Aux pieds du Maître, 30 janvier 2017

Aux pieds du Maître, 30 janvier 2017
Texte à méditer : Évangile selon Jean, chapitre 12.37-41; Psaume 73

Il y a une réalité extrêmement troublante qui nous touche tous. Malgré tout ce que Dieu fait dans notre vie, la transformation intérieure de notre caractère et la bénédiction extérieure de toute notre vie, il y a de nos amis, nos familles, nos collègues qui refusent de croire et de venir à Jésus.

Ne nous étonnons pas si les gens qui ne sont pas encore chrétiens autour de nous ne font pas la file pour entendre notre témoignage ou ce qui se passe dans notre église.

S’ils n’ont pas cru lorsque Dieu-fait-homme a fait des choses extraordinaires comme changer de l’eau en vieux vin, ils ne croiront pas non plus lorsque Dieu nous guérira, libèrera, ou pourvoira à nos besoins de manière extraordinaire. Certains croiront cependant. C’est pourquoi nous devons témoigner à tous et laisser les résultats à Dieu seul. C’est Dieu seul qui sauve et convainc les cœurs en les attirant à Jésus.

Les paroles et les œuvres de Jésus venaient du ciel. Quand plusieurs des disciples de Jésus l’ont abandonné, Pierre a dit à Jésus: Seigneur, à qui irions-nous? Tu as les paroles de la vie éternelle. Ses paroles et ses œuvres étaient rien de moins que Dieu à l’action. C’était plus que des feux d’artifice devant lesquels on s’exclame avec un WOW! Ses paroles et actions étaient d’une si grande qualité que c’était l’évidence même que Jésus venait de Dieu. Nicodème lui a dit en privé : «Maître, nous savons que tu es un enseignant envoyé par Dieu, car personne ne peut faire ces signes miraculeux que tu fais si Dieu n'est pas avec lui.» Jean 3.2

Certains croyaient, même parmi les chefs juifs comme Nicodème. Mais la majorité des gens ne croyaient pas en Jésus. Ce que Jésus a fait et qu’ils ont vu, comme la résurrection de Lazare, aurait dû produire la foi chez tout le peuple, mais ils ne croyaient pas; tel était leur état, leur attitude du cœur, leur choix. Ils choisissaient de ne pas croire. C’était une question de leur volonté. Comme c’est le cas chez plusieurs aujourd’hui.

Et Dieu prend au sérieux celui qui refuse de croire. L’incrédulité est un péché très grave aux yeux de Dieu, et comporte des conséquences désastreuses. Et cela peut aussi nous affecter. Quand nous doutons, il vaut mieux se jeter à genoux devant Jésus en s’écriant : «Je crois, [Seigneur,] viens au secours de mon incrédulité!» comme cet homme dans Marc 9.24, que de s’endurcir et refuser de croire même devant l’évidence.

Application : Comment réagissons-nous face à la réalité que relativement peu de gens croient en Dieu aujourd’hui? Nous laissons-nous aller dans un découragement généralisé ou au contraire y voyons-nous justement un défi de taille pour voir la gloire de Dieu se manifester par notre foi en Lui?

Jean explique que ce refus de croire avait été annoncé à l’avance par le prophète Ésaïe.

Ce texte est très éclairant concernant la foi aujourd’hui. La foi en Jésus que vous et moi avons ne vient pas de nous, mais de Dieu. C’est un don de Dieu que nous recevons et que nous mettons en action en obéissant à Dieu.

Jésus avait clairement dit que nul ne peut venir à lui et croire en lui si le Père ne l’attire (Jn 6.44). Et ici, Jean dit que la prophétie doit être accomplie. Or remarquez qu’il y a d’un côté ceux qui ne croient pas à la prédication de la bonne nouvelle et de l’autre côté ceux à qui le bras du Seigneur a été révélé. La foi est donc directement connectée à l’action de Dieu, et non de l’homme. L’homme croit, mais c’est parce que le Seigneur s’est révélé à lui qu’il croit. La foi est donc d’abord l’œuvre de Dieu et l’homme ne peut donc pas s’en vanter.

La foi n’est pas d’abord notre choix mais le choix de Dieu. C’est le Père qui attire à Jésus. Si le Père n’attire pas, on ne croit pas en Jésus. Mais s’il attire, si son bras se révèle, alors on vient à Jésus et on croit en Lui. Toute gloire pour notre salut revient donc à Dieu. C’est Dieu seul qui décide (voir Jean 1.12-13) et il vaut mieux pour nous d’accepter le choix de Dieu et de nous en réjouir, tout en priant pour ceux qui ne croient pas encore.

Application : Acceptons-nous en adorant Dieu cette réalité du choix de Dieu à qui il donne la foi pour être sauvés? Ou sommes-nous plutôt tourmentés devant cette réalité parce que cela nous semble injuste? Approchons-nous de Dieu ensemble pour recevoir Sa lumière et Sa paix devant la justice de Dieu (Psaume 73)

Est-ce que Dieu aveugle les yeux de ceux qui veulent voir et demandent de voir? NON! Dieu punit ceux qui refusent de croire, qui ne veulent pas voir. Il n’y a pas pire aveugle que celui qui ne veut pas voir, qui se ferme les yeux pour ne pas voir.

Souvenons-nous du pharaon en Égypte qui a refusé obstinément de croire et d’obéir à l’Éternel, et Dieu endurcit son cœur.

Mais Dieu n’endurcit jamais le cœur de quelqu’un qui veut croire ou qui aimerait croire. Non. Nous n’avons pas ici la description d’un Dieu capricieux, mais d’un Dieu juste. Il y a de ceux qui ont délibérément choisi de ne pas croire en Jésus, malgré tous les signes qu’ils ont vu et entendu. Ils sont seuls coupables et en subissaient les conséquences.

C’est ce que Paul écrit dans Romains 1 au sujet de ceux qui sont injustes devant la bonté de Dieu et qui refusent de marcher avec lui et croire en Lui.

Comme ils n'ont pas jugé bon de connaître Dieu, Dieu les a livrés à leur intelligence déréglée, de sorte qu'ils commettent des actes indignes. Romains 1:28 Segond 21 (SG21)

Dieu livre à leurs propres penchants naturels et mauvais ceux qui refusent de croire ou qui ne jugent pas bon de connaitre Dieu. C’est grave et cette réalité nous menace tous.

Qu’en est-il de nous. Refusons-nous de voir, d’entendre ou de dire?

Rappelons-nous toujoursque le peuple que Dieu avait sauvé d’Égypte, qui représente le mauvais système du monde pour nous aujourd’hui, Dieu les a fait errer 40 ans dans le désert parce qu’ils avaient refusé de croire en lui et obéir à sa loi afin d’entrer en terre promise.

Attention! Si nous ne jugeons pas bon de nous donner corps et âme à Dieu pour être rempli de son Esprit afin de Le glorifier ici-bas, Dieu nous livrera aussi à nos penchants naturels, à nos convoitises secrètes, et nous commettrons des actes indignes. C’est une réalité qui nous menace aussi!

Application : Repentons-nous donc de ces fautes naturelles avant qu’il ne soit trop tard, avant que nous en soyons devenus aveugles et incapables même de les reconnaitre.

Faisons tout pour la gloire de Dieu. Paul écrivait :

Tout [m’]est permis, mais tout n'est pas utile; tout [m’]est permis, mais tout n'édifie pas. Que personne ne cherche son propre intérêt, mais plutôt celui de l’autre. 1 Cor. 10.23

Sun 29 Jan 2017, 20:51pm

Dire à un ami | Imprimer | 0 Commentaire(s)

Si vous aimez ce blog ajoutez le à votre bookmark:
Google: Aux pieds du Maître, 30 janvier 2017

0 Commentaire(s)

Il n'y a pas de commentaire pour ce blog.

Ajouter un commentaire