Le repos de Dieu (1ière partie)

Jésus est le maître du sabbat. Il est le maître des vacances. Et quand Jésus règne pendant les vacances, on goûte non seulement au repos mais au renouvellement des forces, des idées, et de la passion pour ce que Dieu nous appelle à faire. Mais c’est toujours une lutte de Le laisser régner, même en vacances!
Lecture et écoute de messages bibliques édifiants. Un de ces messages (du juif converti à Jésus-Christ, Jonathan Cahn) m’a touché profondément. Je vous en partage ce qui s’est développé dans mon esprit depuis son écoute.
Nous lisons dans la Bible au sujet du premier jour de la création (Genèse 1.1-5) :
1 Au commencement, Dieu créa le ciel et la terre. 2 La terre n’était que chaos et vide. Il y avait des ténèbres à la surface de l'abîme et l'Esprit de Dieu planait au-dessus de l’eau.
3 Dieu dit: «Qu’il y ait de la lumière!» et il y eut de la lumière. 4 Dieu vit que la lumière était bonne, et il sépara la lumière des ténèbres. 5 Dieu appela la lumière jour, et les ténèbres nuit. Il y eut un soir et il y eut un matin. Ce fut le premier jour.
Et il est écrit concernant le dernier jour, le septième, au chapitre 2, versets 1 à 3 :
2 C’est ainsi que furent terminés le ciel et la terre et toute leur armée. 2 Le septième jour, Dieu mit un terme à son travail de création. *Il se reposa de toute son activité le septième jour. 3 Dieu bénit le septième jour et en fit un jour saint, parce que ce jour-là il se reposa de toute son activité, de tout ce qu'il avait créé.
Dieu a travaillé pendant six jours puis il s’est reposé de son œuvre, non parce qu’il était fatigué mais pour nous apprendre à bien vivre, à vivre selon Dieu en considérant le repos comme saint. Et ce repos dépasse infiniment une journée dans la semaine. Dieu a fait du sabbat un jour saint, mis à part pour Dieu et les choses de Dieu. Et Dieu a béni le repos du septième jour.
La nouvelle création en Jésus-Christ s’est opérée de façon semblable. Pendant toute sa vie, de la naissance jusqu’à sa mort, Jésus a obéi à toute la loi de Dieu. C’était tout un travail. Mais ce qu’il faut saisir, c’est que Jésus a vécu toute sa vie, de la naissance jusqu’à sa mort et sa résurrection, à notre place. Il a obéi à toute la loi de Dieu à notre place pour que nous en recevions les bénéfices éternels. Jésus a mérité notre ciel! En Lui, nous sommes justifiés, pardonnés et sauvés. Même dans sa mort Jésus a accompli toute la volonté de Dieu à notre place pour que NOUS ENTRIONS DANS LE REPOS DE DIEU, et vivions dans la paix de Dieu tous les jours de notre vie.
Mais peu de chrétiens vivent pleinement dans le repos de Dieu que Jésus-Christ a mérité pour eux par sa mort et sa résurrection. Ils désobéissent à Dieu parce qu’ils ne croient pas tout ce que Dieu a dit et fait.
Pourtant la nouvelle œuvre de la nouvelle création a été accomplie par Dieu le Fils unique, Jésus, pour une nouvelle genèse, un nouveau commencement, une nouvelle naissance, une nouvelle humanité pour tous ceux qui croient en Lui.
Puisqu’il s’agit du même Dieu, pourrait-il y avoir un lien entre la première et la seconde création, la création naturelle et la création spirituelle en Christ?
Oui! J’appelle à votre participation …
Quand Dieu a-t-il terminé son œuvre lors de la première création? – au 6ième jour.
Quand Dieu a-t-il terminé son œuvre de la nouvelle création? – le sixième jour, vendredi saint, car il est mort un vendredi, le sixième jour. C’était la fin de son œuvre de rédempteur.
Quand Dieu a-t-il créé l’homme et la femme? Au sixième jour.
Quand Dieu a-t-il créé l’homme nouveau en le rachetant de ses péchés? Au sixième jour.
Quand a eu lieu la crucifixion? Le sixième jour.
Quand est-ce que la première création a débuté? Au premier jour (un dimanche). La nouvelle création en Christ, et notre participation par la foi dans cette vie nouvelle, débute le jour de la résurrection, le dimanche, notre jour de repos. Oui, notre repos, notre sabbat, puisque dorénavant c’est l’Esprit de Christ qui vit et fait son œuvre en nous et par nous. Nous participons par la foi à une nouvelle création. Les choses anciennes sont passées maintenant toutes choses sont devenues nouvelles.
Maintenant arrêtons-nous un peu pour observer attentivement le texte biblique, la parole de Dieu.
Quand est-ce que la première création a débuté? Au premier jour. Et précisément quand? Pendant le soir. Il est écrit : Il y eut un soir et il y eut un matin. Ce fut le premier jour.
Chez les Hébreux, le jour commence le soir et non le matin comme pour nous. Le jour hébraïque débute le soir. Ainsi chaque fête et chaque sabbat juif débute le soir du jour précédent en quelque sorte et après le coucher du soleil. Chaque jour saint en Israël, chaque fête, débutait au coucher du soleil. Une nouvelle journée hébraïque débute le soir et termine le soir au coucher du soleil. C’est différent de nous. Nous disons que la journée débute à minuit pour se terminer à minuit, mais dans la Bible une journée commence au coucher du soleil et dure jusqu’au coucher du soleil du jour suivant.
Dieu a tout créé de cette manière, en commençant au coucher du soleil pour terminer son travail du jour au coucher du soleil.
Que faisaient les Juifs après le coucher du soleil? Ils se reposaient. Leur journée commençait par le repos. Et une fois reposés, ils se levaient le matin à la première heure (6h) pour aller travailler. Leur œuvre commençait par le repos.
Commençons-nous nos journées par le repos ou par le travail? La repentance dans la Bible est un changement de mentalité. La vie commence par le repos, la cessation de travail, le repos du corps et de l’esprit pour la vie naturelle, le repos de nos œuvres pour la vie spirituelle.
C’est ainsi que Dieu a fait toute chose, une journée à la fois, en commençant par le soir.
Alors quel jour est le sixième jour? –Vendredi. Et quand est-ce que cette journée a débuté? Non pas à minuit dans la nuit de vendredi mais jeudi soir au coucher du soleil. Est-ce important pour nous qui sommes appelés à la nouvelle création en Jésus? Oui!
Parce que la passion du Christ débute lorsque Jésus partage son dernier repas avec ses disciples. Nous sommes alors jeudi soir au coucher du soleil, donc vendredi en tout début de journée – vous me suivez? Et pendant le repas pascal, Jésus parle de sa mort avec ses disciples. Pourquoi? Parce que ce repas pascal souligne la mort de l’agneau de Dieu pour nos péchés afin que nous soyons délivrés de la mort et participions au repos de Dieu dans la vie éternelle qui commence ici-bas quand nous entrons dans le repos de Dieu.
L’oeuvre de la nouvelle création de l’homme commence à ce moment-là parce que Jésus est sur le point de racheter l’homme de la malédiction de Dieu sur son péché. Tout commence là.
Au commencement, lorsque Dieu a créé le premier homme, il l’a amené dans un jardin le sixième jour, car l’homme a été créé le sixième jour.
Jésus, le Fils de l’homme, au sixième jour soit vendredi saint, est amené par Dieu dans le jardin de Gethsémané. Et dans ce jardin, Jésus lutte et travaille jusqu’à suer des goûtes qui ressemblaient à des grumeaux de sang pour faire la volonté de Dieu qui est la création de l’homme nouveau – ta nouvelle naissance et ma nouvelle naissance; au matin Jésus est crucifié pour qu’en lui nos péchés soient expiés. Le sixième jour débute le soir avant dans le jardin de Gethsémané et continue le matin avec la crucifixion pour se terminer au coucher du soleil. Le travail de Dieu pour la libération et la rédemption de l’homme doit donc se terminer avant le coucher du soleil vendredi. C’est pourquoi Jésus est mort à 15h. Le soleil commence à descendre. C’est le soir du vendredi. C’est aussi pourquoi les orientaux et les Africains nous disent bonsoir quand il est 15h.
Combien de temps Jésus est-il cloué sur la croix jusqu’à sa mort? Six heures (de 9h à 15h). Le chiffre six est le chiffre de l’homme. Jésus a été crucifié pendant six heures pour les péchés de l’homme et la rédemption de l’homme. Et à la sixième heure Jésus crie d’une voix forte : TOUT est accompli! Il est 15h vendredi après-midi et le soleil se couche; c’est la fin de la sixième journée, c’est la fin du travail de Dieu en Christ, pour la création de l’homme nouveau en Christ, identifié dans sa mort pour la rémission de ses péchés.
Par la suite et pendant qu’il fait encore clair, un de ses disciples, Joseph d’Arimathée se pointe, demande le corps de Jésus, l’enlève de la croix, commence son embaumement mais n’a pas le temps de terminer. Joseph avec Nicodème déposent le corps de Jésus dans un tombeau tout neuf. C’est le début d’une nouvelle journée, laquelle? La septième journée, le sabbat, le jour du repos.
Que fait Jésus ce septième jour? Il se repose de son œuvre. Il se repose dans le tombeau. Tout comme Dieu s’est reposé le septième jour de son œuvre de créateur, Dieu le Fils se repose le septième jour de son œuvre de rédempteur, la nouvelle création de l’homme. Et nous entrons dans le repos de Dieu de la même manière en étant identifié à Jésus dans sa mort et son tombeau.
Application Avons-nous mis notre foi en Jésus pour être identifiés avec Lui dans sa mort sur la croix pour nos péchés et dans son tombeau pour nous reposer de nos œuvres?
Dieu a terminé tout son travail le sixième jour, puis il s’est reposé le septième jour. Jésus, Dieu fait homme, a fait tout son travail de rédemption qu’il a complété le sixième jour puis il s’est reposé le septième jour.
Même dans sa mort, Jésus observe toute la loi de Dieu. Jésus est venu accomplir la loi et non l’abolir. Et le même Jésus en nous accomplit la loi si nous nous soumettons à Lui. Mais nous ne pouvons accomplir la loi de Dieu, la loi de la liberté, si nous n’entrons pas d’abord dans le repos de Dieu en Jésus. Il est écrit :
Mais celui qui a plongé les regards dans la loi parfaite, la loi de la liberté, et qui a persévéré, celui qui n'a pas oublié ce qu'il a entendu mais qui se met au travail, celui-là sera heureux dans son activité. Jacques 1.25
La loi de Dieu est appelé la loi de la liberté. Car elle nous libère de ce qui nous rend esclave. Mais pour connaitre cette liberté, nous devons d’abord entrer dans le repos de Dieu par la foi. Sans le repos de Dieu, la loi nous rend esclave et nous condamne, mais dans le repos de Dieu, la loi nous libère. Elle nous promet même le bonheur.
De notre perspective, nous regardons au septième jour, le sabbat, qui pour nous chrétiens se trouve être le dimanche – jour de la libération, de la nouvelle naissance par le Saint-Esprit - parfois comme une obligation, un fardeau, une règle écrasante et cela peut malheureusement le devenir. Mais selon la perspective de Dieu, l’essence du sabbat est bonne. Le sabbat est une bonne idée de Dieu pour nous. Dans sa bonté Dieu a voulu que l’homme se repose de toutes ses activités un jour durant la semaine. Il aurait très bien pu vouloir que nous le servions et servions notre prochain 7 jours sur 7, mais non, il a voulu notre repos un jour sur 7. C’est une bonne idée qui ne vient pas de nous, mais de Dieu. Et puisqu’elle vient de Dieu, nous nous y soumettons par la foi et non parce que nous avons terminé tout ce que nous avions à faire. Jésus a dit que le sabbat a été fait pour l’homme et non l’homme pour le sabbat.
Qu’est-ce que cela veut dire? L’homme n’est pas l’esclave du sabbat, comme une obligation, mais le sabbat est l’esclave de l’homme. Le sabbat n’a pas disparu. Le sabbat n’a pas été aboli en Christ mais il a pris un sens beaucoup plus profond. Le sabbat a été donné à l’homme pour le libérer de l’esclavage de tout ce que l’homme veut faire et ne parvient jamais à tout faire. Naturellement nous sommes esclaves de nos penchants naturels, tout ce que nous voulons faire et qui ne nous satisfait jamais. Et nous nous épuisons. La loi de la liberté du sabbat nous libère de notre esclavage du travail à ne plus finir, de nos passions et de nos désirs égoïstes. C’est une bonne loi. C’est pour notre bonheur, notre bien et le bien de nos familles.
Ce qui est vrai pour le sabbat est vrai pour toute la loi de Dieu. Jésus est maître du sabbat et de toute la loi de Dieu. Avec Jésus comme maître de nos vies, la loi de Dieu nous est utile pour que nous goûtions à la libération de notre péché par la foi en Jésus-Christ, notre libérateur. Cela est vrai dans tous les domaines.
La dîme par exemple est une loi de Dieu que Dieu a donné à l’homme pour le libérer, entre autres, de l’esclavage à l’amour de l’argent. Mettons-nous notre confiance en Dieu ou en l’argent? La dîme sert à nous le montrer. Dieu veut nous libérer de ce qui nous rend esclave. Sommes-nous libres de donner à Dieu 10% de nos revenus? Pourquoi pas? Qu’est-ce qui nous en empêche?
Sans le repos de Dieu, le sabbat de Dieu, nous ne sommes pas capables d’obéir à Dieu selon sa loi de liberté. Car l’amour de l’argent nous possède et nous rend esclave. Et j’ai remarqué que le plus on possède d’argent, le plus l’amour de l’argent nous possède. Nous sommes libres en Christ, mais nous nous laissons posséder par nos peurs et nos désirs. Alors Dieu a donné la loi de la dîme pour l’homme, non pas pour le rendre esclave, mais pour le libérer de l’amour de l’argent. Et ça marche. Je le vis par la foi depuis des années. Et Dieu pourvoit à tous nos besoins avec gloire en Jésus-Christ.
Nous ne vivons plus sous la loi comme une obligation mais sous la grâce. Nous sommes libres! Non pas de la loi, mais du péché qui nous empêche de nous soumettre à Dieu.
À la racine, le mot sabbat, shabbath en Hébreux, parle de Shalom, paix. Et il parle de la paix que plusieurs croyants n’ont pas aujourd’hui. Ils n’ont pas la paix, parce qu’ils ne sont pas encore entrés par la foi dans le repos de Dieu en Jésus-Christ.
Hébreux 4
Aujourd'hui, si vous entendez sa voix, n'endurcissez pas votre cœur.[c]
8 Si Josué[d] leur avait effectivement donné le repos, Dieu ne parlerait pas après cela d'un autre jour. 9 Il reste donc un repos de sabbat pour le peuple de Dieu. 10 En effet, celui qui entre dans le repos de Dieu se repose lui aussi de son activité, tout comme Dieu s'est reposé de la sienne.
11 Empressons-nous donc d'entrer dans ce repos afin que personne ne tombe en donnant le même exemple de désobéissance. 12 En effet, la parole de Dieu est vivante et efficace, plus tranchante que toute épée à deux tranchants, pénétrante jusqu’à séparer âme et esprit, jointures et moelles; elle juge les sentiments et les pensées du cœur. 13 Aucune créature n’est cachée devant lui: tout est nu et découvert aux yeux de celui à qui nous devons rendre compte. Hébreux 4.7-13
Peut-être que cet enseignement vous est difficile à recevoir. Mais si Dieu vous parle par sa parole, n’endurcissez pas votre cœur. Laissons Dieu parler. Ne lui résistons pas. L’important pour nous est d’entrer dans le sabbat de Dieu, le repos de Dieu, car par nos forces nous ne sommes pas capables d’obéir et de plaire à Dieu. Nous ne plaisons à Dieu qu’en Jésus-Christ. Mais si nous faisons ce que nous voulons, en établissant notre propre loi plutôt que de se soumettre cordialement à la loi révélée de Dieu, nous ne demeurons pas en Jésus-Christ. La loi de la liberté n’est pas la loi du libertinage.
Nous devons donc nous empresser d’entrer dans le repos de Dieu, car c’est par son Esprit que nous pourrons accomplir toute la volonté de Dieu pour nos vies.
Jésus a dit de lui-même qu’il est le Seigneur ou maitre du sabbat. Le sabbat est plus qu’un jour, c’est un état d’âme en Christ, un état d’âme en paix avec Dieu, goûtant au repos de Dieu. C’est un état de plénitude, de shalom de Dieu, de bénédiction de Dieu. Voilà le sens du sabbat. Et Jésus est le Seigneur du sabbat; ce n’est pas nous mais lui qui règne sur notre repos, notre sabbat. Jésus est le Seigneur. Il est le prince de la paix, le prince du repos de Dieu, le prince du sabbat. La paix vient de Lui, qui est le prince de la paix. Il est le maitre de la paix. La paix vient de lui ou elle ne vient pas. Le fruit de l’Esprit de Christ est la paix.
Et c’est dans cette paix, ce repos, cet abandon au Saint-Esprit que nous avons la liberté d’obéir à la bonne loi de Dieu, qui nous libère de nos esclavages.
Jésus est le Seigneur du repos.
En Christ, entrons dans le sabbat de Dieu, le repos béni de Dieu. Comment? Par nos efforts? Non, par la foi. Abandonnons-nous à Jésus. Car Jésus a travaillé fort jusqu’à sa mort sur la croix pour nous ouvrir l’entrée de ce repos.

Nous vous prions de nous écrire à cnoel@dieuavecnous.com

Claude Noël, 21 janvier 2018

Tue 23 Jan 2018, 11:06am

Dire à un ami | Imprimer | 0 Commentaire(s)

Si vous aimez ce blog ajoutez le à votre bookmark:
Google: Le repos de Dieu (1ière partie)

0 Commentaire(s)

Il n'y a pas de commentaire pour ce blog.

Ajouter un commentaire