Aux pieds du Maître 2016 : semaine 34 (du 29 août au 4 septembre 2016)

1. Lecture des textes : Jacques 4.13-17; Luc 12.13-21; 13.1-5
2. Méditation :
Dans sa lettre, Jacques parle de ce qui brise l’unité dans l’église. Aux chapitres 3 et 4, il a mentionné ceux qui se plaignent et qui critiquent les autres. Il a parlé aussi de ceux qui aiment le monde et la convoitise qui est dans le monde; ils se font les ennemis de Dieu et de l’unité de l’Esprit dans l’Église. Maintenant, Jacques touche un autre aspect qui s’attaque à l’unité : l’orgueil, notamment en ce qui concerne les richesses matérielles.

“A vous maintenant qui dites: «Aujourd'hui ou demain nous irons dans telle ville, nous y passerons une année, nous y ferons des affaires et nous gagnerons de l'argent»,”

Jacques ne s’adresse pas à de riches païens ici, mais à des marchands chrétiens qui font des affaires comme les gens du monde. Le problème est que ces chrétiens faisaient des affaires comme le reste du monde. Peut-être qu’ils participaient au culte le dimanche, ils chantaient, priaient et écoutaient la Parole attentivement, peut-être que leur moralité sexuelle était sans reproche, mais dans les affaires, ils pensaient et agissaient comme le reste du monde. Parce que « les affaires sont les affaires » et « dans les affaires, il n’y a pas d’amis » pour prendre deux proverbes païens comme exemples. Ces chrétiens ne semblaient pas planifier leurs désirs futurs ou ce qu’ils comptaient faire de leur argent ou le souci de suivre la justice et la droiture dans la manière de faire leurs affaires. Non. Alors Jacques ajoute :

“vous qui ne savez pas ce qui arrivera demain! En effet, qu’est-ce que votre vie? C’est une vapeur qui paraît pour un instant et qui disparaît ensuite.”

Application : Dans les affaires (quand nous achetons ou vendons ou simplement quand nous sommes au travail), est-ce que j’agis en suivant la philosophie du monde ou celle de Dieu, telle qu’écrite dans la parole de Dieu, la Bible?)

Le passage de Luc 13.1-5 parle d’une réalité choquante de la vie : la mort peut arriver à tout moment, qu’on soit jeune ou vieux et sans égard à la vie qu’on mène. C’est pourquoi l’appel de Jésus est urgent : Repentez-vous et croyez à la bonne nouvelle! Cet appel s’adresse à tous en commençant par chacun de nous. Mieux vaut être prêt pour l’éternité que de posséder tous les trésors du monde, car Dieu reprend notre vie quand il veut et sans donner d’explication. C’est Lui qui est souverain.

Tel qu’il est écrit :
«*Toute créature est comme l'herbe, et toute sa beauté comme la fleur des champs. L'herbe sèche et la fleur tombe quand le vent de l'Éternel souffle dessus. Vraiment, le peuple est pareil à l'herbe: l'herbe sèche et la fleur tombe, mais la parole de notre Dieu subsiste éternellement.» Ésaïe 40.6-7

Application : Puisqu’il en est ainsi, comment donc devons-nous vivre pendant ce qu’il nous reste à vivre sur la terre? À profiter du moment qui passe pour nous gâter car nous le méritons bien, en d’autres mots : mangeons et buvons car demain nous mourrons? NON! Car telle est la philosophie de ce monde qui passe. Repentons-nous et croyons en Jésus pour accumuler des trésors au ciel en étant riche pour Dieu (Luc 12.13-21), en lui donnant le plein contrôle de notre vie ici-bas (notre temps, notre argent, etc.) car tout lui appartient et vivons pour Dieu ici-bas! Nous ne sommes que les gérants de ses biens de grâce qu’il met entre nos mains (santé, temps, argent, bref nos vies) et dont nous devrons rendre compte.

“Vous devriez dire, au contraire: «Si Dieu le veut, nous vivrons et nous ferons ceci ou cela.»”

Si Dieu le veut, nous vivrons. Dieu seul est souverain. Il contrôle tout; il contrôle notre naissance et notre mort, il contrôle si nous pouvons faire ceci ou cela. Et rien n’arrive ici-bas sans la volonté de Dieu. Nous sommes des êtres bien limités, mais Dieu seul est illimité. C’est par la foi, sans poser de questions qui nous dépassent, que nous devons croire et conduire nos êtres selon cette vérité. En effet, Jésus règne avec tout pouvoir … dans le ciel et sur la terre (Matthieu 28.18).

Cela ne signifie pas que nous ne devrions pas faire de plans. Mais nous devons planifier selon la volonté de Dieu (volonté révélée dans sa parole et volonté discernée par le Saint-Esprit dans la prière). C’est ici la sagesse. Il s’agit de planifier avec Dieu, en communion avec Lui, à l’écoute de son Esprit qui parle par sa parole et en lui donnant amplement de temps pour nous répondre et de confirmer sa réponse par d’autres frères et sœurs qui prient aussi pour nous en écoutant le Seigneur. Dans ce cas, l’expression Dieu voulant devient vraiment une certitude que Dieu veut, et non seulement un souhait que Dieu ne bloque pas notre projet. Comme de dire : je planifie faire le tour du monde au moins une fois dans ma vie … Dieu voulant (si Dieu ne me l’empêche pas). Cela n’est pas une manière chrétienne de vivre, car c’est l’homme qui mène sa vie ici en espérant que Dieu ne vienne pas lui empêcher de réaliser ses rêves.

Mais si nous planifions dans la prière, en cherchant à atteindre les buts de Dieu tels que révélés dans sa Parole, nous n’avons aucun souci à nous faire. Mais ce n’était pas le comportement de certains chrétiens à l’époque de Jacques. C’est pourquoi, Jacques s’empresse à dire …

“Mais en réalité, vous vous montrez fiers de vos fanfaronnades. Toute fierté de ce genre est mauvaise.”

Le mot fanfaronnades souligne des paroles arrogantes et prétentieuses qui cherchent à impressionner les autres. Comme ces paroles exagérées qui peuvent sortir de nos bouches, mais que nous ne sommes pas capables d’accomplir sans l’aide de Dieu. Mais cette fierté est vide car le monde passe et tout glisse de nos mains.

N'aimez pas le monde ni ce qui est dans le monde. Si quelqu'un aime le monde, l'amour du Père n'est pas en lui. 16 En effet, tout ce qui est dans le monde – la convoitise qui est dans l’homme, la convoitise des yeux et l’orgueil dû aux richesses – vient non du Père, mais du monde. 17 Or le monde passe, sa convoitise aussi, mais celui qui fait la volonté de Dieu demeure éternellement. 1 Jean 2.15-17

Celui qui aime le monde veut ce qu’il y a dans le monde. Il convoite, il planifie obtenir, mais sans consulter Dieu, sans soumettre sa vie à Dieu. Et quand il obtient ce qu’il a convoité, il s’en enorgueillit, il s’en vante quand il en a l’occasion. Toute fierté de ce genre est mauvaise, dit Jacques. C’est pécher et manquer le but de sa vie. Pourquoi? Parce que cela dérobe Dieu de sa place d’honneur comme souverain de nos vies et exalte un être humain fragile tel un souffle comme s’il était Dieu. Tout plan fait en dehors de la volonté de Dieu, telle que discernée dans la prière et par la Parole n’est pas seulement stupide, c’est péché.

C’est peut-être le fun de vivre comme le monde; on peut y retirer du plaisir c’est sûr. Mais c’est stupide parce que le monde passe et on ne peut rien apporter avec nous dans l’au-delà, sauf ce que Jésus aura fait en nous et par notre moyen. C’est ce que Dieu a révélé dans sa Parole. Alors puisque tous passeront devant le tribunal de Christ, il vaut mieux faire la volonté de Dieu ici-bas. Car celui qui fait la volonté de Dieu demeure éternellement. Et la volonté de Dieu n’exclut pas le fun, au contraire, beaucoup de fun même, mais à sa place et en son temps.

“Si donc quelqu’un sait faire ce qui est bien et ne le fait pas, il commet un péché.”

Jacques conclut son avertissement envers les orgueilleux avec un proverbe. Il adresse le péché d’omission; ne pas faire ce que nous devrions faire, par exemple donner à un pauvre disciple dans sa mission (comme Élohise). Mais dans le contexte Jacques s’adresse aux chrétiens en affaires; ils savent faire ce qui est bien mais ne le font pas. Ils savent qu’ils devraient suivre Jésus dans leurs affaires, mais ils suivent le monde et agissent comme le monde. Faire le bien dans l’Écriture c’est souvent donner aux pauvres, surtout les membres de la famille de Dieu. Plutôt que d’élever son niveau de vie, Dieu veut nous guider à soulager la souffrance de ceux qui sont dans le besoin.

Wed 31 Aug 2016, 11:20am

Dire à un ami | Imprimer | 0 Commentaire(s)

Si vous aimez ce blog ajoutez le à votre bookmark:
Google: Aux pieds du Maître 2016 : semaine 34 (du 29 août au 4 septembre 2016)

0 Commentaire(s)

Il n'y a pas de commentaire pour ce blog.

Ajouter un commentaire