Les premiers disciples (André et Pierre)

Les débuts du ministère de Jésus (Jean 1.19-51)
I. Les premiers disciples (1.35-51)
a. André et Pierre (1.35-42)
Introduction
Pourquoi suivre Jésus aujourd’hui?
Transition Suivre Jésus c’est détourner nos yeux de nous-mêmes et de nos circonstances pour les placer sur Jésus qui marche devant nous. Suivre Jésus c’est demeurer avec Lui et en Lui, car ainsi Il demeurera avec nous et en nous. Il fera réussir notre vie ici-bas jusque dans les détails, car Il est fidèle. Et il nous bénira jusque dans l’éternité.
Nous sommes en train d’étudier la première semaine de la nouvelle création en Christ selon la perspective de l’Apôtre Jean. La première création, celle identifiée à Adam, a été faite par la parole de Dieu. Dieu dit, et la chose exista. La seconde création, celle identifiée à Jésus-Christ, le second Adam, a aussi été faite par la Parole éternelle de Dieu. Car il est écrit :
En effet, vous êtes nés de nouveau, non pas d’une semence corruptible, mais d’une semence incorruptible, grâce à la parole vivante et permanente de Dieu, nous dit Pierre dans sa première lettre (1.23).
Application : faites-vous partie de la seconde création ou seulement de la première? Avez-vous reçue par la foi la Parole de Dieu qui a le pouvoir de vous faire naître de nouveau, naître de l’Esprit, naître d’En-Haut? Si vous n’en êtes pas certains, recevez la Parole vivante et permanente de Dieu aujourd’hui et cette Parole c’est Jésus-Christ.
Car la Parole de Dieu est entièrement responsable de la première et de la seconde création.
Au premier jour de cette nouvelle création en Christ, indiqué aux versets 19 à 28. Jean-Baptiste témoigne de son identité aux chefs religieux de Jérusalem. Et il est très clair : Jean-Baptiste dit qu’il n’est ni le Messie, ni Élie, ni le prophète tant attendu. Il ne faut donc pas regarder à Jean-Baptiste pour avoir la vie.
Le lendemain, donc au jour 2 (v. 29-34), Jean-Baptiste témoigne et présente Jésus comme le Messie et l’Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde; Jésus est Celui sur qui l’Esprit est descendu; Jésus est Celui qui nous baptise du Saint-Esprit si nous mettons notre foi en Lui.
Voilà. Dans son amour, Jésus non seulement enlève notre péché en l’expiant pour nous déclarer ainsi justes devant Dieu, mais il nous baptise du Saint-Esprit. L’Esprit entre alors en nous, dans notre être intérieur, pour créer quelqu’un de nouveau et d’éternel en nous. Par la foi en Jésus, Dieu Lui-même nous communique une nouvelle vie, la vie de l’Esprit de Dieu, qui demeure éternellement avec nous.
Aujourd’hui nous examinons le troisième et quatrième jour. Au jour 3 (v. 35-40), Jean-Baptiste, accompagné de deux de ses disciples, pointe vers Jésus qui passe et dit : « voici l’Agneau de Dieu. » Les deux disciples quittent alors Jean et suivent Jésus; ils restent avec Jésus ce jour-là. L’un d’eux s’appelle André. Le lendemain, donc au quatrième jour de cette même semaine, André rencontre son frère de sang, Simon, et l’amène à Jésus. Jésus regarde Simon et change son nom à celui de Céphas, ce qui signifie Pierre ou Roc. Voilà ce qui se passe au Jours 3 et 4.
Revenons à Jean-Baptiste. Quelle est la première mission de Jean-Baptiste? Était-ce de baptiser les gens? Non, nous avons vu que dans l’Évangile selon Jean, son baptême était secondaire à sa première mission qui était de présenter Jésus comme le Messie au peuple de Dieu de l’Ancien Testament. La mission de Jean était d’abord de témoigner que Jésus est l’Agneau de Dieu qui ôte le péché du monde.
Jean-Baptiste agit comme une flèche pour pointer les gens vers Jésus.
)))
Illustration … nous sommes tous capables d’agir de manière stupide. Par exemple, je lis les instructions pour construire une chaise, et parce que je ne comprends pas rapidement, et ajouté à mon impatience d’en finir, je décide de faire à ma tête pour prendre un raccourci et finalement manquer mon coup. Je suis capable de faire cela et ce dans bien des domaines. Pas vous?
Jean-Baptiste était, selon Jésus, le plus grand des prophètes de l’AT : plus grand que Moïse, Élie, Ésaïe … quel autre? Nommez toute la gang des prophètes. Jean-Baptiste était plus grand. Les foules étaient donc fortement attirées à lui pour l’écouter, et touchées au cœur, ils venaient par centaines se faire baptiser par Jean en confessant publiquement leurs péchés. Imaginez! Imaginez un tel prophète pour un tel réveil à Québec sur les Plaines chaque été. N’aimeriez-vous pas vous tenir tout près de lui?
Mais Jean-Baptiste, basé sur ses propres paroles, n’était pas venu pour attirer les foules à lui, mais plutôt pour pointer comme une flèche vers Jésus, qui était tellement plus grand que lui. Et Jean-Baptiste le savait bien. Que faites-vous devant un doigt qui pointe comme une flèche dans une direction? Vous restez-là pour le contempler? Non. Vous suivez son message et vous agissez en conséquence. Deux disciples de Jean ont l’intelligence et le courage de quitter le plus grand de prophètes pour aller vers Jésus, alors inconnu. C’était là une grande marque de respect envers le baptiseur, puisqu’ils prouvent ainsi qu’ils agissent et suivent son enseignement. Ils quittent le plus grand pour suivre un plus grand encore, Jésus. Ils font ce que Jean-Baptiste désire. Ils suivent son doigt.
La Bible nous dit aussi de ne pas être stupides, mais de comprendre la volonté de Dieu (Éph. 5.17). Et quelle est la volonté du Seigneur pour nous? Jacques l’exprime ainsi :
Mettez en pratique la parole et ne vous contentez pas de l'écouter en vous trompant vous-mêmes par de faux raisonnements. En effet, si quelqu'un écoute la parole et ne la met pas en pratique, il ressemble à un homme qui regarde son visage dans un miroir et qui, après s'être observé, s'en va et oublie aussitôt comment il était. Jacques 1.22-24
Écouter sans mettre en pratique c’est s’arrêter devant le doigt pour le contempler mais sans bouger, sans faire ce que le doigt nous indique de faire.
Si quelqu’un a du fromage à la crème sur son visage, comme on a vu mercredi soir dernier à la soirée de prière, cet homme ne se lave pas, mais oublie plutôt comment il est et fait comme si de rien n’était. Il agit de manière stupide parce qu’il ne fait qu’écouter la Parole sans agir en conséquence. Cela manque de bon sens. Ne faisons pas cela. Agissons. Dieu ne le fera pas pour nous. C’est à nous de nous lever, nous laver et marcher. Dieu sera alors avec nous pour accomplir ce qu’Il a promis.
Revenons au texte d’aujourd’hui.
)))
35 Le lendemain, Jean était encore là avec deux de ses disciples. 36 Il vit Jésus passer et dit: «Voici l'Agneau de Dieu.»
Dans un sens, Jean-Baptiste envoie ses deux disciples vers Jésus. Du moins qu’on puisse dire, il ne les empêche pas. Deux de ses plus grands collaborateurs sont là avec Jean et Jean pointe vers Jésus en disant – Hey, les boys : « Voici l’Agneau de Dieu. » (Hey, les boys, n’est pas dans le texte original!).
Les boys sont appelés des disciples, c’est-à-dire des apprenants. C’étaient des hommes qui s’étaient attachés volontairement, intentionnellement à Jean-Baptiste comme enseignant.
Mais ces deux disciples – on sait qu’André en faisait partie comme on le verra plus tard, et l’autre est fort probablement Jean, l’auteur de l’évangile - quittent leur enseignant pour en suivre un autre, Jésus. Ces deux disciples deviendront apôtres de Jésus plus tard. C’est ce qu’on voit dans les autres évangiles où Jésus appelle André et Jean, Pierre et Jacques, et huit autres à être ses apôtres. Disciple et apôtre ne sont pas des synonymes. Un disciple n’est pas nécessairement un apôtre. Qu’est-ce qu’un disciple? Un apprenant, un élève au pied d’un maître. Quand je vous fais parvenir les notes du message par courriel je lui donne comme titre : Aux pieds du Maître (le Maître c’est Jésus). Je vous prends alors pour des disciples de Jésus, des apprenants. Mais des apôtres sont des hommes à qui Jésus donnera l’autorité spirituelle et la mission de prêcher le Royaume de Dieu en son Nom. Le mot apôtre signifie « envoyé avec une mission ou commission avec l’autorité pour remplir la mission demandée. »
Alors ici, dans l’Évangile selon Jean, on ne parle pas du tout d’appel à occuper la fonction d’apôtre, mais simplement d’être disciples de Jésus. Et il ne faut pas manquer l’importance de cela.
En entendant Jean-Baptiste, les deux disciples reconnaissent en Jésus le Messie et sans hésiter, ils se mettent à le suivre et commencent à s’attacher à Lui.
Application … Veux-tu occuper un poste reconnu dans l’Église? Veux-tu être apprécié pour ta fonction ou ta position? Désires-tu de grandes choses pour toi-même? Regarde. Les premiers disciples se mettent à suivre Jésus tout simplement. Ils n’ont aucune idée qu’ils deviendront des pêcheurs d’hommes. Ils veulent simplement être avec Jésus. Écoute. Sois avec Jésus. Marche avec Lui. Simplement. Humblement. Résolument.
Cela devrait être notre seul désir, sans aucun autre agenda personnel. Entrer en contact avec Jésus du matin au soir, et même durant la nuit. Être avec Jésus, en relation intime, méditant et nous nourrissant de sa Parole durant le jour, et en le louant, le remerciant pour toutes choses. La vie d’un vrai disciple est très simple et très humble; elle ne s’élève pas devant les autres. Au contraire, comme on a vu à la soirée de prière, elle reconnait ses fautes et ses faiblesses, et son besoin constant de Dieu comme refuge et sauveur, et de son besoin des prières et du soutien des autres frères et sœurs en Christ.
Pourquoi est-ce si important d’être disciple ou apprenant de Jésus d’abord et avant tout? Parce que, ce qui vient par la suite dans le service, demande un abandon total de sa vie et de ses biens pour les intérêts de Jésus.
C’est ce que nous voyons par exemple dans Matthieu 4.
18 Comme il marchait le long du lac de Galilée, (Jésus) vit deux frères, Simon, appelé Pierre, et son frère André, qui jetaient un filet dans le lac; c’étaient en effet des pêcheurs. 19 Il leur dit: «Suivez-moi et je ferai de vous des pêcheurs d'hommes.» 20 Aussitôt, ils laissèrent les filets et le suivirent. 21 Il alla plus loin et vit deux autres frères, Jacques, fils de Zébédée, et son frère Jean, qui étaient dans une barque avec leur père Zébédée et qui réparaient leurs filets. Il les appela, 22 et aussitôt ils laissèrent la barque et leur père et le suivirent. Matthieu 4:18-22

Il s’agit ici de l’appel au service. «Suivez-moi et je ferai de vous des pêcheurs d'hommes.» Faire de nous des pêcheurs d’hommes c’est être utile entre les mains de Jésus. Alors ces hommes que Jésus appelle abandonnent leur emploi et leurs proches pour suivre Jésus dans le service et devenir des pêcheurs d’hommes, des apôtres du Seigneur.
Mais telle n’est pas la première étape dans la vie chrétienne. Avant d’abandonner totalement sa vie et ses biens pour les intérêts de Jésus dans le service, il nous faut d’abord apprendre à simplement être disciple ou apprenant de Jésus.
Donc, en tout temps, concentrons-nous sur Jésus et sur Jésus seul. Suivons-le pleinement là où il nous place, car une chose est sûre, nous ne pouvons pas le servir là où Jésus ne nous a pas encore placé. Humilions-nous devant Jésus en obéissant à tout ce qu’Il nous demande, même si nous croyons que nous pouvons faire tellement plus. Et soyons patients en sachant sans l’ombre d’un doute que le Seigneur nous élèvera au moment voulu.
Il est écrit en effet : Humiliez-vous devant le Seigneur et il vous élèvera. Jacques 4.10. Et La crainte de l'Éternel enseigne la sagesse et l'humilité précède la gloire. Proverbes 15.33
)))
37 Les deux disciples entendirent Jean prononcer ces paroles et suivirent Jésus.
Le temps du verbe « suivirent » dans le texte original a le sens d’une action faite « une fois pour toutes. » Les disciples font plus qu’aller voir pour examiner qui est ce Jésus. Non. Ils brûlent leurs ponts avec Jean-Baptiste. Ils le quittent pour suivre Jésus et s’engager personnellement envers Jésus. Et Jean-Baptiste les laisse partir.
Cela souligne encore la vraie grandeur de Jean-Baptiste. Ce n’est pas facile de gagner et de s’attacher fermement des disciples (des apprenants) lorsqu’on enseigne la loi stricte de Dieu – l’amour de Dieu et du prochain – tout en donnant comme modèle un style de vie très, très simple. Alors quand on a gagné de tels apprenants, c’est le signe d’un vrai grand homme que de s’en détacher, doucement et fermement, pour qu’ils suivent un plus grand que lui. L’humilité et la grandeur de Jean-Baptiste est encore évidente ici. C’était vraiment le plus grand des prophètes de l’Ancien Testament.
)))
38 Jésus se retourna et, voyant qu'ils le suivaient, il leur dit: «Que cherchez-vous?» Ils lui répondirent: «Rabbi – ce qui signifie maître –, où habites-tu?» 39 «Venez, leur dit-il, et voyez.» Ils y allèrent [donc], virent où il habitait et restèrent avec lui ce jour-là. C'était environ quatre heures de l'après-midi.
Que cherchez-vous? Demande Jésus. Que cherchez-vous? Quelle question! Et si Jésus nous posait la même question, que répondrions-nous? Que cherches-tu avec moi? Tu me suis, tu écoutes mes enseignements, mais que cherches-tu au juste? Que cherchez-vous? Cherchons-nous ses bénédictions ou simplement de connaître Dieu, puisque Jésus a les paroles de la Vie éternelle?
Les disciples semblent gênés par la question. Ils ne savent que répondre et ne répondent pas vraiment à la question. Où habites-tu? lui répondent-ils un peu gauchement. Ils veulent savoir où il habite. Pourquoi? Probablement pour passer du temps avec lui, pour avoir avec Jésus une bonne jasette comme on dit. Ils veulent le connaitre et l’entendre. Et ils l’appellent Rabbi, signe évident qu’ils désirent être de ses disciples, lui leur nouvel enseignant. Et Jésus ne les repousse pas. Au contraire, il les accueille. O joie!
Application … désirons-nous être avec Jésus pour prendre du temps avec Lui dans sa parole à chaque jour et écouter ses instructions pour nos vies? Avons-nous ce désir de passer du temps avec lui dans la prière, soit seuls ou en groupe, juste pour mieux le connaître? Jusqu’au point de dire que nous aimerions demeurer là où il demeure, pour l’éternité.
Comme le psalmiste qui dit à l’Éternel Dieu :
2 Combien tes résidences sont aimées, Eternel, maître de l’univers! 3 Mon âme soupire et même languit après les parvis de l’Eternel. Tout mon être pousse des cris de joie vers le Dieu vivant. 4 Même le moineau trouve une maison, et l’hirondelle un nid où elle dépose ses petits. Moi, je soupire après tes autels, Eternel, maître de l’univers, mon roi et mon Dieu! 5 Heureux ceux qui habitent ta maison: ils peuvent te célébrer sans cesse. – Pause. Psaume 84.1-5
Le bonheur, le vrai, se trouve dans la maison de l’Éternel, là où Jésus habite.
Remarquez la réponse de Jésus à des hommes qui désirent demeurer avec lui : «Venez, leur dit-il, et voyez.» Venez et voyez par vous-mêmes, goûtez combien le Seigneur est bon! Cette réponse de Jésus veut dire beaucoup plus que de voir l’endroit où il habite, mais c’est une invitation à le visiter, à prendre le thé ou le café avec lui. Et cette main tendue de la part de Jésus a fait en sorte que les deux disciples ont passé le reste de la journée avec lui, à partir de 16h, et probablement la nuit aussi. (Le fait qu’il est mentionné le détail qu’il était environ quatre heures de l’après-midi indique que Jean était l’autre disciple avec André, parce qu’il s’agit d’un détail qu’un témoin oculaire aurait pu noter.) Bref, passons…
)))
40 André, le frère de Simon Pierre, était l'un des deux qui avaient entendu les paroles de Jean et qui avaient suivi Jésus.
André. Tiens, on mentionne le nom d’un des deux disciples. André c’est qui? André, c’est le frère de l’autre. André c’est un second violon. André est deuxième, toujours derrière...
Application … Dans votre famille naturelle, où vous situez-vous? Êtes-vous aîné, cadet ou benjamin? Vous a-t-on appelé le frère ou la sœur de l’autre, en oubliant votre prénom parfois, et en mettant toujours l’importance sur l’autre? Vous n’étiez alors que le « ti-frère » ou la « tite-sœur? »
André est deuxième, toujours derrière, appelé le frère de Simon Pierre, mais combien utilisé par Dieu.
D’abord c’est lui qui amène son frère Simon Pierre à Jésus. Pierre n’a pas suivi Jésus de lui-même. André l’a amené à Jésus. Un commentateur a écrit : « on a peut-être ici le plus grand service rendu à l’Église qu’aucun autre homme n’ait pu faire. » André, c’est celui qui amène les autres à Jésus et ces autres prendront souvent la première place.
Mais quand tous les autres ne sauront que faire pour nourrir une grande foule qui a faim, c’est André qui amènera un jeune garçon à Jésus en disant : «Il y a ici un jeune garçon qui a cinq pains d'orge et deux poissons, mais qu'est-ce que cela pour tant de monde?». Et Jésus multipliera ce don pour nourrir 5 000 hommes (Jean 6.8).
Quand, vers la fin du ministère terrestre de Jésus, des Grecs voudront voir Jésus, ils s'adresseront à Philippe et Philippe ira le dire à André, puis André et Philippe iront le dire à Jésus (Jean 12.21-23)
Mais pour le reste des Évangiles, André demeure effacé, dans l’ombre et souvent décrit comme le frère de l’autre, le célèbre Pierre. Mais, quoique deuxième et derrière, André est avec Jésus et demeure avec lui.
Le lendemain…, donc au jour 4 de cette même semaine …
41 Il (André) rencontra d'abord son frère Simon et lui dit: «Nous avons trouvé le Messie», ce qui correspond à Christ. 42 Il le conduisit vers Jésus. Jésus le regarda et dit: «Tu es Simon, fils de Jonas, tu seras appelé Céphas», ce qui signifie Pierre.
Vous voyez, André cherche et trouve son frère Simon; c’est Simon qu’il trouve en premier, mais il y en aura d’autres plus tard.
André lui annonce qu’ils ont trouvé le Messie! Wow quelle déclaration! Mais de quel Messie s’agissait-il dans l’esprit d’André? Là est la question! Sûrement un Messie comme il l’entendait à ce moment-là – un Messie victorieux et glorieux - et non le vrai caractère humble et du serviteur souffrant de l’Éternel que Jésus allait leur démontrer tout au long de ces trois années qui suivraient.
Application… Et cela nous amène à une prise de conscience pour chacun de nous. Quel Jésus suivons-nous? Un Jésus selon nos préjugés et nos attentes ou un Jésus tel que révélé dans l’Écriture? Comme cela est important pour notre bonheur. Faisons bien attention. Nous ne sommes pas appelés à suivre et adorer l’image ou l’idée que nous nous faisons de Dieu, mais l’image de Dieu, Jésus-Christ, tel qu’il est révélé dans l’Écriture. C’est pourquoi il est si important de comprendre toujours de mieux en mieux l’Écriture avec l’aide de l’Esprit de Dieu. Parce qu’adorer l’image que nous nous faisons de Dieu c’est rien de moins que de l’idolâtrie; en effet, nous adorons et servons alors quoi? Le fruit de notre imagination. Adorons Dieu et servons-Le, Lui seul, par la foi en l’Écriture inspirée ou soufflée par Dieu, le Saint-Esprit.
Jésus regarde Pierre, il l’observe, et lui donne un nouveau nom. Pourquoi? Est-ce parce qu’il n’aimait pas le nom Simon? Jésus avait un demi-frère du nom de Simon, vous savez, tout comme un autre qui s’appelait Jude, et un autre Joseph, et enfin Jacques. C’est écrit dans Matthieu 13.55. Alors, pourquoi change-t-il le nom de Simon en lui donnant Pierre? Est-ce qu’il ne voulait pas se mélanger avec son demi-frère? Je blague. Non. Je crois qu’il faut comprendre le changement de nom en rapport avec la signification du nom à l’époque. Dans l’antiquité, le nom décrivait l’homme tout entier. Le nom d’une personne résumait toute sa personnalité.
Quand un homme donnait un nouveau nom à quelqu’un, cela soulignait d’abord l’autorité de celui qui nommait ainsi l’autre.
Par exemple, à l’époque des rois de Juda, juste avant la déportation en exil, il est écrit que le « pharaon Néco établit Eliakim, le fils de Josias, roi à la place de son père Josias et il changea son nom en Jojakim » (2 Rois 23.34).
Puis quand Jojakim est mort sous les babyloniens de Nebucadnetsar, son fils Jojakin régna à sa place, mais son règne ne dura que trois mois. Il se rendit à Nebudcadnetsar, établit roi à la place de Jojakin son oncle Matthania, dont il changea le nom en Sédécias (2 Rois 24.17).
Mais quand c’est Dieu Lui-même qui change le nom d’une personne c’est pour indiquer le nouveau caractère de la personne, ou ce que la personne deviendra dans l’avenir. Prenez par exemple l’histoire de la lutte de Jacob avec Dieu au gué du Jabbok (Genèse 32.23ss). L’homme qui lutta avec Jacob, qui était en réalité l’Ange de l’Éternel ou le Fils de Dieu avant de devenir Jésus homme, bref cet Homme dit à Jacob : «Quel est ton nom?» Il répondit: «Jacob.» Il ajouta: «Ton nom ne sera plus Jacob, mais tu seras appelé Israël, car tu as lutté avec Dieu et avec des hommes et tu as été vainqueur» (v. 28.29).
Dieu change le nom Jacob, qui signifie celui qui supplante ou qui trompe les autres à son propre avantage. Et c’est bien ce qu’il était! Jacob avait manipulé et pris le droit d’aînesse de son frère Ésaü et lui avait volé par la suite la bénédiction paternelle. Mais après avoir goûté à sa propre médecine pendant 20 ans, parce qu’il a été trompé plusieurs fois à son tour par son oncle Laban, Jacob revient à la maison. Mais Ésaü marche à sa rencontre avec 400 hommes (Gen. 32.17)! Alors Jacob rencontre Dieu et lutte avec Lui durant la nuit. Et Dieu change son nom de Jacob à Israël, qui signifie lutter avec Dieu (et non contre Dieu) et être vainqueur. Son caractère est dorénavant changé. Dieu a aussi changé le nom d’Abram à Abraham, et de Saraï à Sara.
Et ici, dès le début de son ministère, Jésus change le nom de Simon à Céphas, c’est-à-dire Pierre, le roc. Pierre c’est l’homme solide comme du roc. Jésus bâtira son Église sur le témoignage solide et inspiré de Pierre. Mais quand on regarde la vie de Pierre dans les Évangiles, il est tout sauf un roc. Pierre n’est pas du tout solide. Il est impulsif, il s’enflamme, il parle sans réfléchir, il ment et ne tient pas ses promesses. Qui peut compter sur Pierre avant la résurrection du Christ? Mais Jésus donne tout de même le nom de Pierre parce qu’il sait que Dieu a une œuvre à faire dans sa vie. Alors le changement de nom indique le changement qui allait se produire dans l’avenir par la puissance de Dieu.

Qu’en est-il de toi et de moi? Quel est ton nom? Quel sera ton nom? Si tu es disciples de Jésus et laisse Dieu te transformer, Il te donnera un nouveau nom, tu sais. J’en suis persuadé. Car il est écrit :

Que celui qui a des oreilles écoute ce que l'Esprit dit aux Églises: Au vainqueur je donnerai [à manger] de la manne cachée, et je lui donnerai un caillou blanc. Sur ce caillou est écrit un nom nouveau que personne ne connaît, si ce n'est celui qui le reçoit.’ Apocalypse 2.17 (Église de Pergame)

Ce nom nouveau c’est ton nouveau caractère que Dieu produit si tu suis Jésus jusqu’au bout.

18 Et moi, je te dis que tu es Pierre et que sur ce rocher je construirai mon Eglise, et les portes du séjour des morts ne l'emporteront pas sur elle. Matthieu 16:18


5 et vous-mêmes, en tant que pierres vivantes, laissez-vous édifier pour former une maison spirituelle, un groupe de prêtres saints, afin d'offrir des sacrifices spirituels que Dieu peut accepter par Jésus-Christ. 1 Pierre 2:5 Segond 21 (SG21)


Sun 7 Oct 2018, 22:11pm

Dire à un ami | Imprimer | 0 Commentaire(s)

Si vous aimez ce blog ajoutez le à votre bookmark:
Google: Les premiers disciples (André et Pierre)

0 Commentaire(s)

Il n'y a pas de commentaire pour ce blog.
Les commentaires sont actuellement affichés pour ce blog.