous disiez que la communion avait été rétabli dès après cet instant, puisqu'il dit ensuite "je remets entre tes mains mon esprit". Dès lors, est-ce que le pêché aurait été vaincu avant même la mort de Jésus. En effet, lui même a déclaré que tout était accompli.
-Oui, en effet, c’est sur la croix que Dieu s’offre en sacrifice expiatoire dans le corps humain de son Fils. Ésaïe l’avait annoncé : il était blessé à cause de nos transgressions, brisé à cause de nos fautes: la punition qui nous donne la paix est tombée sur lui, et *c'est par ses blessures que nous sommes guéris. (53.5). Tout la mission rédemptrice de Jésus-Christ a été accomplie avant qu’il rende son dernier souffle. Paul dira qu’il n’a rien voulu savoir d’autre que Jésus-Christ et Jésus-Christ crucifié (1 Corinthiens 2.2). Jésus est mort lorsque sa mission fut complétée. Je prie qu’il en soit de même pour chacun de nous.

En espérant que mes question auront été claires et pas trop dénuées de sens, je vous souhaite une agréable semaine sous le regard de notre Sauveur et Seigneur.

Merci beaucoup d'avance pour vote disponibilité

Sat 16 Dec 2017, 18:29pm

Dire à un ami | Voir les commentaires (0)

Aux pieds du Maître, 6 mars 2017

Aux pieds du Maître, 6 mars 2017
Texte à méditer : Évangile selon Jean, chapitre 17

Libérer l’intercession ... monter vers Dieu en prière : 7 grands niveaux

D’abord nous sommes tous ignorants … Dans sa prédication à Athènes, l’apôtre Paul a parlé de ceux qui peuvent prier malgré leur ignorance.
Il a voulu qu'ils cherchent le Seigneur et qu'ils s'efforcent de le trouver en tâtonnant, bien qu'il ne soit pas loin de chacun de nous. Actes 17.27

Un aveugle sans sa canne avance en tâtonnant. Il ne voit pas. Ceux qui prient sans connaitre Dieu ni sa parole révélée, prient en tâtonnant et s’efforcent de connecter avec le Seigneur.

Puis un jour, la lumière se fait. L’Évangile est entendu et cru. L’Esprit de Dieu entre dans le cœur et on passe de l’ignorance à l’introduction à la prière.

Niveau 1 : Introduction

On apprend à prier. On commence. On apprend les mots un peu comme un enfant.

On prie généralement pour soi et le plus souvent lorsqu’on en ressent le besoin. Quand ça va bien, on ne prie pas. Quand ça va mal on se remet à prier. C’est la prière centrée sur soi et pour les choses matérielles surtout. Ou pour un conjoint. C’est la prière qui cherche à rencontrer un besoin que l’on ressent. On souffre, on prie. À mon avis, la grande majorité des chrétiens sont à ce niveau. Mais le pire qui peut nous arriver, c’est de rester à ce niveau toute notre vie.

Le pasteur Yi nous a dit qu’en Corée du Sud les Coréens commencent tous à ce niveau. Mais parce qu’ils prient ensemble et régulièrement, le Saint-Esprit les fait passer à d’autres niveaux. Voici comment le pasteur explique le rôle de la prière en Corée du Sud :



1. On prie d’abord pour surmonter des tribulations, des difficultés ou de la souffrance;

2. En priant, on fait l’expérience de Dieu qui est tout-puissant et fidèle;

3. Puis on arrive à comprendre que Jésus (et non seulement la réponse à nos prières, c’est-à-dire la bénédiction) est notre vrai trésor;

4. Ensuite on arrive à aimer la prière, car c’est par elle qu’on peut avoir une relation intime avec Dieu;

5. Enfin, l’important produit de la prière est l’évangélisation (incluant l’envoi de missionnaires).

Voyez-vous comment ces cinq étapes transforment une attitude qui est d’abord centrée sur soi pour devenir finalement centrée sur Dieu pour le bien des autres dans l’évangélisation. Je vous rappelle qu’on a envoyé plus de 26 000 missionnaires outre-mer en Corée du Sud.

Peut-être qu’il y a là une clé importante que nous ne devons pas manquer en tant qu’Église, qui désire faire de l’évangélisation et la formation de disciples sa priorité en 2017.



Niveau 2 : Instruction

Jésus leur dit une parabole pour montrer qu'ils devaient toujours prier, sans se décourager. Luc 18.1

L’instruction biblique nous ouvre les yeux. C’est la réalisation qu’il faut qu’on prie. C’est un devoir, une discipline spirituelle qui est très bonne pour notre âme et pour la croissance de Jésus en nous. La prière devient maintenant importante, voire essentielle pour la vie. On comprend, on prend conscience qu’on ne pourra pas avancer ou changer si l’on ne se met pas à prier, et à prier sans relâche.

Priez sans cesse, nous dit 1 Thes. 5.17.

Mais être instruit ne garantit pas la pratique. Le savoir c’est bon, mais le faire c’est mieux. Un auditeur oublieux n’avance pas. Mais au moins on le sait, on connait la vérité.



Niveau 3 : Initiation

Au stade de l’initiation, la connaissance se transforme peu à peu à la pratique. On se discipline. On fait de la place dans son horaire pour des temps de prière durant la journée.

On commence à prier pour les autres aussi. Les yeux se déplacent de son nombril vers le besoin des autres autour de soi. On se met à prier pour les autres que nous aimons, pour que Dieu intervienne dans la vie d’un autre que l’on a à cœur.

Comme pour l’apôtre Pierre…

Pierre était donc gardé dans la prison et l'Église adressait d'ardentes prières à Dieu pour lui. Actes 12:5

Les frères et sœurs aimaient Pierre. Toute la nuit elle se met à prier pour lui pour qu’il ne lui arrive pas ce qui est arrivé à Jacques fort probablement. sst, les curieux, allez lire Actes 12.2.

Plus près de chez nous, c’est à ce niveau où l’on prie pour Gabriel quand il est en Afrique du Nord, ou pour Pierre au Niger. On tient à Gabriel et à Pierre. Puisqu’ils sont en mission où le danger peut être présent, on prie Dieu pour eux… ardemment.



Niveau 4 : Imitation

L’imitation c’est le niveau de l’expansion dans la vie de prière. On veut vraiment grandir. On lit que Jésus passait des heures en prière et que sa vie de prière était la clé à sa puissance. On veut imiter Jésus en apprenant de Lui, en priant comme lui.

Jésus priait un jour dans un certain endroit. Quand il eut fini, un de ses disciples lui dit: «Seigneur, enseigne-nous à prier, tout comme Jean l'a enseigné à ses disciples.» Luc 11.1

On approfondit la prière du Notre Père pour l’intégrer à sa vie. On se met à chercher Dieu, son règne et sa volonté plus que tout dans la vie. Dieu et sa parole prend la première place du matin au soir et même durant la nuit. La relation avec Dieu est la priorité de la vie. On prie comme on respire, on chante par l’Esprit, on lance toutes sortes de prières durant la journée, la tête est souvent au ciel pendant que les pieds sont sur la terre. Comme dit le cantique : “Je vis au ciel déjà sur cette terre.” On voit Dieu à l’œuvre dans plusieurs détails dans nos vies comme dans celle des autres pour qui on prie, car Dieu trace le chemin sous les pas en réponse à nos prières.



Niveau 5 : Intercession

À ce niveau on a de grandes attentes envers Dieu et on est prêt à démontrer beaucoup de passion et d’énergies pour obtenir ce que Dieu promet.

C’est à ce niveau où on prie jusqu’à la fatigue, jusqu’à la limite de ses forces et où l’on a même besoin parfois des autres pour continuer à prier.

10 Josué se conforma à ce que lui avait dit Moïse pour combattre les Amalécites. Quant à Moïse, Aaron et Hur, ils montèrent au sommet de la colline. 11 Lorsque Moïse levait la main, Israël était le plus fort; et lorsqu'il baissait la main, Amalek était le plus fort. 12 Comme les mains de Moïse devenaient lourdes de fatigue, ils prirent une pierre qu'ils placèrent sous lui et il s'assit dessus. Aaron et Hur soutenaient ses mains, l'un d'un côté, l'autre de l'autre. Ainsi, elles restèrent fermes jusqu'au coucher du soleil, 13 et Josué fut victorieux d’Amalek et de son peuple au tranchant de l'épée. Exode 17:10-13

Voilà l’intercession. On commence à recevoir un retour de son investissement à ce niveau. On devient passionné avec Dieu pour l’avancement du royaume de Dieu dans la vie des autres.

Après l’histoire du veau d’or, l’idole bien-aimée du peuple de Dieu …

31 Moïse retourna vers l'Éternel et dit: «Ah! Ce peuple a commis un grand péché. Ils se sont fait des dieux en or. Pardonne maintenant leur péché! Sinon, efface-moi de ton livre que tu as écrit.» Exode 32:31-32

Quand par amour pour les autres on est au point de dire au Seigneur : Pardonne-leur sinon, efface-moi de ton livre … c’est que l’on a vraiment à cœur la situation des autres. C’est passionné. C’est le niveau de notre vision en tant qu’Église, soit dit en passant : Suivre Jésus passionnément …

Une telle personne passionnée dans la prière reçoit la demande de d’autres personnes pour prier, parfois même pour la nation :

et ils dirent à Samuel: «N'arrête pas de crier pour nous à l'Éternel, notre Dieu, afin qu'il nous sauve de la domination des Philistins.» 1 Samuel 7:8

À ce niveau, le prieur voit comme un péché contre Dieu le fait de cesser de prier :

Je ne veux certes pas pécher contre l'Éternel en cessant de prier pour vous! Au contraire, je vous enseignerai le chemin bon et droit. 1 Samuel 12:23

Souvent le jeûne accompagne ces prières passionnées. Suite à son péché avec Bath-Shéba, elle s’est retrouvée enceinte, a donné naissance mais l’enfant fut atteint d’une maladie mortelle. David a confessé son péché et reçu le pardon de Dieu, et la relation avec Dieu fut rétablie. Mais l’Éternel Dieu frappa l’enfant parce que David avait fait blasphémer les ennemis de l’Éternel. Quand David s’est rendu compte de cela…

16 David pria Dieu pour l'enfant et jeûna. Lorsqu’il rentra, il passa la nuit couché par terre. 17 Les responsables du palais insistèrent auprès de lui pour qu’il se relève, mais il refusa et il ne mangea rien avec eux. 18 Le septième jour, l'enfant mourut. Les serviteurs de David avaient peur de lui annoncer que l'enfant était mort, car ils se disaient: «Lorsque l'enfant était encore vivant, nous lui avons parlé et il ne nous a pas écoutés. Comment oserons-nous lui dire que l'enfant est mort? Il réagira mal.» 2 Samuel 12:16-18

Qui, après avoir entendu le prophète Nathan dire que l’enfant mourrait, aurait simplement dit : bon, c’est comme ça, que la volonté de Dieu soit faite? Non. Tant qu’il n’était pas mort, David croyait que c’était possible qu’il soit guéri et il était prêt à s’humilier et à prier jusqu’au bout.

Autre histoire : le prophète Élie, un homme de même nature que nous selon Jacques, a agi en passionné dans la prière. Lorsque l’enfant de la dame qui le logeait est tombé malade puis est mort, il n’a pas planifié son message pour les funérailles!

Puis il s'étendit trois fois sur l'enfant, fit appel à l'Eternel et dit: «Eternel, mon Dieu, je t'en prie, que l'âme de cet enfant revienne en lui!» 1 Rois 17:21

Et l’enfant ressuscita! Est-ce que ce genre d’histoire ne peut pas arriver aujourd’hui. Ne sommes-nous pas habités par l’Esprit du Ressuscité, Jésus? Tout est possible à celui qui croit. Mais prions-nous en passionnés ou en prisonnier...?

Les passionnés dans la prière confessent non seulement leur propre péché mais le péché des autres. Comme pour Néhémie :

J’ai dit: «Eternel, Dieu du ciel, Dieu grand et redoutable, toi qui conserves ton alliance et ta bonté à ceux qui t'aiment et qui respectent tes commandements, 6 je t’en prie, prête-moi une oreille attentive et que tes yeux soient ouverts! Ecoute la prière que moi, ton serviteur, je t'adresse en ce moment! Jour et nuit, j’intercède pour tes serviteurs les Israélites en confessant leurs péchés, ceux que nous avons commis contre toi. Oui, ma famille et moi, nous avons péché. 7 C’est certain, nous nous sommes mal comportés envers toi, nous n'avons pas respecté les commandements, les prescriptions et les règles que tu avais donnés à ton serviteur Moïse. Néhémie 1:5-7



Niveau 6 : Investigation

C’est la demande qui exige la curiosité, la foi et une grande attente de la part de Dieu.

La demande d’investigation est celle de sentinelles ou de gardes qui prient jour et nuit pour le bien de la ville. Dieu appelle et place lui-même ces sentinelles de prière.

Sur tes murs, Jérusalem, j'ai placé des gardes qui ne resteront jamais silencieux, de jour comme de nuit. Vous qui êtes chargés de la rappeler à l'Éternel, ne vous accordez aucun répit! 7 Ne lui laissez aucun répit jusqu'à ce qu'il rétablisse Jérusalem et fasse d’elle un sujet de louange sur la terre! Ésaïe 62:6-7

Ces sentinelles de prière portent une grande responsabilité pour la ville entière. Ézéchiel avait été appelé à être une sentinelle pour tout Israël, le peuple de Dieu de la première alliance.

6 Si la sentinelle voit venir l’épée et ne sonne pas de la trompette, si le peuple n'est pas averti et que l’épée vienne prendre la vie à quelqu'un, cette personne mourra à cause de ses fautes, mais je réclamerai son sang à la sentinelle.’

7 »C’est toi, fils de l’homme, que j'ai donné comme sentinelle à la communauté d'Israël. Tu dois écouter la parole qui sort de ma bouche et les avertir de ma part. Ézéchiel 33:6-7

Certains hommes et certaines femmes de prières peuvent recevoir l’appel particulier de Dieu d’être des sentinelles pour le peuple de Dieu de Québec-Lévis, de la province ou du pays, mais tous les chrétiens sont commandés de prier en tout temps, c’est-à-dire en toute occasion.

18 Faites en tout temps par l'Esprit toutes sortes de prières et de supplications. Veillez à cela avec une entière persévérance et en priant pour tous les saints. Éphésiens 6:18

Cela devrait en fait être la priorité de toute Église locale.

J’encourage donc avant tout à faire des demandes, des prières, des supplications, des prières de reconnaissance pour tous les hommes, 1 Timothée 2:1

Et le rôle d’un soldat discipliné de Jésus-Christ.

4 Aucun soldat en service ne s’embarrasse des affaires de la vie courante s’il veut plaire à celui qui l'a recruté. 2 Timothée 2:4

Ce soldat dans la prière, Epaphras de l’Église de Colosse, en était un vrai.

12 Epaphras, qui est l’un des vôtres, vous salue. Serviteur de [Jésus-]Christ, il ne cesse de combattre pour vous dans ses prières afin que vous teniez bon, comme des hommes mûrs, pleinement disposés à faire toute la volonté de Dieu. 13 Je lui rends en effet ce témoignage: il se dépense sans compter pour vous, pour ceux de Laodicée et pour ceux de Hiérapolis. Colossiens 4:12-13

Apocalypse 2 et 3

Et nous arrivons au dernier niveau.



Niveau 7 : Invasion

Envahir parle de guerre spirituelle. Envahir vient d’une passion intense pour la gloire et le royaume de Dieu. À ce niveau, on mobilise les autres à prier ensemble, en équipe, et souvent en jeûnant. Envahir parle de stratégie afin de pénétrer le territoire ennemi pour libérer des captifs.

Envahir c’est lutter contre Satan et lui donner aucune espace de manœuvre.

11 afin de ne pas laisser à Satan l'avantage sur nous, car nous n'ignorons pas ses intentions. 2 Corinthiens 2:11Segond 21 (SG21)

Envahir est un terme militaire qui demande du travail stratégique. Le premier peuple de Dieu, Israël, a failli à la tâche d’envahir le monde avec la Parole de Dieu pour la gloire de Dieu.

Tes prophètes, Israël, sont pareils à des renards au milieu des ruines. Vous n'êtes pas montés devant les brèches, vous n'avez pas construit de mur pour la communauté d'Israël afin de tenir ferme dans le combat, le jour de l'Eternel. Ézéchiel 13:4-5

Les envahisseurs pour Dieu comptent sur la provision de Dieu et Dieu fait des choses merveilleuses pour rencontrer les besoins.

17 Tous mangèrent et furent rassasiés, et l'on emporta douze paniers pleins des morceaux qui restaient. Luc 9:17

9 guérissez les malades qui s'y trouveront et dites-leur: ‘Le royaume de Dieu s'est approché de vous.’ Luc 10:9

Nous sommes appelés aujourd’hui à envahir le monde par l’amour, la bonne nouvelle de l’Évangile et l’enseignement de Jésus. Et c’est possible puisque Jésus a tout pouvoir sur la terre.

18 Jésus s'approcha et leur dit: «Tout pouvoir m'a été donné dans le ciel et sur la terre. 19 Allez [donc], faites de toutes les nations des disciples, baptisez-les au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit 20 et enseignez-leur à mettre en pratique tout ce que je vous ai prescrit. Et moi, je suis avec vous tous les jours, jusqu'à la fin du monde.» Matthieu 28:18-20

En fait, nous combattons des autorités et des dominations que Jésus a déjà dépouillé de leur pouvoir par la croix.

13 Vous qui étiez morts en raison de vos fautes et de l'incirconcision de votre corps, il vous a rendus à la vie avec lui. Il nous a pardonné toutes nos fautes, 14 il a effacé l'acte[a] rédigé contre nous qui nous condamnait par ses prescriptions, et il l'a annulé en le clouant à la croix. 15 Il a ainsi dépouillé les dominations et les autorités et les a données publiquement en spectacle en triomphant d'elles par la croix. Colossiens 2:13-15

Et nous les combattons avec des armes spirituelles et non humaines ou de cette création.

3 Si en effet nous vivons dans la réalité humaine, nous ne combattons pas de façon purement humaine. 4 En effet, les armes avec lesquelles nous combattons ne sont pas humaines, mais elles sont puissantes, grâce à Dieu, pour renverser des forteresses. 5 Nous renversons les raisonnements et tout obstacle qui s'élève avec orgueil contre la connaissance de Dieu, et nous faisons toute pensée prisonnière pour qu'elle obéisse à Christ. 2 Corinthiens 10:3-5

12 En effet, ce n’est pas contre l’homme que nous avons à lutter, mais contre les puissances, contre les autorités, contre les souverains de ce monde de ténèbres, contre les esprits du mal dans les lieux célestes. Éphésiens 6:12

Suivons Jésus passionnément, un PAS à la fois, Prions, Allons, Soutenons, et faisons des disciples de toutes les nations.

Commençons donc par prier passionnément pour la gloire de notre Dieu et Père!

Sun 5 Mar 2017, 22:52pm

Dire à un ami | Voir les commentaires (0)

Aux pieds du Maître, 6 février 2017

Marie ... aux pieds de Jésus, écoutait ce qu’il disait.”

Aux pieds du Maître, 6 février 2017
Texte à méditer : Évangile selon Jean, chapitre 12.42-43;

Une tuerie dans une mosquée à Québec. Qui l’eut cru? C’est la faute à qui?

Suite à l’évènement, Neil MacDonald, journaliste Anglophone de Radio-Canada a tweeté : une vérité contraignante est que les hommes blancs chrétiens sont les tueurs de masse au Canada. Faut-il croire qu’Alexandre Bissonnette était un chrétien parce qu’il a cliqué J’aime sur FB à la page de Donald Trump et aussi sur une page parlant du pape Jean-Paul II? Mais Bissonnette a aussi cliqué J’aime sur les pages d’athées reconnus comme Richard Dawkins et Christopher Hitchens.

Ne soyons pas surpris si la chasse à la sorcière du grand public pointe les chrétiens évangéliques aussi comme des coupables de la tuerie de dimanche dernier. Est-ce que je pousse trop loin?

Dans une entrevue avec Catherine Perrin sur Ici Première, toujours à Radio-Canada, une jeune femme témoigne comment elle est sortie du mouvement sectaire des "évangéliques". On peut suivre la série les jeudis soirs.

Voyez-vous maintenant l’importance pour la Fraternité des ouvriers évangéliques de Québec et sa région d’avoir envoyé un communiqué de presse aux médias, sur FB et aux Églises, présentant nos condoléances aux familles éplorées et condamnant ce geste qui brime la liberté de religion et le sens sacré de la vie? La soirée de prière de vendredi soir dernier qui réunissait des chrétiens évangéliques de Québec et Lévis n’était pas une réaction, mais une action tangible pour prier, intercéder et prendre une offrande pour démontrer notre amour pour notre prochain, le musulman. Face aux mensonges, au mépris et au rejet, voire la haine, Jésus nous appelle à aimer même nos ennemis en priant pour eux.

La persécution des chrétiens est en forte hausse cette année, alors que 75 % de la population mondiale vit sans liberté religieuse, a déclaré Jan Figel, président slovaque du Mouvement chrétien-démocrate, jeudi dernier.

Selon l’organisation Portes Ouvertes, qui travaille dans plus de 60 pays, plus de 7 000 chrétiens ont été tués pour leur foi entre le 1er novembre 2014 et le 31 octobre 2015, soit 3 000 de plus que l’année précédente. En outre, plus de 2 400 églises ont été attaquées, endommagées ou détruites au cours de la période considérée, soit plus du double de l’année dernière.

L’augmentation de la persécution des chrétiens est en partie due à la montée des groupes islamistes extrémistes comme Daech (appelé faussement l’État islamique, car ce n’est pas un état reconnu), Boko Haram et Al-Shabaab au Moyen-Orient et en Afrique. Les données montrent que le califat de Daech a effectivement mené un génocide contre les Yézidis et les chrétiens en Syrie et en Irak, poussant des centaines de milliers de chrétiens dans des camps de réfugiés dans le nord de l’Irak et dans d’autres pays ».

Mais je veux que vous sachiez que notre famille d’Églises de l’Alliance chrétienne et missionnaire au Canada soutien présentement des ouvriers internationaux qui oeuvrent auprès de ces mêmes Yézidis et chrétiens Syriens et Irakiens dans ces camps de réfugiés et amènent des centaines au Seigneur. Oui, des centaines. Nous sommes là présentement et l’Église grandit énormément ... au sein de la plus grave persécution.

Tel est le contexte dans lequel nous nous retrouvons. Jésus revient bientôt et la parole de Dieu nous dit que ces choses doivent arriver. Prions pour nos frères chrétiens qui subissent les persécutions dans le monde entier, afin qu’ils tiennent ferme dans leur foi et qu’une grande moisson des âmes soit rentrée pour la vie éternelle.

Application : Jusqu’à quel point sommes-nous prêts à témoigner de Jésus, par le Saint-Esprit, et souffrir la persécution pour que d’autres soient convaincus et croient pour la Vie éternelle?

Ce n’est pas d’hier que ceux qui croient en Jésus vivent des problèmes de la part de leurs persécuteurs. Et la tentation est forte de croire mais de ne pas se “mouiller” pour ne pas être persécuté. C’est très facile en fait et vous connaissez la recette : crois et ne dit rien, ne le montre pas, ni en parole, ni en actions, pratique ta religion en privé, garde tes opinions pour toi.

La tentation était forte aussi à l’époque de Jésus.

Cependant, même parmi les chefs, beaucoup crurent en lui; mais, à cause des pharisiens, ils ne le déclaraient pas, de crainte d'être exclus de la synagogue.

Était-ce la raison pour laquelle Nicodème était venu voir Jésus de nuit, parce qu’il avait peur de la réaction des autres à son égard? Avait-il peur de perdre beaucoup, comme peut-être son poste d’enseignant (Jésus l’appelle L’enseignant d’Israël le plaçant au plus haut niveau de la nation – un professeur d’université reconnu et public aujourd’hui). Pourtant Nicodème démontre qu’il avait une certaine foi en Jésus. Cette nuit-là, Nicodème dit à Jésus :

«Maître, nous savons que tu es un enseignant envoyé par Dieu, car personne ne peut faire ces signes miraculeux que tu fais si Dieu n'est pas avec lui.» Jean 3.2

Nicodème avait le don de raisonner très bien. Et c’est sa raison qui l’avait convaincu. Il savait que Jésus avait été envoyé par Dieu à cause de ses signes miraculeux convaincants. Mais il ne voulait pas que les autres le sachent. Il n’était pas prêt à se mouiller au grand public et s’identifier comme un disciple de Jésus. Il avait trop à perdre à ses yeux.

Combien de gens sont comme cela aujourd’hui à Québec? Dans nos familles? Nos milieux de travail ou à l’école? Combien de gens nous voient et nous entendent, mais n’osent pas se mouiller pour s’identifier à nous et aux chrétiens?

Nicodème croyait en Jésus, mais ne le déclarait pas ouvertement. Sa foi semble s’affermir toutefois lorsque nous lisons l’Évangile selon Jean. À un moment très délicat et explosif, suite à une prédication de Jésus, Nicodème ose parler à tous les chefs des prêtres et les pharisiens réunis en conseil, en prenant la défense de Jésus. Voici l’histoire en bref …

Les gardes du temple avait été envoyés pour arrêter Jésus et l’amener au tribunal.

Les gardes retournèrent vers les chefs des prêtres et les pharisiens, qui leur dirent: «Pourquoi ne l'avez-vous pas amené?» Les gardes répondirent: «Jamais personne n'a parlé comme cet homme.» Les pharisiens leur répliquèrent: «Est-ce que vous aussi, vous vous êtes laissé tromper? Y a-t-il quelqu'un parmi les chefs ou les pharisiens qui ait cru en lui? Mais cette foule qui ne connaît pas la loi, ce sont des maudits!» Nicodème, qui était venu de nuit vers Jésus et qui était l'un d'eux, leur dit: «Notre loi condamne-t-elle un homme avant qu'on l'entende et qu'on sache ce qu'il a fait?» Ils lui répondirent: «Es-tu, toi aussi, de la Galilée? Cherche bien et tu verras que de la Galilée il ne sort pas de prophète.» Jean 7.45-52

Ce type de croyant en Jésus, il y en a encore aujourd’hui. Ce type de croyant est impressionné par la vie et les œuvres de Jésus. Nous en côtoyons chaque jour. Ils sont ouverts à en savoir plus sur Jésus, et surtout à voir la différence de son enseignement et Son Esprit dans nos vies. Ils sont ouverts à ce que l’on prie pour eux, car ils croient d’une certaine manière en Jésus. Et si d’autres parlent dans notre dos, ils peuvent parfois même prendre notre défense.

Maintenant Nicodème revient sur scène après la crucifixion de Jésus lors de son embaumement. Et il vient avec un autre croyant de son type. Nous lisons…

Après cela, Joseph d'Arimathée, qui était disciple de Jésus, mais en secret par crainte des chefs juifs, demanda à Pilate la permission d'enlever le corps de Jésus. Pilate le lui permit. Il vint donc et enleva le corps de Jésus. Nicodème, l'homme qui auparavant était allé trouver Jésus de nuit, vint aussi. Jean 19.38-39

Qui se ressemble, se rassemble nous dit l’adage. Joseph d’Arimathée et Nicodème étaient des disciples de Jésus mais en cachette. Ils se cachaient par crainte des chefs juifs et à cause des menaces qui pesaient sur le peuple.

Pourtant Jésus avait dit clairement…

En effet, celui qui aura honte de moi et de mes paroles, le Fils de l'homme aura honte de lui, quand il viendra dans sa gloire et dans celle du Père et des saints anges. Luc 9:26Segond 21 (SG21)

Autre exemple : Suite à la guérison d’un aveugle-né, un acte qui aurait dû faire sauter de joie ses parents et le crier sur les toits, ils n’osent même pas prendre position pour Jésus parce qu’ils ont peur des conséquences sociales à leur égard.

Ses parents dirent cela parce qu'ils avaient peur des chefs juifs. En effet, ceux-ci avaient déjà décidé d'exclure de la synagogue celui qui reconnaîtrait Jésus comme le Messie. Voilà pourquoi ses parents dirent: «Il est assez grand, interrogez-le lui-même.» Jean 9:22-23Segond 21 (SG21)

Cette peur était très réelle parmi le peuple à l’époque et elle est très réelle aussi dans nos vies aujourd’hui. Nous avons peur de perdre beaucoup si nous témoignons de notre foi. Et cette peur nous paralyse et nous empêche de porter du fruit durable et éternel pour Dieu. Voilà notre perte lorsque nous permettons à cette peur de prendre le dessus sur nous. Demandons au Saint-Esprit de faire exploser cette peur par sa puissance! Application : PRIONS! C’EST URGENT.

Ce n’était pas plus facile à l’époque de Jésus. Les ténèbres étaient si fortes à Jérusalem parmi les chefs juifs que cette peur était semblable à celle que l’on ressent quand on a peur de se faire tuer. En effet, Lazare que Jésus avait ressuscité avait reçu la peine de mort des chefs des prêtres pour s’être fait ressuscité par Jésus! C’est presque ironique. Risquer la peine de mort pour être ressuscité à la gloire de Dieu! En effet, il est écrit :

Les chefs des prêtres décidèrent de faire mourir aussi Lazare parce que beaucoup de Juifs les quittaient et croyaient en Jésus à cause de lui. Jean 12.10-11

Pensez-vous que Lazare avait peur de ces hommes? Pourquoi alors avoir peur si Jésus nous ressuscite au dernier jour! Et Jésus nous ressuscitera et partagera ses récompenses avec nous si nous persévérons dans notre témoignage malgré la persécution.

À l’heure où on se parle, dans notre monde, nos frères et soeurs dans la foi sont menacés de mort pour être nés de nouveau et l’avoir témoigné dans le baptême. Pourquoi? À cause des ténèbres spirituelles qui réagissent face à la lumière. Mais les ténèbres ne peuvent vaincre la lumière.

Et nous aussi, dans les milieux du travail, de la famille, parmi nos amis, nous pouvons très bien ressentir cette peur réelle qui vient des ténèbres.
Les ténèbres exercent une pression sur les croyants en Jésus pour ne pas qu’ils parlent et diffusent la lumière. Les ténèbres veulent que l’on garde la lumière sous le boisseau, bien cachée dans nos cœurs. Sinon, les ténèbres menacent et nous troublent.

Mais quand l’Esprit nous remplit, nous parlons et nous écrivons. Comme dit l’Écriture, j’ai cru et j’ai parlé. SOYONS DONC REMPLIS DE L’ESPRIT DE DIEU!

C’est là où nous avons besoin de discernement, de sagesse, de force et d’amour que seul le Saint-Esprit peut nous donner à chaque occasion que la lumière doit briller avec courage par nos paroles et nos actions.

Tel que Paul le disait à son disciple Timothée :
ce n’est pas un esprit de timidité que Dieu nous a donné, mais un esprit de force, d'amour et de sagesse. N'aie donc pas honte du témoignage à rendre à notre Seigneur, 2 Tim. 1.7

Le chrétien rempli de l’Esprit parle. Il a parle avec amour, force et sagesse. Le chrétien silencieux n’est pas rempli de l’Esprit de Dieu, mais de son propre esprit qui n’a pas la force de parler avec force, amour et sagesse.

Mais sachez-le, si par exemple, vous êtes malade et que Jésus vous guérit. Vous risquez d’avoir un tel témoignage puissant pour la gloire de Dieu que cela vous attirera des problèmes. Voilà le côté laid des ténèbres. On appelle mal ce qui est bien, et bien ce qui est mal. Mais prenons courage, Jésus a vaincu le monde. Jésus a dit :

Heureux serez-vous lorsqu'on vous insultera, qu'on vous persécutera et qu'on dira faussement de vous toute sorte de mal à cause de moi. Réjouissez-vous et soyez dans l'allégresse, parce que votre récompense sera grande au ciel. En effet, c'est ainsi qu'on a persécuté les prophètes qui vous ont précédés. Mat. 5.10-12

Que devons-nous faire alors? Ne pas parler de peur de froisser les gens et nous causer des problèmes? Mais si nous ne parlons pas, comment croiront-ils en Jésus pour être sauvés? NON. Nous croyons, c’est pourquoi nous parlons, comme dit l’Écriture, mais nous parlons avec amour, force et sagesse.

Application : Ne craignons pas l’insulte si elle cause notre bonheur éternel. N’ayons pas peur de la persécution si Dieu bénit notre témoignage et sauve ne serait-ce qu’une seule âme. Ne nous en faisons pas si on parle dans notre dos et qu’on dise toutes sortes de faussetés à notre égard à cause de Jésus. Au contraire, réjouissons-nous et fêtons, car notre récompense sera grande au ciel. Jésus disait à ses disciples …

Ne redoutez pas ceux qui tuent le corps mais qui ne peuvent pas tuer l'âme. Redoutez plutôt celui qui peut faire périr l'âme et le corps en enfer. Matthieu 10.28

Alors donnons-nous à fond de train pour Jésus et pour Jésus seul, non pas de façon stupide, mais avec discernement. Tel qu’il est écrit :

Faites donc bien attention à la façon dont vous vous conduisez: ne vous comportez pas comme des fous, mais comme des sages: rachetez le temps, car les jours sont mauvais. C'est pourquoi ne soyez pas stupides, mais comprenez quelle est la volonté du Seigneur.

Ne vous enivrez pas de vin: cela mène à la débauche. Soyez au contraire remplis de l'Esprit. Éph. 5.16-18

Laissons à Dieu les conséquences de notre témoignage pour lui. Ne craignons pas, le royaume nous appartient!

Cette année, en 2017, nous fêtons le 500ième anniversaire de la Réforme de l’église lorsque Martin Luther a osé remettre en question la pratique des indulgences dans l’Église romaine.

Selon l’histoire, Luther ne l’a pas eu facile devant Rome, mais l’Esprit de Dieu l’a soutenu.

Dans son hymne : C’est un rempart que notre Dieu, Luther a écrit :

Il faudra bien que, malgré tous, Subsiste la Parole !

Car l'Éternel est avec nous, Son Esprit nous console.

Qu'ils prennent tout, chrétiens: Notre vie et nos biens...

Laissons-les faire ! Ils n'y gagneront guère; Le royaume nous appartient !

Mais si nous hésitons à nous donner à 100% pour Jésus, mourir à nous-mêmes pour laisser le Saint-Esprit nous remplir et vivre sa vie en nous, alors notre foi est en danger. Nous allons finalement choisir, par fausse prudence et fausse sagesse, une vie médiocre sans récompenses éternelles, plutôt qu’une vie abondante, puissante, excitante au plus haut point en voyant un Dieu vivant et à l’œuvre dans nos faiblesses.

Comme les chefs juifs qui avaient cru en Jésus.

En effet, ils aimèrent la gloire des hommes plus que la gloire de Dieu. Jean 12.43

Plaire aux hommes, chercher la gloire et l’approbation des hommes, être bien vu, reconnu, applaudi de tous les hommes tend un piège à notre foi. C’est sérieux.

Jésus disait aux Juifs :

Comment pouvez-vous croire, vous qui recevez votre gloire les uns des autres et qui ne recherchez pas la gloire qui vient de Dieu seul? Jean 5:44Segond 21 (SG21)

La gloire de Christ est opposée à la gloire des hommes.

Dans les actes de Jésus culminant à la croix, et aussi dans son rejet, l’acceptation de prendre une position où les hommes pouvaient le rejeter (ce qu’ils ont fait), Jésus a révélé sa vraie gloire.

Notre vraie gloire est de donner notre vie à Jésus sur terre pour le salut du plus grand nombre, soit en donnant notre temps pour parler de lui, soit notre argent pour soutenir l’œuvre de Dieu ici ou par des ouvriers internationaux, bref vivre pour Dieu et non pour nous-mêmes.

Il est écrit que Jésus revient avec ses récompenses ...


Wed 8 Feb 2017, 11:33am

Dire à un ami | Voir les commentaires (0)