Aux pieds du Maître 2016 : semaine 20 (du 16 au 21 mai 2016)

Aux pieds du Maître 2016 : semaine 20 (du 16 au 21 mai 2016)

1. Lecture du texte : Jacques 1.12-21; Matthieu 7.21-27; Galates 6.7-10, 1 Pierre 2.1-2
2. Méditation :
I. Jacques parle à des chrétiens ici, des gens qui avaient reçu la parole de la vérité pour être sauvés, mais cette parole qu’ils avaient entendue devait être pratiquée sinon elle se révèlerait inutile. Car ce n’est pas suffisant que de recevoir la parole et d’être convaincu par elle que Jésus est la vérité, le chemin et la vie. Nous devons nous donner nous-mêmes à Jésus et à son enseignement de tout cœur, c’est-à-dire prendre et marcher dans SON chemin. Car que sert-il à un homme de savoir le chemin qui mène à l’abondance s’il ne le prend pas? Connaitra-t-il l’abondance de vie en restant assis et incrédule en observant les autres?

C’est cet engagement à 100% envers Jésus que Jacques cherche à souligner durant toute sa lettre. Car c’est le message central de Jacques.

Application : si nous sommes morts à notre péché et à nous-mêmes à 100%, nous croyons que l’Esprit de Dieu se manifeste à 100% dans nos vies, peu importe les circonstances. Dieu est fidèle, mais lui donnons-nous notre 100%?

II. Nous écoutons, nous lisons la Parole et nous la mangeons durant le Repas du Seigneur. L’Esprit nous éclaire quand la Parole entre dans notre esprit et notre cœur, et nous apprenons des choses que nous ne savions pas. La Parole nous nourrit et cela nous réjouit. Mais si la Parole ne va pas plus loin que notre intelligence ou nos émotions, pour atteindre notre volonté, nos attitudes et nos actions pour obéir à la Parole, toute notre connaissance ne vaut rien. Je le répète, ce que nous savons est inutile, et nous nous décevons nous-mêmes, si nous croyons avoir avancé d’un poil dans la vie en Christ, simplement parce que nous connaissons la vérité.

Savoir n’est pas suffisant, il faut passer à l’action. Attention! Si nous ne pratiquons pas la parole, notre connaissance nous jouera des tours. La connaissance est même dangereuse pour celui qui n’agit pas selon cette connaissance (voir Luc 12.47-48).

Mettez en pratique la parole et ne vous contentez pas de l’écouter a le sens de Mettez continuellement en pratique, c’est-à-dire prenez l’habitude de mettre en pratique la parole lorsque vous la recevez et la comprenez, même si sur le coup c’est difficile parce que cela demande de la foi.

Application - Parents: lisez les histoires de la Bible souvent à vos enfants, à chaque jour si possible, avec des livres conçus pour leur niveau d’apprentissage. Et mettez l’accent sur la volonté de l’enfant à mettre en pratique la Parole et non seulement l’écouter. Tôt ou tard, l’enfant se rendra compte qu’il n’est pas capable par ses forces d’obéir à la Parole. Ce sera alors le moment de l’amener au Seigneur Jésus pour le pardon de ses péchés et pour la réception de l’Esprit, afin que l’enfant apprenne à compter sur le Seigneur pour obéir à Sa Parole.

Ainsi, parce qu’elle est vivante et efficace, la Parole de Dieu révèle comme un miroir quelles sortes de personnes, quel types d’individus nous sommes en réalité devant Dieu qui sonde tout, même les profondeurs de nos cœurs.

Qui sera vraiment heureux dans la vie, béni dans tout ce qu’il fait? Celui qui plonge les regards dans la loi parfaite, persévère, et se met au travail constamment. Remarquons ce que dit Jacques : celui-là sera heureux dans son activité , non pas dans ses connaissances, mais dans son activité. Le bonheur, le vrai, vient de l’action qui applique la Parole.

III. Remarquons bien que celui qui est actif, travaille à mettre en pratique la loi parfaite, la loi de la liberté. Faisons bien attention ici. Cette loi n’est pas la loi juive, la loi des pharisiens, mais l’Écriture sainte de l’Ancien testament telle qu’interprétée et complétée par l’enseignement de Jésus. Il y a beaucoup de confusion dans nos milieux concernant la loi de l’Ancien testament, et plusieurs évangéliques la rejettent du revers de la main par de faux raisonnements. Cette loi pourtant est parfaite, libératrice. Nous sommes tenus de l’appliquer, la mettre à pratique, et l’enseigner aux autres, avec l’aide du Saint-Esprit.

Cela peut étonner, mais Jacques appelle cette loi, la loi de la liberté. Non pas de la licence, mais de la liberté. Nuance. Il ne faut pas confondre les deux termes. La licence c’est faire ce qu’on veut, un peu comme un petit dieu, et se tromper soi-même en croyant recevoir Jésus comme Sauveur et non comme Seigneur et maître. Comme si on pouvait découper l’enseignement de Jésus pour garder ce qui nous plait et rejeter ce qui nous déplait. Mais la liberté n’est pas la licence. La vraie liberté c’est la capacité, par l’Esprit de Dieu, de vivre et d’appliquer les Écritures saintes, dans ses commandement moraux et de justice, tels qu’interprétés et complétés par Jésus, dans le sermon sur la montagne par exemple. N’oublions pas que Jacques a écrit le premier livre du Nouveau Testament. Quand il parle de la parole et de la loi parfaite, il fait référence aux livres inspirés de l’Ancien testament, car le Nouveau testament n’existait pas. L’apôtre Paul nous avertit au sujet de la licence et la contraste avec notre liberté (voir Galates 5.13)

Question d’application : comment allons-nous exprimer notre amour dans le service les uns des autres? À quoi cela va-t-il ressembler dans la pratique, sinon en appliquant les commandements moraux et de justice inclus dans toute la Bible, notamment dans l’Ancien testament? Sans les commandements moraux et de justice de l’Ancien testament, nous ne savons pas comment aimer. En effet, nos cœurs ne sont jamais en paix devant un commandement vague comme aimer. La loi de l’Ancien testament telle qu’interprétée et complétée par Jésus nous donne des balises claires en nous révélant ce que Dieu attend de nous. Se soumettre à Christ, par l’Esprit de Dieu, pour obéir à son interprétation de la loi de Dieu – lui seul pouvait l’interpréter et la compléter parfaitement puisqu’il est lui-même Dieu – nous libère de notre péché et de la mort, ainsi que de toute forme de légalisme, c’est-à-dire l’erreur de croire que nous méritons le salut et la bénédiction de Dieu si nous obéissons à la loi de Dieu. Le salut, la sanctification et la bénédiction – ou vrai bonheur – de Dieu dans nos vies vient par la grâce seule de Dieu, jamais par nos mérites. Mais si nous recevons vraiment le salut, la sanctification et la bénédiction de Dieu, il va de soi que nous exprimions notre reconnaissance et notre amour envers Dieu en nous soumettant à la loi de Christ jusqu’aux tous petits détails.

Lisez à la maison Matthieu 5, 6 et 7 pour ces détails que Jésus nous donne dans son sermon sur la montagne.

C’est pourquoi, la vie chrétienne, selon Jacques, consiste à s'occuper des orphelins et des veuves dans leur détresse et à ne pas se laisser souiller par le monde.
Voilà un comportement utile pour nous tous sans exception. Jacques s’adresse ici à tous les chrétiens, non seulement les diacres, les anciens ou le pasteur. Tous les chrétiens.

Un comportement pur et sans tache devant Dieu, est un comportement en Jésus et selon Jésus, qui prend soin des autres, les visite lorsque approprié, et leur offre de l’aide de toute sorte pour rencontrer les besoins des plus faibles parmi les frères et sœurs de Jésus surtout.

Les orphelins et les veuves étaient les démunis de l’époque. Aujourd’hui, c’est quiconque vit du stress énorme, de la pression extérieure et de l’affliction. Ils ont besoin de notre aide. Pensons aussi aux bébés à naître et aux personnes âgées! Nous ne devons pas les abandonner, car Dieu ne les abandonnent pas. Si nous sommes en Jésus, nous agirons de mieux en mieux comme Jésus.

Non seulement nous sommes appelés à prendre soin des pauvres et des faibles, mais aussi à ne pas se laisser souiller par le monde. Le monde n’est pas les gens, mais le système de ce monde qui passe, la culture de ce monde et ses mœurs (voir 1 Jean 2.15 à 17)

Pour Jacques, ne pas se laisser souiller par le monde, c’est renoncer aux mauvais désirs du cœur de la gloriole ou gloire vaine, de la compétition malsaine, les ambitions personnelles et l’accumulation des richesses.

En disant que telle est la religion pure et sans tache devant Dieu notre Père, Jacques déclare que la conversion à Christ est inutile si elle ne mène pas à une vie transformée par Christ.

D’où notre mission en tant qu’Église :



Ô Dieu ! De tout notre cœur nous aspirons à être une Église transformée par Jésus-Christ et transformant la ville de Québec, notre nation et le monde. La prière de notre cœur c’est que nous apprenions à te glorifier en toutes choses, à jouir de Ta présence et à permettre au monde de connaître Jésus-Christ, Le suivre et Le servir par la puissance de l’Esprit-Saint.

Suivons Jésus passionnément, un PAS à la fois : Prions, Allons, Soutenons, et faisons des disciples de toutes les nations!

Mon 16 May 2016, 7:19am

Dire à un ami | Imprimer | 0 Commentaire(s)

Si vous aimez ce blog ajoutez le à votre bookmark:
Google: Aux pieds du Maître 2016 : semaine 20 (du 16 au 21 mai 2016)

0 Commentaire(s)

Il n'y a pas de commentaire pour ce blog.

Ajouter un commentaire